Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 mai 2016 6 14 /05 /mai /2016 07:26

Georges Vidal, Une Alliance improbable. L’armée française et la Russie soviétique, 1917-1939, Presses universitaires de Rennes, 2015.

L'armée française face à l'URSS

Avec Une Alliance improbable Georges Vidal nous offre la seconde partie de son impressionnant travail, issu de son HDR, sur la perception du communisme par l’armée française durant l’Entre-deux guerres. Alors que son précédent ouvrage, L’Armée française et l’ennemi intérieur, examinait cette question dans le cadre national, dans celui-ci l’auteur s’attache à scruter et à analyser le regard porté par les militaires français sur l’URSS et notamment l’Armée rouge. Pour cela, il met à profit de nombreuses sources que ce soit les archives du 2e Bureau, de l’État-major ou la collection de La France Militaire. À cela s’ajoute des fonds peu connus comme celui des attachés militaires ou des officiers stagiaires dans l’armée soviétique.

 

Dans un premier temps l’auteur analyse la représentation de l’URSS par les militaires. Si ces derniers sont unanimement hostiles au régime politique soviétique, ils parviennent néanmoins à faire la distinction entre le régime et son potentiel militaire et stratégique. C’est notamment le cas en 1918 où la mission militaire française en Russie négocie avec Trotski une alliance militaire contre l’Allemagne. Ils perçoivent également les bouleversements qu’induit l’industrialisation stalinienne sur le plan militaire.

 

Georges Vidal étudie ensuite la perception que l’armée française a de son homologue soviétique. Durant les années 1920, l’Armée rouge est vue comme un instrument essentiellement défensif dont les limites techniques empêchent qu’elle puisse sortir de ses frontières. Ce point de vue change durant les années 1930 notamment en ce qui concerne les progrès de l’aviation ou la professionnalisation de l’encadrement. Les purges de l’Armée rouge en 1937-1938 réactivent néanmoins les appréciations négatives sur le potentiel militaire soviétique qui reste toujours perçu comme essentiellement défensif.

 

Dans une dernière partie, l’auteur étudie la place de l’URSS dans la vision stratégique de l’armée française. Pendant longtemps c’est la crainte d’une alliance entre l’Union soviétique et l’Allemagne qui domine avant que le rapprochement diplomatique de 1934-1935 n’entraîne l’émergence de l’idée d’une alliance militaire contre le IIIe Reich. Mais la France dispose déjà d’une alliance de revers contre ce dernier avec la Pologne. Une division se fait alors jour au sein de la direction de l’armée entre ceux qui privilégient l’alliance polonaise et ceux qui lui préfèrent une alliance soviétique. L’URSS n’ayant pas de frontière commune avec l’Allemagne, c’est le choix polonais qui est finalement préféré et cela dès 1935. En 1939, quand la France cherche un appui à l’Est contre Hitler il est déjà trop tard, les Soviétiques ne font plus confiance aux Français.

 

L’étude de Georges Vidal fait date, car elle balaye une idée largement répandue, celle d’un aveuglement anticommuniste des militaires français. L’appréciation de l’URSS et de son potentiel militaire n’est pas déformée par les préjugés idéologiques même s’il n’existe aucune complaisance pour le régime communiste. Elle répond essentiellement à des critères stratégiques qui placent comme ennemi principal l’Allemagne et confèrent donc un rôle marginal à l’Union soviétique. Voici donc un livre essentiel pour comprendre l’image de l’URSS dans la France de l’Entre-deux guerres et sa place dans la réflexion stratégique française à la Seconde Guerre mondiale.

Repost 0

Présentation

  • : Communisme, violence, conflits
  • Communisme, violence, conflits
  • : Blog destiné à publier des articles et travaux historiques concernant les relations entre communisme et violence au XX°siècle. Ce blog est ouvert à ceux qui voudront publier articles, notes, annonces de publications, de colloques ou autres concernant ce champs d'étude historique.
  • Contact

L'autre coté de la colline

bannerfans 6509167

Rigueur historienne et clarté du propos. A ne pas manquer !

Recherche

Publications de David FRANCOIS

GuideICSerge Wolikow, Alexandre Courban, David François, Christian Oppetit, Guide des archives de l'Internationale communiste, 1919-1943, Archives nationales-MSH Dijon, Paris-Dijon, 2009. 

9782749110356Serge Wolikow (sld), Pierre Sémard, Le Cherche-Midi, Paris, 2007, (Rédaction du chapitre "La mise à l'écart (1929-1932)")