Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 janvier 2016 2 12 /01 /janvier /2016 07:00

Figure mythique de la guerre civile russe, héros national, autodidacte qui se hisse dans le haut commandement de l’Armée rouge en dépit de son absence de formation militaire, Tchapaev incarne la figure du chef partisan dans la mythologie communiste.

Tchapaev, le partisan rouge

Sous-officier dans l’armée impériale.

Vassili Tchapaev est né dans une famille paysanne du village de Budaïka dans la province de Kazan. Petit-fils de serfs et fils d’un charpentier, il grandit ensuite dans la ville de Balakovo dans la province de Samara. Sa famille est pauvre et le jeune Vassili ne passe que deux années à l’école paroissiale. Il commence à travailler à l’âge de 12 ans et enchaine les petits emplois chez un marchand, puis dans un restaurant mais également comme assistant d’un joueur d’orgue de barbarie avant d’aider son père dans une menuiserie.

 

Après son service militaire, Tchapaev reprend son emploi de menuisier, se marie, fonde une famille et quand la Première Guerre mondiale éclate, il est déjà père de trois enfants. Mobilisé en 1914, il devient sergent et participe à la fameuse offensive Broussilov de juin 1916 où il est blessé. C’est alors un sous-officier consciencieux qui sait faire preuve de courage et obtient ainsi trois Croix de Saint-Georges et la médaille de Saint-Georges.

 

À l’été 1916, en raison de ses blessures, Tchapaev est envoyé à l’arrière dans la garnison de Saratov. Là, il participe aux troubles révolutionnaires de 1917 et, selon son ami Koutiakov, se montre proche des anarchistes. Preuve de son activisme politique, il est élu président du soviet de sa compagnie et membre du soviet de son régiment. Il adhère finalement au parti bolchevik le 28 septembre 1917 et se retrouve chef militaire du détachement de la Garde rouge de la ville de Nikolaievsk (actuelle Pougatchev).

Tchapaev, sous-officier dans l'armée tsariste

Tchapaev, sous-officier dans l'armée tsariste

Premières armes révolutionnaires.

Après la Révolution d’Octobre, Tchapaev est l’un des militaires professionnels sur lequel les bolcheviks de Nikolaievsk mais aussi de la province de Samara comptent pour réprimer les révoltes de paysans et de cosaques qui éclatent spontanément. Il est donc nommé commissaire militaire du district et au début de 1918, il met sur pied les 1er et 2e régiments de Nikolaievsk qui s’intègrent à l’Armée rouge du soviet de Saratov. En juin, ces deux régiments sont réduits pour former la brigade de Nikolaievsk sous les ordres de Tchapaev.

 

Tchapaev se trouve rapidement confronté à la révolte de la légion tchécoslovaque dont les capacités militaires sont bien plus élevées que celles des cosaques ou des paysans révoltés qu’il a dû affronter jusque-là. Face à ses adversaires redoutables, il montre qu’il est un excellent tacticien, habile à évaluer une situation et à dégager la meilleure solution possible. Il se montre également courageux, dirigeant personnellement la troupe dans les combats et jouit donc d’un grand prestige parmi ses hommes. À l’automne 1918, il dirige la brigade de Nikolaievsk qui en raison de sa petite taille est parfois appelé le détachement Tchapaev.

 

Le commandant de la 4e armée rouge et ancien général de l’armée impériale, AA Baltisk remarque que Tchapaev « manque de formation militaire ce qui affecte son commandement ». Mais il estime que s’il reçoit la formation adéquate, il pourra devenir un commandant de qualité. En novembre 1918 Tchapaev est donc envoyé à Moscou à l’Académie militaire que vient de former l’état-major général de l’Armée rouge.

 

Il semble que la formation reçue ne soit pas au goût de Tchapaev qui au bout de quelques semaines et sans autorisation quitte l’Académie pour retourner sur le front. Il prend alors le commandement du groupe d’Alexandrovo-Gaïsk qui combat les cosaques de l’Oural.

Tchapaev, le partisan rouge

Commandant de la 25e division.

À la fin mars 1919, Tchapaev devient commandant de la 25e division d’infanterie sous les ordres du groupe sud du front oriental commandé par Mikhaïl Frounze. Cette division affronte le gros des troupes blanches qui ont repris leurs offensives sous la direction de l’amiral Koltchak au printemps 1919. La division que commande Tchapaev se distingue dans les opérations sur Bougourouslan, Belebeï et Oufa qui conduisent à l’échec de l’offensive de Koltchak. Dans ces opérations, l’unité de Tchapaev fait preuve d’un grand sens tactique et d’une grande souplesse, des qualités qui sont reconnues par ses adversaires blancs qui soulignent les talents d’organisateur du commandant rouge.

 

Le plus grand succès de la 25e division reste le passage de la rivière Belaïa qui conduit à la prise d’Oufa le 9 juin et à la retraite des armées blanches. Si Tchapaev, qui se trouve en première ligne, est blessé à la tête, il reste sur le front où il reçoit l’Ordre du Drapeau rouge tandis que sa division reçoit un drapeau rouge honorifique.

 

Tchapaev illustre alors la figure de ces sous-officiers de l’ancienne armée qui vont donner de grands chefs militaires à l’Armée rouge comme Boudienny ou Joukov. Aimé de ses hommes, sa division est l’une des meilleures du front oriental. Privilégiant les méthodes de la guérilla, il sait faire preuve d’un grand sens tactique, d’énergie, d’esprit d’initiative, se tenant souvent au plus près des combats. Il possède en outre l’avantage de combattre toujours dans la même zone, sur l’aile droite du front oriental, son excellente connaissance de la région lui permettant ainsi d’illustrer ses talents dans la guerre de partisans.

 

Si l’unité que commande Tchapaev est intégrée au sein de l’Armée rouge, elle accuse des traits qui la rapprochent des unités de partisans telle que les problèmes de discipline ou les mauvaises relations entre commandants et commissaires qui se terminent parfois par des passages à tabac. Les relations sont ainsi houleuses et difficiles entre Tchapaiev et le commissaire politique de sa division, Dimitri Fourmanov.

 

Après l’opération d’Oufa, la division de Tchapaev est renvoyée en première ligne pour affronter les cosaques de l’Oural. La zone d’opération est alors la steppe aux limites de la Russie et du Kazakhstan, loin des grandes voies de communication ce qui gêne l’arrivée du ravitaillement notamment en munitions, dans la chaleur et face à un ennemi redoutable, les cosaques, qui font preuve d’une indéniable supériorité en matière de cavalerie. Ces derniers menacent ainsi constamment les flancs et les arrières de la division de Tchapaev. La lutte est acharnée, les combats sont sans pitié et la brutalité est le lot qui frappe tous les prisonniers.

 

Le 5 septembre 1919, un raid de la cavalerie cosaque s’abat sur le siège de l’état-major de la 25e division qui se trouve à Lbichtchensk dans un secteur dangereusement éloigné du gros des troupes. C’est en cherchant à fuir les cosaques que Tchapaev trouve la mort durant cette attaque. Selon certaines sources, il aurait péri noyé en cherchant à traverser l’Oural à la nage, selon d’autres, il aurait succombé à ses blessures durant la fusillade. Son corps ne fut jamais retrouvé.

Tchapaev, commandant de l'Armée rouge

Tchapaev, commandant de l'Armée rouge

La légende.

Tchapaev est rapidement entré dans la légende, une légende fabriquée pour servir le régime. Le mythe s’élabore en effet dès le début des années 1920 avec la publication en 1923 du roman de Dimitri Fourmanov. Avec le film des frères Vassiliev en 1934, Tchapaev apparaît comme la figure emblématique choisie par le pouvoir dans la cohorte des héros de la guerre civile, un groupe qui comprend alors quelques dirigeants politiques et certains commandants de l’Armée rouge comme Frounze, Kotovski ou Nikolaï Shchors qui sont pour la plupart déjà morts. Ces héros sont mythifiés par une propagande qui ne cesse d’exalter leurs exploits et leurs caractères positifs.

 

La propagande autour de Tchapaev dépasse le cadre de l’Union soviétique puisque le livre de Fourmanov est traduit dans plusieurs langues et diffusé par des maisons d’édition communistes ou de gauche à travers le monde tandis que le film fait l’objet de projections organisées par les PC. Signe de cette internationalisation du mythe de Tchapaev, en décembre 1936, au sein de la 13e Brigade internationale qui combat en Espagne auprès des républicains se forme un bataillon Tchapaev.

 

Dans le cas de Tchapaev, la mythologie finit par éclipser le personnage historique réel. Ainsi en 1919, selon la légende, ce serait grâce à la fermeté de Frounze et de Tchapaev que les Rouges n’auraient pas abandonné Samara contre l’avis des spécialistes militaires, ce qui ne correspond en rien à la réalité. La légende veut aussi que Trotski fût un adversaire acharné de Tchapaev. Dans la réalité, Trotski remis à ce dernier une montre en or pour le distinguer d’une manière particulière par rapport aux autres commandants. Le mythe est renforcé par le fait que de nombreux anciens compagnons de Tchapaev occupent durant de nombreuses années des postes de direction dans l’armée. Près de 12 généraux soviétiques sont ainsi issus de la division que commandé Tchapaev et forment une sorte de fraternité qui entretient la légende.

 

La figure de Tchapaev pénètre également le folklore populaire en devenant le centre de nombreuses anecdotes et plaisanteries. La croyance est même largement répandue qui veut qu’il ait aussi combattu directement le général Kappel, ce qui est historiquement faux, mais dans la mentalité populaire, seul un héros de la trempe de Tchapaev pouvait vaincre un adversaire de la réputation de Kappel qui apparaît ainsi comme l’alter-ego blanc du chef partisan rouge.

Affiche du film de 1934

Affiche du film de 1934

Bibliographie.

-B. O. Дайнес, Чапаев, [V. O. Daïnes, Tchapaev], Вече, 2010.

-A. Симонов, « Первый отряд Чапаева » [A. Simonov, Le premier détachement Tchapaev], Родина., n°2, 2011, pp. 69-72.

-D. Fourmanov, Tchapaev, Éditions sociales, 1971.

Repost 0
6 janvier 2015 2 06 /01 /janvier /2015 07:52

Alexandre Sumpf, La Grande Guerre oubliée, Russie 1914-1918, Perrin, 2014.

La Russie, entre guerre et révolution

Le centenaire du début de la Grande Guerre est l'occasion d'un déferlement de publication où, hélas, le plus mauvais le dispute au meilleur. Dans la seconde catégorie entre indéniablement le livre qu'Alexandre Sumpf consacre à la Russie dans le premier conflit mondial. Bien mieux et avec raison, il élargit le champ de son étude au-delà du cadre chronologique traditionnel qui veut que la Russie sorte du conflit en 1917 ou 1918 pour embrasser également la révolution et la guerre civile qui frappent le pays de 1918 à 1922. Enfin une grande synthèse sur la Russie durant la Grande Guerre, sujet jusqu'alors ignoré par l'édition francophone.

 

La première moitié du livre d'Alexandre Sumpf montre que malgré ses faiblesses et ses difficultés, la Russie impériale parvient à faire face à cet événement inédit qu'est la Première Guerre mondiale. Si la déclaration de guerre ne suscite pas l'enthousiasme de la population, ni une union sacrée autour de la personne du Tsar, la société russe parvient à se mobiliser pour faire face aux défis de la guerre moderne. Les Russes s'organisent pour venir aux secours des blessés et des réfugiés de guerre, pour soutenir et réinsérer les invalides, pour développer une propagande multiforme et efficace, les femmes de mobilisés se regroupent en associations. La guerre permet ainsi un foisonnement de la société civile qui montre ainsi sa capacité à s'organiser.

 

Malgré les efforts du gouvernement, qui parvient à accroître la production de matériels de guerre et les quelques succès militaires du début du conflit, la Russie s'enfonce dans la débâcle. La « Grande Retraite » de 1915 marque profondément la population. La partie occidentale de l'Empire est perdue, les réfugiés, souvent issus des minorités nationales, s'installent tant bien que mal dans le reste de la Russie. Surtout cette retraite démontre les faiblesses de l'armée russe, incapable, malgré les succès de Broussilov en 1916, de remporter la victoire contre les Empires centraux. Les difficultés économiques, l'éloignement du tsar et les blocages du système impériale finissent par provoquer l'explosion sociale de février 1917. Le gouvernement provisoire ne parvient pas à maîtriser une situation qui ne cesse de s'aggraver avant que les bolcheviks ne s'emparent du pouvoir.

 

Pour parvenir à rétablir l'autorité de l’État sur l'ensemble du pays, les bolcheviks signent la paix de Brest-Litovsk, combattent leurs différents adversaires intérieures au cours de la guerre civile d'une brutalité incroyable. Ils réussissent finalement, aux prix d'une rare violence, à asseoir l'autorité du nouvel État sur l'ensemble du pays même si celui-ci a été amputé sur ses marges occidentales.

 

Le livre d'Alexandre Sumpf, d'une érudition maîtrisée, balaye de nombreux aspects de la Russie en guerre qu'il n'est pas possible de résumer ici. De l'occupation russe de la Galicie à celle de l'ouest de l'Empire russe par les Allemands, en passant par la vie dans les tranchées, l'agitation révolutionnaire dans l'armée, la situation des prisonniers de guerre ou celle des minorités nationales entre autre, ce livre foisonne de découvertes pour le lecteur. L'auteur n'oublie pas de faire le point sur la mémoire de la Grande Guerre en Russie, un conflit qui fut longtemps éclipsé par le souvenir de la Grande Guerre patriotique.

 

Le livre d'Alexandre Sumpf est une vraie réussite qui permet de comprendre les mutations que connaît la société russe en guerre et de réinsérer l'épisode révolutionnaire de 1917 dans un contexte plus large et spécifiquement russe. Une belle cartographie et une bibliographie finissent d'asseoir la solidité de ce livre qui est d'ores et déjà une référence pour ceux qui s’intéressent à la Russie de la première moitié du 20e siècle.

Repost 0
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 07:11

Martin Malia, Histoire des révolutions, Taillandier, 2008, (version poche : Points Histoire, 2010).

L'ére des révolutions

Martin Malia, décédé en 2004, fut une des figures de proue des historiens conservateurs spécialisés dans l'histoire de l'URSS. Auteur d'un Comprendre la révolution russe paru en France en 1980 puis de La tragédie soviétique en 1995, il ne cache pas que pour lui la Révolution russe fut une catastrophe, non seulement pour la Russie mais aussi pour le reste du monde. Son dernier ouvrage L'Histoire des révolutions, paru en anglais en 2006, ne déroge pas à ce point de vue.

 

L'auteur tente ici d'appréhender sur cinq siècles l'histoire du phénomène révolutionnaire, une histoire essentiellement européenne. Pour Malia la révolution est en effet un concept et une pratique intrinsèque à la civilisation occidentale. Les révolutions extra-européennes ne sont pour lui que le fruit de l'influence de l'Europe sur le reste du monde. C'est aussi essentiellement une histoire politique ou plutôt d'une pensée politique, ce qui permet à l'auteur de trouver des similitudes, des inflexions, des évolutions entre chaque événement qu'il étudie de la révolution hussite à Octobre rouge.

 

L'analyse de Malia débute par l'étude de révolutions qui sont d'abord des hérésies religieuses. La première est la révolution hussite de 1415 à 1436 dont la force provient du fait qu'elle amalgame à la fois idées religieuses et motifs politiques. Pour Malia la question du pouvoir, de sa remise en cause et de sa transformation, est en effet au cœur du phénomène révolutionnaire. Sans cet ingrédient le hussisme ne serait qu'un millénarisme comparable à ceux qui ont déjà embrasés l'Occident médiéval. C'est à partir de ce prisme que l'auteur étudie ensuite la Réforme luthérienne puis le protestantisme français. Il termine cette partie en s'attardant sur la révolte des Pays-Bas de 1566 à 1609 où selon lui la question religieuse, si elle reste présente, passe au second plan derrière celle des libertés politiques.

 

La seconde partie de l'ouvrage traite des révolutions atlantiques des 17e et 18e siècles. La révolution anglaise accomplis pleinement le passage de la révolte religieuse à la révolution politique mais cette dernière reste encore dans un cadre traditionnelle, la défense des libertés anciennes. La révolution américaine débute aussi comme une révolte au nom des libertés traditionnelles contre les empiétements d'une monarchie centraliste. Sa nouveauté réside dans l'établissement d'un gouvernement constitutionnel. La révolution française reprend à l'Amérique l'idée d'une constitution garantissant la liberté du citoyen. Mais le radicalisme qui la caractérise débouche sur l'idée d'une nécessaire égalité entre citoyen.

 

Pour Malia, cette irruption de l'égalité conduit fatalement à la Révolution russe et à son cortège de malheur. Le socialisme se veut en effet le mouvement qui doit conduire à l'égalité politique mais aussi sociale. L'échec des révolutions de 1848 permet au marxisme de devenir hégémonique au sein de la famille socialiste. L'impossibilité de concilier socialisme et libéralisme disqualifie la social-démocratie d'avant 1914 ouvrant ainsi la porte au léninisme.

 

Le livre est clair, bien écrit, d'une lecture agréable et fluide. Les analyses sont brillantes et portent le lecteur à la réflexion. Néanmoins nous ne pouvons que regretter que l'auteur privilégie systématiquement les dimensions idéologiques du phénomène révolutionnaire, négligeant de façon délibéré les facteurs économiques et sociaux. Surtout l'ombre de 1917 recouvre l'ensemble de l'étude comme si le phénomène révolutionnaire devait nécessairement aboutir à cette acmé. Cette posture aboutit à oublier le contexte propre à chaque événement et à privilégier une vision téléologique de l'histoire dans le seul but d'expliquer pourquoi la Révolution russe et le régime soviétique.

 

Un livre avec des qualités et des défauts donc. Mais un livre stimulant et qui pousse à la réflexion, donc un livre à découvrir.

Repost 0
communismeetconflits - dans Révolution russe Revolutions
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 07:05

Harold Walter Nelson, Leon Trotsky and the Art of Insurrection 1905-1917, Frank Cass, 1988.

Trotsky, théoricien et praticien de l'insurrection

Voici un petit livre qui présente la pensée du créateur de l'Armée rouge sur un domaine que Lénine estimait faire partie intégrante de l'art militaire, l'insurrection. S'appuyant sur les œuvres complètes de Trotsky, l'auteur, un militaire américain, analyse la contribution de Trotsky aux débats qui agitent après 1905 le monde des révolutionnaires russes sur le meilleur moyen de vaincre l'armée du tsar mais également ses écrits sur les guerres balkaniques et la Première Guerre mondiale et enfin sur son rôle dans la prise du pouvoir par les bolcheviks en 1917.

 

Lors des débats sur les moyens de renverser l'armée tsariste, Lénine et les bolcheviks pensent qu'il est possible de le faire par le biais d'une insurrection armée ce qui explique qu'ils justifient à ce moment-là les actes de terrorisme individuels. Dans ce débat, Trotsky estime quant à lui que le meilleur moyen de vaincre l'armée est de la subvertir de l'intérieur afin de la désagréger au moment propice.

 

Au moment des guerres balkaniques de 1912-1913, Trotsky perçoit que c'est l'ensemble de la société qui désormais participe à la guerre et donc que la distinction entre militaires et civils s'efface progressivement. Il tire une autre leçon de ces guerres: l'idée que si la guerre de partisans peut être efficace dans le cadre d'une guerre de libération nationale elle ne l'est pas dans celui d'une révolution prolétarienne. Il se montre également un stratège accompli quand il explique ce qu'aurait dû faire l'armée bulgare pour l'emporter et s'emparer de Constantinople lors de la seconde guerre balkanique en 1913.

 

La dernière partie du livre raconte et analyse le rôle de Trotsky dans la révolution russe. C'est un bon résumé d'une histoire désormais bien connu et que Trotsky expose lui-même en détail dans son Histoire de la révolution russe.

 

Au final voici un livre clair et bien écrit qui donne des pistes pour comprendre le génie militaire d'un révolutionnaire qui après avoir permis la prise du pouvoir par les bolcheviks, créa une armée et réussit à battre l'ensemble de ses adversaires dans une guerre civile qui dura prés de trois ans.

Repost 0
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 07:57

Orlando Figes, La Révolution russe, 1891-1924, la tragédie d'un peuple, Denoël, 2007.

Une somme sur la Révolution russe

Le livre de Figes est au vrai sens du terme un pavé, mais qui se lit comme un roman tant il est passionnant. Couvrant la période de 1891 à 1924 il présente en détail une tranche fondamentale de l'histoire de la Russie.

 

L'auteur dresse d'abord un tableau de la Russie tsariste au début du 20e siècle, un pays qui a eu l'occasion de devenir une monarchie constitutionnelle ce qu'a refusé Nicolas II, tsar faible, attaché à un idéal obsolète d'autocratie de droit divin. Ce monarque d'un autre temps gouverne un peuple de paysans à la vie extrêmement rude et primitive, des paysans qui ne s’intéressent guère à ce qui se passe au-delà de leur village. Dans cet océan rural, les villes deviennent des îlots de modernité bien isolés. C'est dans ces villes que naît et croit un mouvement révolutionnaire qui, comme le montre bien l'auteur, ne joue aucun rôle dans la révolution de Février, cette explosion de colère populaire contre une guerre trop longue et mal menée.

 

Les soubresauts de la politique russe sous le gouvernement provisoire, symbolisée par la figure pathétique de Kerensky, entraînent l'échec de la première démocratie russe. C'est donc sans effusion de sang que se déroule la Révolution d'Octobre.

 

La guerre civile qui débute au début de 1918 est une tragédie sans nom qui permet à l'auteur de démonter certains mythes. Il montre ainsi que la Terreur rouge ne fut pas seulement imposée au peuple mais parfois impulsée par ce dernier synonyme d'une revanche sociale contre des siècles d'oppression. C'est aussi le peuple, donc la paysannerie, qui détermina le destin de la guerre civile. Entre les Blancs qui représentaient le retour au passé et la disparition des acquis de la révolution de février, dont la terre, et les Rouges qui leur laissaient un certain contrôle sur le village, il a choisi ce qui lui apparaissait comme le moindre mal.

 

La fin de la guerre civile marque un retournement de la paysannerie. Si elle a choisi les Rouges par défaut pendant la guerre civile, une fois les Blancs éliminés, elle se révolte contre les réquisitions bolcheviks. Dans cette véritable guerre contre la paysannerie, l'armée rouge utilise tout l'arsenal de violence qu'elle a à sa disposition. A partir de 1922, Lénine se voit contraint par la maladie de se retirer peu à peu du pouvoir. Au fur et à mesure que sa décrépitude physique augmente, il assiste désemparé aux défaillances de la Révolution et à la montée de la puissance de Staline, ce dont il essaye d'avertir les autres bolcheviks mais en vain. Finalement il s'éteint en 1924.

 

Le récit est foisonnant, fourmillant de détails qui donnent de la substance et de la vie aux analyses de l'auteur. Ce dernier prend soin également de suivre la destinée de nombreux personnages que ce soit Lénine, Trotsky, Kerenski, Nicolas II, Broussilov ou Gorki mais également des anonymes comme le paysan Serguei Semenov. Il livre ainsi une série pertinente d'analyses et d'interprétations tout en offrant également une véritable compréhension des événements sans jamais sacrifier la lisibilité de l'ensemble.

 

Remercions également l'auteur de ne pas sacrifier à la mode historiographique qui présente le régime soviétique comme une entreprise criminelle. S'il n’exonère personne des violences commises, il montre que les grandes forces sociales russes ne sont pas des victimes mais participent pleinement à la tragédie que furent les années 1914-1922.

 

La somme de Figes, plus de 800 pages, est une lecture incontournable pour comprendre ce que fut réellement la Révolution russe.

Repost 0

Présentation

  • : Communisme, violence, conflits
  • Communisme, violence, conflits
  • : Blog destiné à publier des articles et travaux historiques concernant les relations entre communisme et violence au XX°siècle. Ce blog est ouvert à ceux qui voudront publier articles, notes, annonces de publications, de colloques ou autres concernant ce champs d'étude historique.
  • Contact

L'autre coté de la colline

bannerfans 6509167

Rigueur historienne et clarté du propos. A ne pas manquer !

Recherche

Publications de David FRANCOIS

GuideICSerge Wolikow, Alexandre Courban, David François, Christian Oppetit, Guide des archives de l'Internationale communiste, 1919-1943, Archives nationales-MSH Dijon, Paris-Dijon, 2009. 

9782749110356Serge Wolikow (sld), Pierre Sémard, Le Cherche-Midi, Paris, 2007, (Rédaction du chapitre "La mise à l'écart (1929-1932)")