Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 10:28

Gianni Donno, La Gladio rossa del PCI, (1945-1967), Rubbettino editore, 2001.

 

17544.jpg

L'Italie a été l'un des champs clos de la guerre froide où les antagonismes idéologiques ont pris souvent des formes violentes extrêmes mettant en péril une jeune démocratie encore fragile. Le souvenir des années de plomb où le terrorisme néo-fasciste le dispute à celui de l'extrême-gauche est le symbole de cette lutte impitoyable. La place centrale de ces années de plomb qui gross-modo correspondent aux années 1970 a occulté que durant les deux premières décennies de la République italienne le danger pour la démocratie est venue du communisme italien.


Il est vrai que l'historiographie est fortement inspirée par le paradigme de duplicité théorisé par Palmiro Togliatti qui est une méthode qui permet de gérer l'impatience insurrectionnelle de la base militante, reflet de la dualité du Parti communiste italien (PCI) ou à une aile révolutionnaire s'oppose une aile politique. La domination de cette dernière, qu'incarne d'ailleurs Togliatti, a mis dans l'ombre les activités et les structures insurrectionnelles du PCI.


Il revient à Gianni Donno de publier un certain nombre de documents, principalement issus des archives des forces de sécurités italiennes y compris les rapports et circulaires du PCI, sur l'existence de l'appareil paramilitaire communiste du PCI. Donno explique d'abord que les communistes italiens ont longtemps nié l'existence d'un tel appareil avant que l'ouverture des archives soviétiques ne les oblige a reconnaître la vérité qu'ils ont tenté de minimiser en affirmant que cet appareil avait été dissous en 1953 sur décision de Giorgio Amendola. Mais Donno qui affirme que cet appareil a fonctionné au moins jusqu'en 1967.


Il est incontestable que les communistes ont, jusqu'en 1948, envisagé l’hypothèse d'une insurrection armée pour s'emparer du pouvoir et se sont dotés d'une organisation clandestine pour cette tache. Après 1955, et la signature du Pacte de Varsovie, l'appareil militaire du PCI se compose d'équipes secrètes de spécialistes formés dans les pays de l'Est, surtout en Tchécoslovaquie, qui doivent pratiquer le sabotage et la guérilla. Le but de cette structure est insurrectionnel, il s'agit d’être prêt pour la Révolution, mais aussi d'agir comme une cinquième colonne en cas de conflits entre les deux blocs.


Si les documents que présentent Donno sont irréprochables il n'en est pas de même du traitement qu'il leur fait subir. Il n'y a aucune analyse du poids de l'organisation paramilitaire au sein du PCI, ni de son évolution et encore moins des tensions qui ont pu exister entre l'action subversive et une stratégie politique modérée. Donno veut montrer avant tout que le PCI a conservé jusqu'en 1967 un appareil militaire qui représenta la plus sérieuse menace contre la démocratie italienne. Il va meme jusqu'à affirmer que parmi les communistes italiens ayant reçu une formation militaire en Tchécoslovaquie se trouve un certains nombre de futurs membres des Brigades rouges.


Le contexte dans lequel Donno a réalisé son travail fait peser un sérieux doute sur les analyses de Donno ainsi que sur sa sélection de documents. Il a réalisé ses recherches en tant que consultant pour la commission Mithrokine qui fut instituée en 2002 pour enquêter sur les liens entre les services soviétiques et les hommes politiques italiens. Cette commission, qui fut supprimée en 2006 sans avoir démontré l'existence de liens a surtout fait l'actualité pour ses tentatives de discréditer les opposants à Silvio Berlusconi, notamment Romano Prodi, accusé d'avoir été un agent du KGB. Le titre de l'ouvrage, qui fait ouvertement référence aux réseaux des Stay-Behinds, est à lui seul un marqueur idéologique.


Si le livre de Donno fournit une base documentaire de qualité pour répondre à certaines questions sur la « politique militaire » du PCI, le contexte de rédaction de l'ouvrage invite le lecteur à exercer un œil critique sur les conclusions de l'auteur.

Partager cet article

Repost 0
communismeetconflits - dans Communisme italien

Présentation

  • : Communisme, violence, conflits
  • Communisme, violence, conflits
  • : Blog destiné à publier des articles et travaux historiques concernant les relations entre communisme et violence au XX°siècle. Ce blog est ouvert à ceux qui voudront publier articles, notes, annonces de publications, de colloques ou autres concernant ce champs d'étude historique.
  • Contact

L'autre coté de la colline

bannerfans 6509167

Rigueur historienne et clarté du propos. A ne pas manquer !

Recherche

Publications de David FRANCOIS

GuideICSerge Wolikow, Alexandre Courban, David François, Christian Oppetit, Guide des archives de l'Internationale communiste, 1919-1943, Archives nationales-MSH Dijon, Paris-Dijon, 2009. 

9782749110356Serge Wolikow (sld), Pierre Sémard, Le Cherche-Midi, Paris, 2007, (Rédaction du chapitre "La mise à l'écart (1929-1932)")