Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 07:33

Alain Roux, Chiang Kaï-shek, un destin trop grand, Payot, 2016

Le rival de Mao

Alors que Mao Tsé-toung a été l’objet de nombreuses biographies, il n’en existait pas, en français, de son grand rival, le généralissime Chiang Kaï-shek. Cette absence est aujourd’hui largement comblée avec la belle biographie que lui consacre Alain Roux.

 

Il n’est pas possible de tracer ici, en quelques lignes, le destin de Chiang Kaï-shek qui se confond en grande partie, au moins jusqu’à la fin des années 1950 avec l’histoire de la Chine. Comme de nombreux Chinois de sa génération, notamment Mao, Chiang a particulièrement souffert des humiliations que les puissances occidentales et le Japon infligèrent à son pays au moment de la guerre des Boxers en 1900. Restaurer la puissance et le prestige de son pays devint alors l’aiguillon qui guida son action et sa politique. Obscur militaire nationaliste à ses débuts, il parvint rapidement à se faire un nom auprès de Sun Yat-sen dont il se réclama par la suite l’héritier tout en prenant le contre-pied de sa politique sur certains points. Il en fut ainsi des relations entre nationalistes et communistes. Si Sun avait initié le rapprochement entre ces deux forces, obtenant ainsi le soutien, notamment militaire, de l’URSS, Chiang fut l’homme de la rupture avec les communistes qu’il massacra impitoyablement à Shanghaï en 1927 puis qu’il poursuivit lors de campagnes d’extermination qui faillirent d’ailleurs mettre un terme à l’existence du mouvement communiste chinois.

 

C’est la guerre contre le Japon en 1937 qui sauve Mao et ses partisans en forçant Chiang a tourné toute ses forces contre l’envahisseur et à consentir une alliance précaire avec les communistes qui lui permet d’obtenir le soutien de Moscou contre Tokyo. Chiang affronte seul les armées japonaises avant de recevoir l’aide des alliés occidentaux à partir de la fin 1941. Si la victoire finale de 1945 permet à la Chine d’entrer dans le cercle des Grands avec un siège permanent au conseil de sécurité de l’ONU, la guerre a largement ébranlé son image d’unificateur du pays. Les défaites militaires successives, l’inflation galopante, le développement de la corruption et l’absence de liberté minent le régime de Chiang qui va s’effondrer en quelques années face aux armées communistes.

 

Vaincu, Chiang se réfugie sur l’île de Taïwan dont il entend faire sa base de départ pour reconquérir le continent. S’il bénéficie de la protection militaire américaine contre une attaque de la Chine populaire, son projet de reconquête ne verra jamais le jour. Pire encore, en 1972, Nixon rend visite à Mao tandis que le siège chinois au Conseil de sécurité de l’ONU est retiré à Chiang pour être donné à la Chine populaire. Dernier pied-de-nez de la vie, Chiang ne verra pas mourir son adversaire de toujours puisqu’il décède un an avant Mao.

 

S’appuyant sur le journal intime de Chiang, Alain Roux offre un portrait mesuré et sans complaisance d’un ambitieux qui, une fois arrivé au pouvoir ne se montra pas un grand politique, ni un grand stratège militaire. Son autoritarisme qui parfois se teinte d’une tentation fasciste, ses liens avec le crime organisé, son recours à l’assassinat politique finissent de dessiner un personnage qui paradoxalement est l’objet depuis quelques années d’une relative réhabilitation en Chine. Ce retour en grâce, signe d’un renouveau du nationalisme chinois, doit être surtout mis en parallèle avec le jugement plus mesuré, voire critique, des Chinois envers la politique maoïste. Néanmoins cette revanche posthume de Chiang sur Mao ne doit pas faire oublier que ce dernier surpasse le premier, non pas humainement, mais comme dirigeant politique sachant évaluer correctement un rapport de forces et utiliser les faiblesses et les divisions de ses adversaires pour rebondir quand le pouvoir semble lui échapper.

Repost 0

Présentation

  • : Communisme, violence, conflits
  • Communisme, violence, conflits
  • : Blog destiné à publier des articles et travaux historiques concernant les relations entre communisme et violence au XX°siècle. Ce blog est ouvert à ceux qui voudront publier articles, notes, annonces de publications, de colloques ou autres concernant ce champs d'étude historique.
  • Contact

L'autre coté de la colline

bannerfans 6509167

Rigueur historienne et clarté du propos. A ne pas manquer !

Recherche

Publications de David FRANCOIS

GuideICSerge Wolikow, Alexandre Courban, David François, Christian Oppetit, Guide des archives de l'Internationale communiste, 1919-1943, Archives nationales-MSH Dijon, Paris-Dijon, 2009. 

9782749110356Serge Wolikow (sld), Pierre Sémard, Le Cherche-Midi, Paris, 2007, (Rédaction du chapitre "La mise à l'écart (1929-1932)")