Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 07:03

Robert Tombs, Paris, bivouac des révolutions: la Commune de 1871, Libertalia, 2014.

Au coeur de la Commune de Paris

Les livres sur l'histoire de la Commune sont pléthores, avec du bon, comme les travaux de Jacques Rougerie, et du moins bon qui ressort le plus souvent d'une littérature idéologique datée. Ici, les Éditions Libertalia nous proposent un excellent ouvrage. Il s'agit de la version actualisée du livre de l'universitaire britannique Robert Tombs publié en langue anglaise en 1999. La précision concernant l'actualisation est d'importance puisque cette édition française prend en compte les travaux les plus récents de la recherche historique concernant les événements parisiens de 1871.

 

Robert Tombs ne livre pas un récit chronologique de la Commune. Tout en donnant au lecteur l'essentiel des faits, il entreprend son étude par le biais de 6 chapitres chrono-thématiques, ce qui lui permet d'offrir une approche problématisée de l'histoire de la Commune. Le premier chapitre inscrit Paris et ses évolutions, en tant que centre urbain, dans un temps long. Depuis 1789, la capitale française est une poudrière où bat le cœur de l'idéal révolutionnaire. Dans ce cadre, Tombs, en s'appuyant sur les travaux de sociologues, étudie finement les effets de l'haussmanisation de la ville pour en relativiser l'importance. Il montre surtout la force de l'opposition à l'Empire dans les années 1860 qui se traduit aussi bien dans les urnes que dans la rue. Le contexte social, politique et urbain une fois planté, l'auteur retrace la mobilisation parisienne entre le début de la guerre avec la Prusse à l'été 1870 et le 18 mars 1871, la dureté du siège de Paris, l'effervescence révolutionnaire qui agite la ville notamment autour de la question de la Garde nationale.

 

Dans un troisième temps, Tombs analyse le fonctionnement de la Commune à travers ses institutions, son programme, les mesures qu'elle a prises. Il cherche ainsi à savoir si la Commune fut une révolution sociale et même une révolution culturelle. Dans un quatrième chapitre, l'auteur procède à l'analyse des dynamiques militantes des Communards, des motivations des acteurs de cette révolution. Il étudie le rôle des classes moyennes, des artisans, des femmes dans le mouvement et montre ainsi que la Commune fut plus une révolution populaire qu'une révolution ouvrière. Il accorde également une place aux adversaires de la Commune restés à Paris ainsi que la grande masse des indécis.

 

La cinquième partie du livre, qui traite du siège et de la chute de Paris, examine le versant militaire de la Commune. Il montre les efforts accomplis pour militariser la Garde nationale, pour organiser la défense de Paris. Si les insuffisances sont manifestes et expliquent la facilité avec laquelle les Versaillais pénètrent dans la capitale, la ligne de défense organisée par les fédérés dans l'est parisien démontre la capacité militaire des Communards. Mais quand les troupes de Thiers atteignent cette ligne, il est déjà trop tard et l'auteur relate finement les derniers combats. Il en profite pour s'interroger sur la place de la violence politique dans la France du 19e siècle et sur l'efficacité du modèle insurrectionnel notamment à la suite de l'instauration du suffrage universel en 1848.

 

La dernière partie traite de la Commune après la Commune. L'auteur fait alors le point sur les massacres de la Semaine sanglante, sur les conséquences politiques de la Commune, sur la place de Paris dans l'hexagone après 1871, sur la mémoire de la Commune dans la peinture, la littérature, le cinéma, sur les commémorations de l'événement, notamment à travers l'étude de la montée au Mur des fédérés. Il n'oublie pas d'analyser les interprétations de la Commune que ce soient celles de ses adversaires, des marxistes mais aussi des historiens républicains. Une large place est alors donnée à l'analyse de l'historiographie la plus contemporaine sur le sujet.

 

Didactique, intelligent, documenté, plein de finesse, le livre de Robert Tombs, s'appuyant sur les travaux des grands historiens de la Commune comme Rougerie, Lefevre ou Serman, mais aussi sur les recherches les plus récentes, est une somme à ne pas rater. Signalons aussi la qualité de l'édition. La couverture est graphiquement efficace, la mise en page aérée et agréable, le papier de qualité. N'oublions pas non plus d'indiquer la présence d'une bibliographie fournie et à jour ainsi que d'un index. Un bel objet pour un contenu de haute qualité.

Repost 0
communismeetconflits - dans Commune de Paris

Présentation

  • : Communisme, violence, conflits
  • Communisme, violence, conflits
  • : Blog destiné à publier des articles et travaux historiques concernant les relations entre communisme et violence au XX°siècle. Ce blog est ouvert à ceux qui voudront publier articles, notes, annonces de publications, de colloques ou autres concernant ce champs d'étude historique.
  • Contact

L'autre coté de la colline

bannerfans 6509167

Rigueur historienne et clarté du propos. A ne pas manquer !

Recherche

Publications de David FRANCOIS

GuideICSerge Wolikow, Alexandre Courban, David François, Christian Oppetit, Guide des archives de l'Internationale communiste, 1919-1943, Archives nationales-MSH Dijon, Paris-Dijon, 2009. 

9782749110356Serge Wolikow (sld), Pierre Sémard, Le Cherche-Midi, Paris, 2007, (Rédaction du chapitre "La mise à l'écart (1929-1932)")