Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 08:00

Robert Chantin, Parcours singuliers de résistants de Saône-et-Loire, L'Harmattan, 2007.

Résistants communistes en Saône-et-Loire

 Le livre de Robert Chantin, professeur agrégé à Chalon-sur-Saône et docteur en Histoire, est un exemple parfait de ce que peut être une excellente étude régionale concernant l'histoire de la Seconde Guerre mondiale et de ses lendemains. Robert Chantin est déjà l'auteur en 2002 d'une étude sur la place des résistants dans les conflits politiques de l'immédiat après-guerre.

 

L'auteur présente cinq biographies de militants syndicaux et communistes de longue date dont quatre sont mineurs dans le bassin de Montceau-les-Mines. Le point commun à ces cinq personnalités est une réaction commune face au pacte germano-soviétique d’août 1939, à la défaite de la France en juin 1940, à la stratégie complexe et ambiguë jusqu'en juin 1941. Certains, comme Antoine Tissot, ancien candidat aux législatives de 1936, sont profondément choqués par la signature du pacte de non-agression. Ils le critiquent, lui donnent le sens qu'il prendra après-guerre dans la vulgate communiste mais ils refusent également de le dénoncer publiquement et de donner ainsi des armes aux adversaires du communisme.

 

Ces hommes et femmes refusent évidemment la ligne officielle qui définit la guerre comme impérialiste. Ils mettent sur pied, dès l'automne 1940 les prémices d'une résistance communiste, notamment par le biais de l'Organisation spéciale. Après le 22 juin 1941, ces hommes, désormais en parfait accord avec la ligne du Parti, se lancent dans le combat contre l'occupant. Mais le prix à payer est cher. Antoine Tissier et Camille Vallont sont internés, Elsof Leroy est abattu en juin 1942 par les Groupes mobiles de réserve, une force policière mise en place par Vichy tandis que Mesdames Leroy et Bar sont déportés au camp de concentration de Ravensbruck.

 

Paradoxalement ces militants qui ont tous les attributs des héros sont critiqués et exclus du PC. Ce qui est en cause c'est l'indiscipline dont ils se sont rendus coupables durant la guerre, c'est cette indépendance d'esprit qui les condamne aux yeux d'un appareil pour qui la fidélité à la ligne est un article de foi. Mais l'élimination de la famille communiste ne suffit pas, les exclus doivent également disparaître de la mémoire collective. Les commémorations et les publications qui célèbrent la Résistance taisent leur rôle dans la clandestinité qui apparaît comme un défi pour l'histoire officielle du PCF.

 

Le livre de Chantin invite à une réflexion approfondie sur les les liens entre mémoire et histoire. Mais c'est aussi une formidable plongée dans l'histoire politique et sociale de la guerre et de l'après-guerre vue à partir de la Saône-et-Loire et de la Bourgogne en général.

Partager cet article

Repost 0
communismeetconflits

Présentation

  • : Communisme, violence, conflits
  • Communisme, violence, conflits
  • : Blog destiné à publier des articles et travaux historiques concernant les relations entre communisme et violence au XX°siècle. Ce blog est ouvert à ceux qui voudront publier articles, notes, annonces de publications, de colloques ou autres concernant ce champs d'étude historique.
  • Contact

L'autre coté de la colline

bannerfans 6509167

Rigueur historienne et clarté du propos. A ne pas manquer !

Recherche

Publications de David FRANCOIS

GuideICSerge Wolikow, Alexandre Courban, David François, Christian Oppetit, Guide des archives de l'Internationale communiste, 1919-1943, Archives nationales-MSH Dijon, Paris-Dijon, 2009. 

9782749110356Serge Wolikow (sld), Pierre Sémard, Le Cherche-Midi, Paris, 2007, (Rédaction du chapitre "La mise à l'écart (1929-1932)")