Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 07:01

André Gounot, Les mouvements sportifs ouvriers en Europe (1893-1939), Presses universitaires de Strasbourg, 2016.

Le sport rouge

André Gounot, spécialiste de l’histoire du mouvement sportif ouvrier, offre avec son dernier livre la première synthèse sur cet aspect peu connu de l’histoire du mouvement ouvrier. S’appuyant sur les nombreux travaux universitaires existant, il offre un panorama des différentes organisations qui, de la fin du 19e siècle au début de la Seconde Guerre mondiale, essayèrent de promouvoir des pratiques et un encadrement sportif issu et à destination du monde ouvrier.

 

A la croisée de l’histoire politique, sociale et culturelle, l’auteur montre la profonde hétérogénéité des mouvements sportifs ouvriers. Le phénomène apparaît et se développe prioritairement dans l’Europe germanique c’est à dire en Allemagne et dans les provinces allemandes et tchèques de l’Empire austro-hongrois. Ces pays voient, avant 1914, l’essor et l’implantation d’organisations sportives ouvrières de masses tandis qu’il faut attendre l’Entre-deux-guerres pour que des mouvements similaires apparaissent en Scandinavie ou en Espagne. Malgré ce développement inégal, qui laisse largement à l’écart la France et la Grande Bretagne, les mouvements sportifs ouvriers se regroupent en 1913 au niveau international dans l’Association socialiste internationale d’éducation physique (ASIEP).

 

La fragile unité du sport ouvrier international ne résiste pas aux bouleversements de la guerre et à la scission entre socialistes et communistes. Dans chaque pays les organisations sportives ouvrières sont l’objet d’une compétition entre les deux tendances. Si la social-démocratie garde le contrôle de l’organisation en Allemagne, en France ce sont les communistes qui l’emportent ce qui provoque le départ des socialistes qui fondent leur propre organisation. Si le rapport de forces est profondément différent dans chaque pays, il se joue également au niveau européen avec la reconstitution de l’ASIEP à Lucerne en 1920 tandis qu’à Moscou est formé l’Internationale rouge sportive en 1923.

 

La compétition est tendue entre les deux organisations internationales, surtout à partir du moment où le mouvement communiste adopte la stratégie classe contre classe. Les contacts et rencontres sportives entre clubs socialistes et communistes sont interdits et les organisations encore unifiées se scindent comme en Allemagne. La confrontation se donne pleinement à voir en juillet 1931 quand chaque internationale organise une Olympiade. Les socialistes se retrouvent à Vienne tandis que les communistes organisent les Spartakiades à Berlin. C’est aussi à ce moment que le sport ouvrier est confronté à la montée du fascisme. Si certains sportifs ouvriers répondent à cette menace par la résistance armée, notamment en Autriche, ils ne forment le plus souvent qu’une minorité ce qui démontre les limites de la volonté affirmée par certains de faire du sport ouvrier une sorte d’entraînement militaire prolétarien.

 

Les défaites ouvrières face au fascisme en Autriche et en Allemagne entraînent en réaction des rapprochements entre sportifs socialistes et communistes. Anticipant la stratégie de Front populaire, les organisations sportives ouvrières françaises fusionnent en 1934 au sein de la Fédération sportive et gymnique du travail. L’arrivée au pouvoir du Front populaire en Espagne s’accompagne d’un impressionnant développement du sport ouvrier, notamment en Catalogne. C’est d’ailleurs dans cette région que sont organisées en juillet 1936 des Olympiades populaires en réaction contre les Jeux Olympiques qui se déroulent alors à Berlin. Même si cet événement ne pourra se tenir en raison du déclenchement du soulèvement nationaliste, socialistes et communistes ont activement collaboré à son organisation. Le Front populaire sportif débouche finalement sur la dissolution de l’Internationale sportive rouge en 1937 tandis que des sportifs soviétiques participent à l’Olympiade ouvrière d’Anvers organisée par les socialistes.

 

Au-delà d’une histoire uniquement centrée sur les organisations, André Gounot analyse également la nature du sport ouvrier, cette recherche d’une alternative au sport « bourgeois » considéré comme élitiste et trop préoccupé par les performances et la compétition. Il en montre surtout les limites. Dés ses débuts, le sport, contrairement à d’autres activités de loisirs ou artistiques, se prête mal aux tentatives de politisation. Les sportifs ouvriers, s’ils sont pour la plupart membres ou sympathisants des partis ouvriers, ne donnent pas un contenu politique à leurs pratiques. L’auteur remarque d’ailleurs que la majorité des ouvriers pratiquant un sport le font au sein de clubs « bourgeois ». Le mouvement sportif ouvrier est d’ailleurs obligé, pour ne pas perdre des adhérents, de s’aligner sur les pratiques du sport « bourgeois », notamment dans le domaine des compétitions ou la valorisation des performances. Ce processus est parallèle à celui qui voit les équipes sportives soviétiques s’intégrer peu à peu aux circuits officiels du sport international.

 

La Seconde Guerre mondiale met fin aux aspirations du mouvement sportif ouvrier qui, s’il continue à exister à travers de nombreuses organisations nationales, ne se distingue plus par ses conceptions et ses pratiques du sport « bourgeois » au moment où l’URSS entre au CIO et que le culte de la performance sportive devient une caractéristique des démocraties populaires.

 

La synthèse d’André Gounot, claire et bien documentée, apparaît déjà comme un livre de référence sur l’histoire du sport ouvrier.

Repost 0

Présentation

  • : Communisme, violence, conflits
  • Communisme, violence, conflits
  • : Blog destiné à publier des articles et travaux historiques concernant les relations entre communisme et violence au XX°siècle. Ce blog est ouvert à ceux qui voudront publier articles, notes, annonces de publications, de colloques ou autres concernant ce champs d'étude historique.
  • Contact

L'autre coté de la colline

bannerfans 6509167

Rigueur historienne et clarté du propos. A ne pas manquer !

Recherche

Publications de David FRANCOIS

GuideICSerge Wolikow, Alexandre Courban, David François, Christian Oppetit, Guide des archives de l'Internationale communiste, 1919-1943, Archives nationales-MSH Dijon, Paris-Dijon, 2009. 

9782749110356Serge Wolikow (sld), Pierre Sémard, Le Cherche-Midi, Paris, 2007, (Rédaction du chapitre "La mise à l'écart (1929-1932)")