Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 août 2016 4 18 /08 /août /2016 07:34

Jean Vigreux, Histoire du Front populaire. L’échappée belle, Taillandier, 2016.

La vie est à nous

Les commémorations d’événements historiques sont depuis quelques années systématiquement accompagnées d’une floraison éditoriale où la quantité n’est pas toujours synonyme de qualité. Les 80 ans du Front populaire n’échappent pas à ce phénomène même si dans ce cas le nombre de publications est moindre que pour d’autres événements et la qualité des ouvrages publiés bien meilleurs. Parmi ces derniers, celui de Jean Vigreux apparaît comme la synthèse la mieux réussie.

 

Le livre de Jean Vigreux, s’adressant au plus grand nombre, apparaît au premier abord d’une facture assez classique, adoptant un plan chronologique qui, après un tableau de la crise à la fois économique, politique et sociale qui touche la France dans la première moitié des années 1930, retrace la genèse et le développement de la coalition de Front populaire jusqu’à la victoire électorale de mai 1936. La suite de l’ouvrage étudie le Front populaire au pouvoir, donnant une large place aux grèves de juin et aux différentes réformes initiées par le gouvernement Blum, puis son déclin et sa fin avec l’arrivée de Daladier au pouvoir. Pour terminer, les deux derniers chapitres analysent l’ampleur du phénomène de politisation ainsi que la façon dont les différents secteurs de la société ont vécu la période.

 

Si l’auteur, à la lumière des travaux historiques les plus récents, retrace les différentes étapes, déjà bien connues, de l’histoire du Front populaire, il élargit son propos bien au-delà du simple horizon de l’histoire politique ou sociale traditionnelle concernant cette période. Ainsi, sur le plan social, si Jean Vigreux consacre une part importante de son livre au monde ouvrier, il offre de nombreux passages traitant de la situation et des conflits au sein de la société rurale. Le rôle des intellectuels, de l’Église, du patronat, des femmes n’est pas oublié de même que la façon dont l’expérience du Front populaire est vécue dans les régions et dans les colonies françaises. A ce titre, Jean Vigreux innove dans l’historiographie du Front populaire en nous offrant la première histoire globale du Front populaire de ce moment clef de l’histoire française contemporaine.

 

La démarche de Jean Vigreux permet ainsi de « casser » certains mythes concernant le Front populaire. Ainsi, si cette période fut marquée par de nombreuses espérances et une certaine joie de vivre, elle fut aussi un moment de grandes tensions, de haines et de violences. Elle fut aussi celle de profondes restructurations politiques. Si à gauche, l’unité des débuts laisse la place à des divisions, aussi bien entre les formations politiques qu’à l’intérieur de celles-ci, notamment au sein de la SFIO et du parti radical, la droite voit l’émergence du Parti social français, véritable parti de masse. Jean Vigreux montre d’ailleurs que l’attraction exercée par le PSF sur de larges franges de l’électorat radical pousse le parti radical à se rapprocher de la droite, conduisant ainsi à mettre fin à la coalition de Front populaire.

 

Le livre de Jean Vigreux, claire et accessible aux non-spécialistes, magistrale synthèse sur ce moment clef de l’histoire politique et sociale française où l’État s’arroge un rôle régulateur et interventionniste, est un passage obligé pour tous ceux qui veulent découvrir ou redécouvrir, au-delà des mythologies et des simplifications cette « échappée belle » que fut le Front populaire.

Repost 0
14 mars 2016 1 14 /03 /mars /2016 07:17

Nicolas Ross, Koutiepov. Le combat d’un général blanc, de la Russie à l’exil, Éditions des Syrtes, 2016.

Koutiepov, général blanc

Sans son mystérieux enlèvement en 1930, le nom du général Koutiepov serait largement ignoré, si ce n’est de quelques spécialistes de l’émigration russe blanche. En effet, tous les ouvrages traitant de l’histoire des services secrets soviétiques relatent, avec plus ou moins de précisions, l’opération menée par la Guépéou qui aboutit à « l’évaporation » du général blanc. Mais le récit qu’ils donnent des derniers moments de liberté de Koutiepov fait généralement l’impasse sur la figure et l’histoire de cet homme. Le livre de Nicolas Ross comble ce manque.

 

Issu d’une famille modeste, Koutiepov intègre dans son adolescence le corps des cadets et débute une brillante carrière militaire. Décoré par Nicolas II pour son action lors de la guerre russo-japonaise en 1904-1905, il commande pendant la Première Guerre mondiale le régiment Preobrajenski de la Garde impériale. Avec la prise du pouvoir par les bolcheviks en novembre 1917, Koutiepov rejoint les unités blanches dans la région Don. Officier déterminé et excellent tacticien, il lutte contre les Soviétiques dans le sud de la Russie jusqu’à l’évacuation des troupes blanches en 1920. Une grande partie des restes de l’armée blanche trouve refuge dans la péninsule de Gallipoli où Koutiepov tente de lui conserver une force opérationnelle et une discipline rigoureuse. Peu à peu, les unités de l’armée blanche quittent Gallipoli pour s’établir principalement en Bulgarie et en Yougoslavie. Koutiepov suit ses hommes en Bulgarie puis en Serbie en 1922 avant de s’établir en France.

 

Koutiepov devient un élément central de l’émigration blanche par son activité au sein de deux associations qui la structurent, l’Union des anciens de Gallipoli et l’Union générale des combattants russes. C’est à partir de ce moment qu’il se lance dans l’organisation de l’action clandestine et subversive en URSS. Sur ce terrain dangereux, Koutiepov subit de nombreux revers, la GPU veille et les Soviétiques se montrent de redoutables adversaires face à des Blancs naïfs et crédules. Pourtant, à l’heure où la collectivisation bat son plein en URSS les Soviétiques craignent que l’émigration blanche ne représente un possible débouché pour les résistances et les révoltes des victimes de la politique de Staline. La disparition de Koutiepov est alors ordonné et conduit à son enlèvement en plein cœur de Paris en janvier 1930.

 

Le livre de Nicolas Ross est une intéressante plongée dans le monde de l’émigration blanche des années 1920, un monde dispersé, précaire, nostalgique où apparaissent rivalités et dissensions. L’auteur, s’appuyant sur une riche documentation, fait revivre cette émigration, ces grandes figures, ses structures, les lieux où se retrouve cette diaspora. Les chapitres concernant les opérations clandestines en URSS se lisent comme un roman d’espionnage et démontrent la supériorité des Soviétiques dans cette bataille de l’ombre où les manipulations, les retournements, les trahisons sont légion. Sur ce sujet regrettons néanmoins la minceur et la faiblesse des sources utilisées.

 

Au final, voici un livre indispensable pour appréhender l’émigration blanche et la lutte qu’elle livra contre l’Union soviétique. Si nous aurions aimé que les passages sur la guerre civile soient plus développés et que l’auteur consacre quelques pages sur la mémoire de Koutiepov dans la Russie actuelle, le livre de Nicolas Ross lève un coin du voile sur un aspect mal connu de l’histoire russe.

Repost 0
2 septembre 2015 3 02 /09 /septembre /2015 16:43

Jean-Marie Augustin, Le Plan Bleu, 1947 un complot contre la République, Geste éditions, 2006.

1947, le Plan Bleu

L’année 1947 est celle de l’entrée de plain-pied de la France dans la Guerre froide. Dans un climat de crise économique et de rationnement, le socialiste Paul Ramadier chasse les ministres communistes du gouvernement en mai. La tension sociale et politique est à son comble avec la grève à Renault en avril, puis les grèves de novembre où des émeutes éclatent notamment à Marseille et Saint-Étienne. Pour beaucoup, la France est sur le point de connaître une révolution communiste à l’image de ce qui se passe en Europe de l’Est.

 

C’est dans ce contexte que Depreux, ministre socialiste de l’Intérieur, révèle le 30 juin 1947 la découverte d’un complot d’extrême-droite visant à renverser le régime. Selon le ministre, les initiateurs du Plan bleu visaient à s’emparer de la Bretagne avec l’aide d’officiers et de gendarmes puis d’isoler Paris avec l’aide d’une colonne militaire venant des forces françaises en Allemagne. Une fois au pouvoir les conspirateurs mettraient en place un directoire qui devrait abroger la Constitution de 1947, dissoudre le PCF, suspendre les partis politiques, établir la censure, interdire les grèves et réunions publiques.

 

Rapidement, la presse se rend compte de l’inconsistance du complot qui ressemble plus à une escroquerie qu’à une menace réelle pour la République. À l’origine du Plan bleu se trouve un certain Aurouet dit de Mervelce, aventurier et mythomane, qui profite de la peur du communisme pour essayer de soutirer de l’argent à de riches donateurs comme les producteurs de Champagne, les patrons de la sidérurgie lorraine ou la direction de Michelin. Pour apporter un semblant de crédit à ces propos, notre escroc élabore un plan d’action qu’il conserve dans une pochette de couleur bleue.

 

L’amateurisme d’Aurouet ne l’aide pas à convaincre les éventuels bailleurs de fonds mais il parvient à rassembler autour de lui quelques exaltés de la lutte anticommuniste comme le baron Vulpian. Il agrège aussi quelques organisations anticommunistes locales comme le MAC (mouvement anticommuniste) à Chamalière ou l’AFL (armée française loyale) dans la région de Montbéliard. Au final, 46 inculpés sont jugés en janvier 1949 à Paris.

 

L’auteur, s’appuyant sur des archives, démontre que ce complot, qui n’est rien d’autre qu’une escroquerie, se transforme en affaire politique par la volonté d’un gouvernement qui après avoir chassé les communistes du pouvoir frappe à droite pour rassembler la coalition parlementaire qui le soutient. On est donc bien loin des suppositions de certains auteurs qui voient dans le Plan bleu l’émergence d’un réseau stay-behind, un Gladio français, organisé par la CIA et le MI6 pour mener une « stratégie de la tension » en France.

Repost 0
communismeetconflits - dans Anticommunisme Complot 4e République

Présentation

  • : Communisme, violence, conflits
  • Communisme, violence, conflits
  • : Blog destiné à publier des articles et travaux historiques concernant les relations entre communisme et violence au XX°siècle. Ce blog est ouvert à ceux qui voudront publier articles, notes, annonces de publications, de colloques ou autres concernant ce champs d'étude historique.
  • Contact

L'autre coté de la colline

bannerfans 6509167

Rigueur historienne et clarté du propos. A ne pas manquer !

Recherche

Publications de David FRANCOIS

GuideICSerge Wolikow, Alexandre Courban, David François, Christian Oppetit, Guide des archives de l'Internationale communiste, 1919-1943, Archives nationales-MSH Dijon, Paris-Dijon, 2009. 

9782749110356Serge Wolikow (sld), Pierre Sémard, Le Cherche-Midi, Paris, 2007, (Rédaction du chapitre "La mise à l'écart (1929-1932)")