Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 mars 2016 1 14 /03 /mars /2016 07:17

Nicolas Ross, Koutiepov. Le combat d’un général blanc, de la Russie à l’exil, Éditions des Syrtes, 2016.

Koutiepov, général blanc

Sans son mystérieux enlèvement en 1930, le nom du général Koutiepov serait largement ignoré, si ce n’est de quelques spécialistes de l’émigration russe blanche. En effet, tous les ouvrages traitant de l’histoire des services secrets soviétiques relatent, avec plus ou moins de précisions, l’opération menée par la Guépéou qui aboutit à « l’évaporation » du général blanc. Mais le récit qu’ils donnent des derniers moments de liberté de Koutiepov fait généralement l’impasse sur la figure et l’histoire de cet homme. Le livre de Nicolas Ross comble ce manque.

 

Issu d’une famille modeste, Koutiepov intègre dans son adolescence le corps des cadets et débute une brillante carrière militaire. Décoré par Nicolas II pour son action lors de la guerre russo-japonaise en 1904-1905, il commande pendant la Première Guerre mondiale le régiment Preobrajenski de la Garde impériale. Avec la prise du pouvoir par les bolcheviks en novembre 1917, Koutiepov rejoint les unités blanches dans la région Don. Officier déterminé et excellent tacticien, il lutte contre les Soviétiques dans le sud de la Russie jusqu’à l’évacuation des troupes blanches en 1920. Une grande partie des restes de l’armée blanche trouve refuge dans la péninsule de Gallipoli où Koutiepov tente de lui conserver une force opérationnelle et une discipline rigoureuse. Peu à peu, les unités de l’armée blanche quittent Gallipoli pour s’établir principalement en Bulgarie et en Yougoslavie. Koutiepov suit ses hommes en Bulgarie puis en Serbie en 1922 avant de s’établir en France.

 

Koutiepov devient un élément central de l’émigration blanche par son activité au sein de deux associations qui la structurent, l’Union des anciens de Gallipoli et l’Union générale des combattants russes. C’est à partir de ce moment qu’il se lance dans l’organisation de l’action clandestine et subversive en URSS. Sur ce terrain dangereux, Koutiepov subit de nombreux revers, la GPU veille et les Soviétiques se montrent de redoutables adversaires face à des Blancs naïfs et crédules. Pourtant, à l’heure où la collectivisation bat son plein en URSS les Soviétiques craignent que l’émigration blanche ne représente un possible débouché pour les résistances et les révoltes des victimes de la politique de Staline. La disparition de Koutiepov est alors ordonné et conduit à son enlèvement en plein cœur de Paris en janvier 1930.

 

Le livre de Nicolas Ross est une intéressante plongée dans le monde de l’émigration blanche des années 1920, un monde dispersé, précaire, nostalgique où apparaissent rivalités et dissensions. L’auteur, s’appuyant sur une riche documentation, fait revivre cette émigration, ces grandes figures, ses structures, les lieux où se retrouve cette diaspora. Les chapitres concernant les opérations clandestines en URSS se lisent comme un roman d’espionnage et démontrent la supériorité des Soviétiques dans cette bataille de l’ombre où les manipulations, les retournements, les trahisons sont légion. Sur ce sujet regrettons néanmoins la minceur et la faiblesse des sources utilisées.

 

Au final, voici un livre indispensable pour appréhender l’émigration blanche et la lutte qu’elle livra contre l’Union soviétique. Si nous aurions aimé que les passages sur la guerre civile soient plus développés et que l’auteur consacre quelques pages sur la mémoire de Koutiepov dans la Russie actuelle, le livre de Nicolas Ross lève un coin du voile sur un aspect mal connu de l’histoire russe.

Repost 0
3 mars 2016 4 03 /03 /mars /2016 07:18

Les pilotes soviétiques au combat.

Les unités aériennes nationalistes volant sur des I-15 et I-16 ne peuvent entrer en action qu’après la formation des pilotes c’est-à-dire à partir de février-mars 1938. Ce délai et la situation militaire catastrophique des Chinois obligent les équipages soviétiques à entrer en action dés leur arrivée en Chine. Le premier groupe de chasse est ainsi engagé dès le 21 novembre lors d’un combat contre 20 appareils japonais. Les 7, I-16 engagés abattent ce jour-là au-dessus de Nankin deux chasseurs et un bombardier nippons. Le lendemain le groupe Prokoviev entre en action et subit sa première perte avec la mort du lieutenant Nejdanov. Peu à peu, les escadrilles soviétiques s’organisent et s’aguerrissent sous la direction du capitaine A. Blagoveschenski et sous la supervision du commandant Rychagov. Le 1er décembre 1937, 20 avions japonais sont abattus par 7 chasseurs soviétiques I-16 près de Nankin.

 

Les escadrilles de bombardiers entrent eux aussi rapidement en action. Au milieu de novembre, les SB sont largement déployés à l’intérieur de la Chine. Le 13 novembre, il y en a ainsi 13 à Xian et le 18 décembre, 18 appareils sont opérationnels. Parmi eux volent deux groupes de combat formés par des aviateurs soviétiques. Le groupe de Machine est déployé à Nankin et le 2 décembre, 9 de ces SB conduisent une attaque contre la base aérienne japonaise et le port de Shanghai. Depuis Nankin les appareils suivent la rive droite du Yang-Tsé-Kiang puis prennent la direction du nord-est pour voler 30 à 40 km au-dessus de la mer. Une douzaine d’avions ennemis sont ainsi détruits, 6 navires endommagés et un croiseur auxiliaire coulé. Peu après, le même groupe lance une attaque sur les navires japonais qui empruntent le Yang-Tsé-Kiang. Selon les sources soviétiques un croiseur aurait alors été coulé. C’est aussi dans les premiers jours de décembre que le groupe de Machine perd son premier appareil lors d’un raid japonais contre l’aérodrome d'Hankou.

 

En novembre 1937 un second groupe de 150 hommes à bord de bombardiers SB, sous les ordres de Polynine, arrive du district militaire de Transbaïkalie en inaugurant la voie Irkoutsk- Lanzhou-Hankou à travers les steppes de la Mongolie. Ce groupe ne commence à opérer qu’en janvier 1938.

Le commandant Polynine au centre

Le commandant Polynine au centre

Après la chute de Nankin.

Le 13 décembre 1937, les troupes japonaises s’emparent de Nankin, la capitale de la Chine nationaliste. Le gouvernement chinois, qui s’est réfugié à Hankou, demande alors à Moscou d’accroître son aide. Les livraisons soviétiques permettent de reconstituer la flotte aérienne chinoise qui compte au début 1938 prés de 400 appareils, la plupart de fabrication soviétique. Au printemps 1938, les pilotes chinois volent en majorité sur des avions soviétiques.

 

Sur le terrain, les pilotes soviétiques défendent Hankou en janvier 1938. Le groupe de bombardiers de Machine est déplacé à Nanchang et leur ancien aérodrome de Nankin devient une de ses nouvelles cibles. Le raid qu’il lance contre la base aérienne japonaise de Taïwan reçoit un grand retentissement. Il se déroule le 23 février, jour anniversaire de l’Armée rouge. Les aérodromes ennemis ne sont pas les seules cibles des bombardiers qui attaquent également les ponts, les gares, les postes militaires japonais. En février 1938, un groupe de 13 SB attaque l’une des grandes gares sur la voie ferrée Tianjin-Pukou et bombarde trois trains. Le jour suivant, un détachement japonais traversant le Huanghe est attaqué. Les radeaux et les bateaux sont bombardés tandis que l’infanterie est attaquée par des tirs de mitrailleuses.

 

Le 18 février 1938, les 3 groupes de chasseurs I-15 commandés par Blagoveschenski abattent 18 avions japonais, en majorité des bombardiers, près d'Uchan. Ils participent également à la plus grande bataille aérienne de la guerre sino-japonaise qui se déroule le 29 avril 1938 au-dessus de Wuhan. Face aux appareils japonais, se trouve aux côtés des Chinois 19 I-15 et 45 I-16 pilotés par des Soviétiques. Dans la journée, 11 chasseurs nippons et 10 bombardiers sont abattus. Chinois et Soviétiques perdent 12 pilotes. Après cette défaite les Japonais n’attaquent plus Wuhan pendant un mois. Le 31 mai, 36 chasseurs et 18 bombardiers nippons volent vers Whuhan. Pour les affronter, 31 appareils pilotés par des Soviétiques et 18 chasseurs chinois s’envolent. Au final 14 appareils japonais sont abattus alors que Chinois et Soviétiques ne perdent qu’un pilote chacun.

 

Jusqu’en juin 1938, les Soviétiques ne combattent que dans la zone des grandes villes de Nankin, Nanchang et Wuhan, délaissant la Chine du Sud et les régions du Nord près de la Mandchourie. À l’été, les Chinois craignant un débarquement japonais au sud près de Canton, des pilotes soviétiques sont envoyés dans cette région. Mis au courant, les Japonais prennent soin de bombarder les aérodromes ennemis. En réponse les Soviétiques bombardent le port d'Aomyn à Macao. Le débarquement japonais ne venant pas, une partie du groupe demeure néanmoins sur place tandis que le reste retourne à Nanchang.

Pilotes soviétiques sur la base de Wuhan

Pilotes soviétiques sur la base de Wuhan

Les Soviétiques participent alors aux combats de l’été lors de l’offensive nippone contre Wuhan. Le bilan des combats aériens de juillet est lourd pour les Soviétiques. Durant ce mois 11 pilotes et membres d’équipage sont tués, soit plus de 10% des pertes au combat pour la période 1937 à 1939. Mais les Soviétiques infligent aussi des pertes sévères aux Japonais. Ainsi le 18 juillet, Dadonov abat l’as japonais Nango dont la mort provoque un choc au Japon. Le 12 août, à Wuhan, 40 chasseurs soviétiques dirigés par Nikolaenko affrontent 120 appareils japonais perdant 5 avions et abattant 16 appareils adverses.

 

Les principales missions des pilotes soviétiques lors de ces combats consistent dans le soutien des troupes au sol et le bombardement des aérodromes japonais, des gares, des routes et des transports. Les combats les plus féroces ont lieu dans le cadre de l’opération défensive d'Uchan en juillet-octobre 1938 40 chasseurs soviétiques I-15 et I-16 commandés par le capitaine E. Nikolaenko affrontent prés de 200 avions japonais.


 

Le turn-over des équipages soviétiques.

L’Armée rouge organise à l’été 1938 le remplacement des équipages épuisés par prés de six mois de combats tout en renforçant sa présence en Chine. Le premier groupe de pilotes de chasse retourne alors en URSS. Mais dès le printemps précédent sont arrivés en Chine 73 volontaires dont 26 pilotes sous les ordres du capitaine Nikolaenko puis en juin le groupe du capitaine Yakouchine avec 10 I-15bis. Pour les bombardiers, le groupe de Polynine retourne à Lanzhou en juin pour effectuer une révision des appareils. Là il est remplacé par un nouveau groupe sous les ordres de T. Khryoukine qui est arrivé par la route du sud. De nouvelles unités arrivent également par la route du nord. Le 3 juin, le colonel Tkhor, qui a déjà combattu en Espagne, conduit 13 SB arrivant d’Oulan-Bator et un autre groupe de 15 appareils arrive le 7 juin. Le capitaine S. Sliousarev prend le commandement du groupe formé avec ces nouveaux arrivants. À travers la Mongolie est acheminée également un autre groupe dirigé par G. Titov pour être déployé à Wanxian alors qu'Hankou est victime de sévères attaques aériennes japonaises.

 

La principale activité de ces groupes de bombardiers est l’attaque du trafic fluvial sur le Yang-Tsé-Kiang, une artère vitale pour le ravitaillement des troupes nippones. Les Japonais notent ainsi une forte augmentation des bombardements du 14 juin au 28 juillet sur cet axe avec 49 attaques contre des navires et des troupes le long des rives. Les chasseurs japonais sont alors principalement occupés à escorter les bombardiers attaquant Hankou, Wuchang et Nanchang et ne peuvent donc qu’en de rares occasions intercepter les SB volant au-dessus du fleuve. Les Soviétiques endommagent ainsi 16 navires nippons et en coulent 92, obligeant les Japonais à prendre des mesures de défense antiaériennes : des batteries sont installées sur les berges, les navires de transports sont armés de mitrailleuses et des aérodromes sont construits le long du fleuve. Les équipages soviétiques commencent alors à subir des pertes importantes notamment avec l’arrivée des nouveaux chasseurs japonais Nakajima Ki-27 plus rapides.

 

En novembre 1938, les volontaires soviétiques reçoivent l’ordre de cesser temporairement leur participation au combat. Les pilotes sont en effet épuisés. Tous les avions sont envoyés à Lanzhou pour subir une révision. Au début de 1939, les Chinois n’ont plus qu’une centaine d’appareils en état de combattre. Grâce à l’aide soviétique ce nombre atteint les 200 et le 18 juillet 1939 arrive à Lanzhou 30 I-15bis puis le 3 août 30 I-16.

 

Après la chute de Wuhan, le 25 octobre 1938, les bases aériennes chinoises se concentrent autour de Chengdu et Chongqing qui deviennent alors les cibles de l’aviation japonaises. Fin 1938 et début 1939, les Japonais lancent également des attaques sur Lanzhou défendue par les pilotes soviétiques. Le groupe de S. Souproune composé d’environ 50 pilotes devient rapidement l’une des principales forces contenant les Japonais. En décembre 1939 ce groupe est transféré dans le sud où la bataille pour la province du Yunnan devient plus intense, se déplaçant le long de ce qui sera nommé la « route de la Birmanie ». Les pilotes soviétiques protègent alors les aérodromes et les lignes de communications contre les attaques aériennes.

 

En 1939, l’aviation soviétique en Chine a accumulé de nombreuses victoires malgré la supériorité numérique des Japonais qui sont capables de lancer des attaques aériennes sur les villes chinoises et les installations militaires mal défendues. En réponse à ces attaques aériennes mais également pour remonter le moral aux troupes chinoises, les pilotes soviétiques organisent un raid sur le territoire japonais. Il s’agit aussi de tester les capacités de la défense antiaérienne nippone. Après une mission de reconnaissance le 21 février 1939, le 23, un groupe de 28 bombardiers SB dirigé par Polynine attaque la base aérienne japonaise prés de Taipei sur l’île de Formose détruisant 40 appareils japonais au sol mais également les dépôts de carburants et les défenses antiaériennes. Les Soviétiques ne perdent aucun appareil lors de ce raid. Le lendemain, un petit groupe de bombardiers soviétiques revient attaquer des cibles secondaires sur Formose et ne rencontre qu’une résistance sporadique de la chasse japonaise et de la défense antiaérienne. Le 20 mai 1939, les Soviétiques lancent une nouvelle attaque aérienne sur l'île japonaise avant de retourner, sans avoir subi de pertes, en territoire chinois.

 

Le groupe de bombardiers dirigé par Sliousarev participe quant à lui à la contre-offensive chinoise de Laoshang. Maintenant protégé par une couverture aérienne composée de I-16 chinois, il bombarde principalement l’infanterie et l’artillerie nippones. Par la suite les équipages sous les ordres de Sliousarev transportent de nouveaux bombardiers depuis Irkoutsk. Au printemps 1939, ils ont en livrés environ 60 qui sont remis à l’armée de l’air chinoise.

Stepan Souproune

Stepan Souproune

Le baptême du feu des Iliouchine DB-3.

Dans l’été 1939, le DB-3, un nouveau bombardier longue portée reçoit son baptême du feu en Chine. Il n’a pas eu en effet l’occasion d’être essayé en Espagne, car il n’était pas alors suffisamment au point et seules quelques appareils étaient sortis des usines de fabrication. Il est donc décidé de le tester dans le ciel chinois. Cet envoi répond aussi à une nécessité sur le terrain. Les opérations des pilotes soviétiques puis chinois contre les aérodromes japonais ont forcé l’ennemi à les déplacer loin derrière les lignes de front ce qui a pour conséquence de réduire l’efficacité des attaques avec des bombardiers SB.

 

Le premier groupe de 12 DB-3 sous les ordres du capitaine G. Koulichenko prend la route Moscou-Orenbourg-Alma Ata en juin. Un second groupe de 12 DB-3 commandés par N. Kozlov le suit peu après. Le plus grand succès de Koulichenko est l’attaque de l’aérodrome d'Hankou, loin derrière les lignes japonaises, le 3 octobre 1939. Les SB ne pouvant atteindre une cible si lointaine, la surprise des Japonais est totale. Le jour de l’attaque la base japonaise se préparent à recevoir de nouveaux avions venus du Japon et pour l’occasion sont présents des représentants du commandement de la flotte et des autorités de la ville. Neuf DB-3 volent en formation serrée et maintiennent le silence radio. Ils attaquent alors que la cérémonie officielle est en cours. Depuis une altitude de 8 700 mètres, ils larguent des bombes explosives et des bombes incendiaires. La DCA nippone reste silencieuse et un seul chasseur japonais réussit à décoller mais sans parvenir à intercepter les bombardiers soviétiques.

Bombardier soviétique DB-3

Bombardier soviétique DB-3

Sur l’aérodrome, 64 appareils japonais sont détruits ou endommagés, il y a 130 morts et 300 blessés. Parmi les victimes on compte 7 officiers supérieurs tués et 12 blessés dont le contre-amiral Tsukahara commandant de la flottille aérienne. Les réserves de carburant de l’aérodrome brûlent durant plus de trois heures. Une période de deuil est déclarée tandis que le commandant de l’aérodrome est exécuté.

 

L’attaque est répétée le 14 octobre avec 12 DB-3, à nouveau dirigés par Koulichenko. Mais peu après avoir largué leurs bombes, causant la destruction de 36 appareils ennemis, le groupe est attaqué par des chasseurs japonais. Trois bombardiers sont endommagés. Blessé, Koulichenko parvient à rejoindre Wangxian, mais son avion s’abat dans le Yang-Tsé-Kiang où il est finalement repêché. Le commandant soviétique décède néanmoins peu après de ses blessures.

 

Si les opérations contre Hankou sont des succès, l’attaque contre l’aérodrome de Yuncheng le 31 octobre est un échec complet. Cette base est située à environ 25 kilomètres derrière la ligne de front mais à la limite du rayon d’action des DB-3 stationnés à Chengdu. Selon le renseignement chinois, la base japonaise abrite alors une centaine d’appareils ce qui en fait une cible de choix. Le conseiller militaire soviétique pour l’aviation, Anisimov prend la décision d’engager tous les DB-3 disponibles dans ce raid et il y participe personnellement en remplaçant le canonnier dans l’appareil que pilote Kozlov. Les conditions météorologiques sont mauvaises et les navigateurs des deux groupes engagés ne parviennent pas à trouver leur chemin. Aucun bombardier n’atteint finalement l’aérodrome de Yuncheng. Les appareils, à court de carburant, atterrissent où ils peuvent le long du trajet de retour. Environ une dizaine sont ainsi perdues.

La tombe du pilote de bombardier Koulichenko.

La tombe du pilote de bombardier Koulichenko.

Le retrait soviétique.

Le nombre d’équipages soviétiques luttant sur des SB chute fortement à la fin de 1939 même si les derniers d’entre eux restent en Chine jusqu’en mai 1940. Parallèlement le nombre d’unités chinoises volant sur des appareils soviétiques ne cesse de croître. Pour former ces équipages, un centre de formation est créé sur l’aérodrome de Chengdu avec un pilote instructeur soviétique et du personnel technique. Au milieu de 1939, ce centre a déjà formé 120 équipages chinois. En septembre 1939, le 19e escadron du 6e groupe aérien chinois est totalement composé de SB qui sont jetés dans la bataille de Guinang. À l’été 1939, les combats entre Soviétiques et Japonais à la frontière de la Mongolie entraînent un déplacement du centre de gravité de l’aviation japonaise ce qui permet à l’armée de l’air chinoise de souffler et de se réorganiser.

 

À la fin de 1939 et au début de 1940, les relations entre l’URSS et Tchang-Kaï-chek se détériorent. La raison officielle avancée est la fin de l’approvisionnement militaire fourni par les nationalistes à la 8e armée et à la 4e armée communistes qui s’accompagne également d’escarmouches armées entre nationalistes et communistes. Il s’agit plus certainement d’une conséquence de la signature du pacte germano-soviétique du 23 août 1939. La proposition allemande d’intégrer Moscou dans l’axe Berlin-Rome-Tokyo dépend de la signature d’un traité de non-agression entre le Japon et l’URSS. Dans ces circonstances, Moscou cesse temporairement l’envoi d’armes et de matériels militaires à la Chine. À l’été 1940, l'ensemble des aviateurs soviétiques sont rappelés. Pourtant quelques conseillers, des instructeurs et une unité technique restent en Chine jusqu’en 1942-1943. La livraison d’avions par l’URSS est reprise par la suite et continue jusqu’au début de la guerre avec l’Allemagne puisque les derniers appareils sont remis aux Chinois en juin 1941. Pour faire face à l’arrivée des Mitsubishi A6M japonais, les fameux Zeros, l’URSS envoie ainsi aux Chinois en novembre 1940 des I-153. Parmi les avions livrés au début de 1941 figurent également des bombardiers SB de la dernière série avec des moteurs M-103 et des tourelles MV-3.


 

Conclusion.

De 1937 à 1939, ce sont près de 200 pilotes soviétiques qui sont tués en Chine dont le lieutenant Gubenko qui le 31 mai 1938 écrase volontairement son appareil sur un chasseur japonais Mitsubishi A5M2. Sur ce total, 111 sont morts lors d’accidents causés par les conditions météorologiques difficiles et l’inexpérience de jeunes pilotes dans un environnement mal connu. Environ 80 appareils japonais ont été abattus par les Soviétiques lors de combats aériens. Parmi les pilotes soviétiques en Chine, 14 reçoivent le titre de Héros de l’Union soviétique et prés de 400 militaires sont décorés. En janvier 1940 la majorité des équipages a finalement quitté la Chine après avoir formé une génération de pilotes chinois et en leur laissant le matériel expédié depuis 1937.

 

L’efficacité du soutien soviétique se mesure à la réaction japonaise qui demande officiellement dés avril 1938 à l’URSS de retirer ses pilotes de Chine. La demande est rejetée par Moscou sous le prétexte que les pilotes soviétique servants en Chine sont des volontaires. Comme en Espagne, si l’aide de Moscou, ne permet pas de modifier le rapport de forces en Chine, elle donne néanmoins aux Chinois les moyens de résister et d’éviter un effondrement militaire. L’URSS profite aussi de son intervention pour à la fois tester son matériel militaire en situation de combat et aguerrir ses officiers, notamment les pilotes dont certains joueront un rôle important durant le conflit avec l’Allemagne. Elle en profite également pour approfondir ses connaissances sur le matériel ennemi. Ainsi quand les Soviétiques capturent 2 A5M2, ces appareils sont immédiatement envoyés en URSS et étudiés à l’Institut scientifique de l’armée de l’air.

 

De 1937 à 1941, l’URSS aura livré à la Chine 563 chasseurs (I-15, I-15 bis, I-16 et I-153) et 322 bombardiers (292 SB, 24 DB-3 et 6 TB-3) ce qui représente 1/3 des bombardiers et la moitié des chasseurs reçus par les Chinois durant l’ensemble de la guerre contre le Japon. Le relais sera pris ensuite par les Américains qui jusqu’en 1945, dans le cadre du Lend-lease, fourniront les nationalistes chinois en matériel militaire livrant ainsi par exemple 1038 chasseurs.


 

Bibliographie.

-Ray Wagner, Prelude to Pearl Harbor: The Air War in China, 1937–1941, San Diego Aerospace Museum, 1991.

-John Erickson, The Soviet High Command: A Military-Political History, 1918–1941, Routledge, 2001.

-Tomas Polak, Christhoper Shores, Stalin's Falcons : The Aces of the Red Star, 1999 Grub Street, 1999.

-Mikhail Maslov, Polikarpov I-15, I-16 and I-153 Aces, Osprey Publishing, 2010.

-Dmitry Shevchuk, « Soviet Planes and Pilots in China », Small Air Forces Observer, 3, octobre 1997.

Repost 0
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 07:18

Le 31 juillet 1937, l’armée impériale japonaise se lance à la conquête de la Chine et débute une guerre qui ne s’achève qu’en 1945 à la suite des bombardements atomiques sur Hiroshima et Nagasaki. Malgré la création d’un front uni entre les communistes de Mao Tsé-toung et les nationalistes de Tchang Kaï-chek, les Chinois sont en position de faiblesse devant la supériorité technique des troupes nippones. Pour résister, ils ont besoin d’une aide extérieure. À partir de 1942, cette aide est essentiellement américaine, mais dès les premiers mois de la guerre et jusqu’en 1941, la Chine reçoit principalement l’aide de l’Union soviétique, une aide qui privilégie paradoxalement les nationalistes plutôt que les communistes chinois.

 

 

L'occupation japonaise en Chine en 1940

L'occupation japonaise en Chine en 1940

Retournement d’alliances.

Tout au long des années 1930, la politique étrangère de l’URSS est marquée par la crainte devant les ambitions japonaises en Extrême-Orient. La conquête de la Mandchourie en 1931 par l'armée impériale inquiète à Moscou qui n’a pas oublié l’intervention japonaise en Sibérie durant la guerre civile russe. L’Empire du Japon demeure donc une menace sérieuse pour l’URSS comme elle le fut jadis pour l’Empire tsariste.

 

Quand les Japonais attaquent la Chine en juillet 1937, l’Union soviétique décide d’apporter son aide aux Chinois. Mais Staline qui se méfie des communistes chinois et de Mao Tsé-toung en particulier se tourne vers les nationalistes de Tchang Kaï-chek. Privilégiant l’intérêt national russe, il cherche ainsi à affaiblir le Japon, mais surtout, conscient des faiblesses militaires chinoises, il veut éviter un effondrement rapide de la Chine qui laisserait à l’armée japonaise les mains libres pour se tourner vers la Sibérie.

 

Ce rapprochement avec Tchang Kaï-chek représente un tournant dans la politique étrangère soviétique puisque à la suite de la rupture entre le parti nationaliste du Kuomintang et le Parti communiste chinois en 1927, les relations sino-soviétiques sont rompues. Elles ne recommencent officiellement qu’en décembre 1932 après des années d’hostilité marquées par le conflit armé de 1929. L’invasion japonaise accélère le processus. La Chine et l’URSS signent un pacte de non-agression le 21 août 1937 et mettent en place une coopération militaire. Les premières négociations entre militaires des deux pays débutent à Moscou en septembre 1937 et dès octobre les Soviétiques acceptent de fournir 225 avions de combat aux Chinois. Alors que les accords sur l’aide militaire ne sont officiellement signés que le 1er mars 1938, à cette date, les Soviétiques ont déjà livré 282 appareils aux troupes de Tchang Kaï-chek. Le poids de cette aide est loin d’être insignifiante puisque si à la fin de 1937 les Chinois ne disposent que de 20 avions en état de vol, ils en possèdent, grâce aux Soviétiques, près de 500 au début 1938.

 

L’aide militaire soviétique aux nationalistes chinois marque aussi un tournant dans la politique militaire chinoise. Depuis le début des années 1930, l’armée chinoise nationaliste bénéficie en effet de l’expérience d’experts militaires allemands comme les généraux Hans von Seekt ou Alexander von Falkenhausen. Ces derniers sont d’abord venus individuellement en Chine mais en 1937 ils sont officiellement reconnus comme appartenant à la mission militaire de la Wehrmacht à Pékin qui comprend alors prés de 70 militaires. Par la suite, le rapprochement entre l’Allemagne et le Japon et surtout la reconnaissance par Hitler de l’État du Mandchoukouo, un satellite du Japon installé en Mandchourie, enveniment rapidement les relations entre la Chine et le Reich. Au début de 1938, prenant comme prétexte l’arrivée en Chine d’experts soviétiques, l’Allemagne rappelle sa mission militaire. La place est désormais libre pour que les Soviétiques deviennent les tuteurs de l’armée nationaliste chinoise.

 

 

Conseillers militaires et blindés soviétiques en Chine.

En 1937-1938 ce sont prés de 300 experts et 5 000 techniciens soviétiques qui se succèdent en Chine. Il y a des pilotes, des tankistes, des spécialistes en armement, des médecins, des officiers d’État-major. Parmi les experts les plus importants se trouvent des généraux comme Pavel Rybalko, Vassili Kazakov, Vassili Tchouïkov ou Andreï Vlassov. Le poste de conseiller militaire en chef auprès du commandement chinois est confié au général Mikhaïl Dratvine qui est également de novembre 1937 à août 1938 attaché militaire à l’ambassade soviétique. Par la suite, lui succède le général Alexandre Cherepanov d’août 1938 à août 1939, Kouzma Kachanov de septembre 1939 à février 1941 et Tchouïkov de février 1941 à février 1942. Au poste d’attaché militaire se retrouve en 1938-1940, Nikolaï Ivanov et Rybalko et en 1940-1942 le général Tchouïkov.

Le général Vlassov, conseiller soviétique en Chine en 1938-1939

Le général Vlassov, conseiller soviétique en Chine en 1938-1939

L’aide soviétique est acheminée vers les ports chinois via l’Indochine et la Birmanie, c'est la route dite du sud, ainsi que par voie aérienne depuis Alma-Ata, la route du nord. Les deux premiers navires de matériel quittent Sébastopol à la mi-novembre et n’atteignent Haïphong et Hong-Kong que fin janvier. L’URSS expédie ainsi à la Chine nationaliste 985 avions, 82 chars de type T-26, 1 317 pièces d’artillerie, 1 550 camions, 30 tracteurs, 14 000 mitrailleuses, 164 millions de cartouches, près de 2 millions d’obus et plus de 80 000 bombes. Avant 1941, ce sont prés de 265 avions et d’autres matériels militaires qui sont livrés à la Chine, un soutien indispensable pour maintenir les capacités de combat de l’armée chinoise, notamment dans l’aviation ou les unités mécanisées.

 

En août 1938, les 82 chars T-26 livrés par Moscou permettent la formation de la 1ere division mécanisée dirigée par le major Chesnokov. Cette division se transforme par la suite en 5e armée mécanisée, renforcée par des véhicules blindés de type BA de fabrication soviétique, qui participent aux combats dés octobre 1938 sous les ordres du major Belov. Les instructeurs soviétiques jouent également un rôle important dans la formation technique des officiers d’artillerie chinois et l’entraînement des officiers d’infanterie. Ils sont aussi nombreux à participer aux combats surtout dans les unités blindées et l’artillerie. Mais c’est dans le domaine aérien que l’aide soviétique se révèle d’une grande importance.

T-26 soviétiques livrés à la Chine

T-26 soviétiques livrés à la Chine

L’opération Z.

L’industrie aéronautique chinoise est embryonnaire dans les années 1930 et les appareils en service dans l’armée nationaliste sont de différents modèles étrangers et le plus souvent obsolètes. À l’été 1937, les Chinois possèdent 600 appareils dont 300 chasseurs mais seulement la moitié est en état de combattre. Si les pilotes chinois se battent courageusement, leurs pertes sont très élevées face à des Japonais dont les appareils sont techniquement largement supérieurs. Ainsi, durant les premières semaines de guerre, les Chinois perdent la plupart de leurs bombardiers. En octobre, ils n’ont plus que 130 appareils en état de marche et moins d’une cinquantaine en novembre.

 

C’est dans cette période critique pour l’aviation nationaliste que l’opération Z, l’envoi de volontaires soviétiques en Chine, débute. Le commissaire du peuple à la Défense, Kliment Vorochilov, réunit alors les meilleurs pilotes volontaires et envoie en Chine une escadrille de 62 Polikarpov I-16 et une escadrille de 31 bombardiers Tupolev SB. La plupart des volontaires pensent alors qu’ils vont partir pour l’Espagne. Le 21 octobre, ils quittent Moscou en train, habillés en civil, pour se rendre à Alma-Ata.

 

Les Soviétiques vont livrer aux Chinois dans les années à venir des bombardiers rapides SB, des chasseurs Polikarpov I-15 et I-16, des bombardiers lourds Tupolev TB-3, des bombardiers à longue distance Iliouchine DB-3. Ces appareils permettent de contrer et de répondre aux attaques aériennes japonaises avec du matériel de qualité et des équipages expérimentés, composés de pilotes soviétiques ayant servi en Espagne et possédant donc une expérience du combat supérieurs à celle des Japonais.

 

Le 23 septembre 1937, Vorochilov ordonne d’organiser le convoyage des bombardiers par une « route spéciale » depuis Irkoutsk en passant par Oulan-Bator et Dalandzadagad en Mongolie jusqu’à Lanzhou en territoire chinois. Trente et un SB sont dispersés depuis Irkoutsk le long du Transsibérien, où l’usine d’aviation n° 125 est chargé de leur assemblage. L’ensemble de ce groupe doit être acheminé en Chine par la 64e brigade aérienne sous les ordres du colonel Tkhor. La liaison entre Alma-Ata et la Chine est particulièrement difficile dans les régions montagneuses et désertiques du nord-ouest chinois. Les quelques terrains d’aviation improvisés qui s’y trouvent, incapables d’accueillir les bombardiers lourds SB, manquent de moyens de communication et sont dépourvus de services météorologiques pour aider les pilotes.

 

Une fois arrivée en Chine, les avions soviétiques, le plus souvent chargés à l’excès de personnels et de matériels, font face au manque d’installation technique nécessaire pour les réparations ou l’approvisionnement. Ainsi les bombardiers DB-3 qui ont besoin de 1 500 litres de carburant nécessitent la mobilisation de 200 à 300 paysans locaux pour porter les bidons d’essence nécessaire à leur ravitaillement. Les conditions climatiques posent également des problèmes entre les fortes pluies sur des terrains non drainés qui se transforment en marécages ou les chutes de neige qui empêchent les atterrissages normaux. Les bases chinoises disposant de pistes en dur, de hangars, de dépôts d’essences et d’ateliers de réparation sont connus des Japonais qui ont pris soin de les bombarder pour les rendre inutilisables.

Chasseurs I-16 soviétiques

Chasseurs I-16 soviétiques

Les 10 premiers SB partent de Moscou le 17 septembre suivis par 16 autres appareils le 24 et 5 le 27. Les conseillers soviétiques dans le domaine aérien envoyés en Chine sont alors les colonels Grigori Tkhor, Pavel Rychagov et Fiodor Polynine. Ils dirigent une mission qui se compose de 447 militaires : des pilotes, des techniciens, des ingénieurs, des mécaniciens, des opérateurs radio, des météorologues, du personnel au sol, des médecins. En février 1939 ce sont près de 700 pilotes soviétiques qui servent en Chine avec le statut de volontaire.

 

L’aide aérienne soviétique ne cesse de se renforcer jusqu’à la fin de 1937. Fin octobre, 4 TB3 partent pour la Chine. Au 7 novembre, 27 SB et 6 TB3 quittent Alma-Ata. L’escadrille d'I-15 sous les ordres du capitaine Blagoveschenski rejoint la Chine en trois groupes de novembre à décembre. À son arrivée, elle est intégrée dans le 4e groupe aérien chinois stationné à Shanghaï puis à Nankin. Les pilotes chinois du 4e groupes abandonnent quant à eux leur vieux Curtiss Hawk 3 américains au profit de I-16 à la fin septembre 1937. La formation de ces pilotes ne débute à Lanzhou que début décembre. Dans d’autres villes chinoises s’ouvrent également des écoles d’aviation et de mécanique où enseignent les spécialistes soviétiques. Parfois ce sont des pilotes de chasse eux-mêmes qui dans les périodes de calme assurent l’enseignement sur des I-16. Au printemps 1938, 200 pilotes chinois se rendent également en URSS pour être formé dans des écoles de pilotage. Les Soviétiques forment aussi des communistes depuis l’hiver 1937. Zhu De, commandant des troupes communistes, envoie ainsi 43 soldats de la 8e armée rouge à l’école de pilotage du Xinjiang. Ces derniers formeront à partir de 1949, les cadres des forces aériennes de l’Armée populaire de libération.

Bombardiers TB-3

Bombardiers TB-3

Repost 0
25 février 2016 4 25 /02 /février /2016 07:05

Adrien Fontanellaz, Tom Cooper, Wars and Insurgencies of Uganda 1971-1994, African@War 23, Helion & Company, 2015.

 

Adrien Fontanellaz, Tom Cooper, The Rwandan Patriotic Front 1990-1994, African@War 24, Helion & Company, 2015.

Guerres civiles et insurrections dans la région des Grands Lacs
Guerres civiles et insurrections dans la région des Grands Lacs

Les conflits qui ont agité le continent africain à la fin du 20e siècle sont bien souvent méconnus du grand public, nous en premier. Les deux ouvrages que publient Adrien Fontanellaz et Tom Cooper sur ceux qui ont frappé l’Ouganda et le Rwanda entre 1970 et 1995 sont donc particulièrement bienvenus. Certes, les événements au Rwanda en 1994 ont donné lieu à de nombreuses études mais, selon les auteurs, aucun ne se penche sur l’aspect proprement militaire de ce drame, un vide que le livre d’Adrien Fontanellaz et Tom Cooper vient combler. Surtout l’intérêt de ces deux ouvrages, qui peuvent se lire indépendamment l’un de l’autre, est de montrer la profonde interaction qui existe entre les conflits en Ouganda et au Rwanda.

 

L’Ouganda, protectorat britannique qui obtient pacifiquement son indépendance en 1962, est dans les années 1960, la proie de luttes politiques qui débouchent sur le coup d’État de Milton Obote en 1966 avant que ce dernier ne soit à son tour renversé par son chef d’état-major Idi Amin Dada. Ce dernier établit une dictature sanglante qui ruine en peu de temps le pays, provoquant des mutineries au sein de l’armée dont certaines unités de mutins n’hésitent pas à se réfugier en Tanzanie renforçant ainsi l’opposition en exil contre Amin Dada. Ce dernier se décide alors à attaquer la Tanzanie en novembre 1978 mais après quelques succès les forces ougandaises sont repoussées et l’armée tanzanienne, appuyée par des groupes armés opposés à Amin Dada, prend le contrôle de la totalité de l’Ouganda, obligeant le dictateur à prendre la fuite en avril 1979.

 

La chute d’Amin Dada ne met pas fin à l’instabilité politique en Ouganda puisque ses opposants se déchirent pour prendre le pouvoir. Mécontent du résultat des élections de 1980, Yoweri Museveni forme l’Armée populaire de la Résistance qui se lance dans la lutte armée contre le gouvernement en février 1981. Débute alors une guerre civile qui ne cesse que début 1986 avec la victoire des rebelles de Museveni. Le pays retrouve alors une certaine stabilité, malgré la présence jusqu’à nos jours de foyers de lutte armée dans le nord de l’Ouganda, notamment avec l’Armée de Résistance du Seigneur.

 

La guerre civile en Ouganda est le creuset où se forment de nombreux militaires rwandais dont Fred Rwigema qui combat Amin Dada au côté d’Obote avant de rejoindre l’Armée populaire de la Résistance de Museveni. La majorité est issue de l’ethnie Tutsi ayant fui les massacres commis au Rwanda par les Hutus en 1959. Ces combattants expérimentés forment l’ossature du Front patriotique rwandais qui naît en Ouganda en 1987 avant de lancer à partir de ce pays, une attaque contre le Rwanda en 1990. Débute alors une violente guerre civile marquée par de nombreuses atrocités dont le génocide de la minorité tutsi avant que le Front patriotique rwandais ne remporte la victoire en 1994.

 

Les auteurs prennent soin de détailler, sans partis pris, les différentes phases des conflits qui affectent l’Ouganda et le Rwanda, sans omettre de passer en revue les forces en présence, ni d’expliquer les contextes politiques où le rôle des interventions étrangères, notamment celle de la France au Rwanda ou de la Libye en Ouganda. Sur ce dernier point, force est de constater que les conflits qui touchent l’Ouganda et le Rwanda sont déconnectés des lignes de fractures de la guerre froide, les belligérants faisant appel pour s’équiper ou entraîner leurs troupes aux puissances aussi bien de l’Ouest que de l’Est.

 

Soulignons pour terminer que l’ensemble du texte des deux volumes s’appuie à la fois sur un appareil de notes et une bibliographie solide mais également sur une riche iconographie et de nombreuses cartes. Deux livres précieux, donc, pour les amateurs d’histoire militaire africaine.

Repost 0
communismeetconflits - dans Afrique
17 février 2016 3 17 /02 /février /2016 07:17

Jean-Marc Berlière, Franck Liaigre, Camarade, la lutte continue ! De la Résistance à l’espionnage communiste, Robert Laffont, 2015.

Un réseau d’espionnage communiste en France dans les années 1950

Jean-Marc Berlière et Franck Liaigre, auteurs d’ouvrages remarqués sur la Résistance communiste, délaissent quelque peu, dans cet ouvrage, leur période de prédilection, pour explorer les arcanes du renseignement communiste en France dans les années 1950, en livrant une passionnante enquête sur un réseau polonais. Pour cela, comme à leur habitude, ils exploitent de nombreux dossiers issus de divers fonds d’archives : Archives nationales, archives de la Préfecture de police de Paris, de la Justice militaire, du Service historique de la Défense mais surtout de l’Institut polonais de la mémoire nationale (IPN).

Au cœur du récit de Jean-Marc Berlière et Franck Liaigre, se tient Jerzy Bryn, né dans une famille juive de Varsovie en 1916 avant d’adhérer à une organisation sioniste de gauche et d’émigrer en Palestine alors sous mandat britannique. Bryn milite parmi les communistes palestiniens et rejoint les Brigades internationales lors de la guerre civile espagnole. Après un passage dans les camps d’internement français il regagne la Palestine qu’il quitte en 1947 pour rejoindre la Pologne communiste. Il est recruté par les services de renseignements pour former un réseau d’espionnage en France. Il accomplit sa mission entre 1949 et 1952. De retour en Pologne, il effectue différentes missions pour l’armée avant de rejoindre le ministère des Affaires étrangères en 1957. C’est dans ce cadre qu’il se rend au Japon où il décide en 1958 de passer à l’Ouest.

Hélas pour Bryn, les services américains ne le croient pas sincère et le soupçonnent de vouloir les infiltrer pour le compte des Polonais. Il décide donc de retourner en Pologne où il affirme, pour expliquer son absence, avoir été kidnappé par les Américains. Mais les Polonais sont persuadés qu’il a été retourné par la CIA et travaille pour eux. Bryn est arrêté, jugé en 1961 et condamné à mort en 1962. Sa peine est commuée en prison à perpétuité et il meurt derrière les barreaux en 1976.

C’est dans les archives de l’IPN que les auteurs ont retrouvé les pièces de l’instruction et du procès de Bryn leur permettant une plongée dans les arcanes du réseau d’espionnage que ce dernier a mis en place en France. Un réseau existe déjà à son arrivée, qu’il reprend et cherche à développer après s’être soigneusement constitué une couverture. Les agents français qu’il recrute sont avant tout des militants communistes sincères le plus souvent anciens des FTP et de la MOI. Des communistes français sont aussi recrutés mais sans que le PCF ne soit mis au courant.

Les auteurs racontent en détail le fonctionnement de ce réseau, son étendu, les moyens de communication entre les agents et Bryn, les informations recherchées, le plus souvent de nature scientifique ou militaires. Le réseau sera finalement démantelé par la DST durant les années 1950 et ses participants, dont Adam Rayski qui fut pendant la guerre l’un des chefs des FTP-MOI, seront jugés par un tribunal militaire en 1962.

Le livre de Berlière et Liaigre, qui se lit comme un roman policier, s’il lève le voile sur l’espionnage polonais en France après la guerre, un sujet mal connu, interroge surtout le lecteur sur la porosité des frontières entre convictions idéologiques, militantisme politique et espionnage au sein du mouvement communiste.

Repost 0
10 février 2016 3 10 /02 /février /2016 07:29

Frédéric Charpier, L'agent Jacques Duclos. Histoire de l'appareil secret du Parti communiste français (1920-1975), Le Seuil, 2015.

Jacques Duclos et la face cachée du PCF

La vie de Jacques Duclos se confond avec l’âge d’or du communisme français. Adhérent du PCF dès le congrès de Tours en 1920, il suit la première école des cadres du Parti à Bobigny en 1924 avant d’être élu député de la Seine et membre du comité central en 1926. À partir de ce moment-là il ne quitte plus la direction du PC jusqu’à sa mort en 1975.

 

Jacques Duclos effectue son premier voyage à Moscou en 1930 où il est remarqué par la direction du Komintern. Il devient dès le début des années 1930, le second de Maurice Thorez mais surtout l'homme du Komintern en France. Fidèle stalinien, il entérine et fait appliquer au sein du PCF les différents tournants politiques imposés par Moscou. Il est à la manœuvre lors du Front populaire avant de soutenir le pacte germano-soviétique et de diriger le PCF clandestin durant la guerre. Après la Libération il appuie successivement la politique d'ouverture du PCF puis le tournant de la guerre froide. Il atteint l'apogée de son influence entre 1950 et 1964 quand la maladie de Thorez oblige celui-ci à de nombreux séjours en URSS. Après 1964, Duclos perd quelque peu de son poids dans le PC avant de se retrouver candidat à l'élection présidentielle de 1969 où il obtient plus de 20 % des suffrages ! Sa mort en 1975 est l'occasion d'une des dernières grandes manifestations communistes en France puisque son cercueil est suivi par une foule de plus de 200 000 personnes et par l'élite du communisme international.

 

Frédéric Charpier, s'il suit les étapes de la carrière de Duclos, met en avant la face cachée de son action politique. Homme de confiance du Komintern, rompu à l'art de la clandestinité, il joue un rôle central dans l'organisation de l'action antimilitariste communiste, dans la formation des groupes de combat, dans la lutte contre le trotskisme puis le titisme après guerre, dans le financement du PCF, dans l'organisation de l'aide à l'Espagne républicaine. Pendant l'occupation, il supervise les négociations avec les Allemands pour la reparution de l'Humanité, puis après l'invasion de l'URSS la lutte armée qui débute avec l'attentat du métro Barbés. Il est également au cœur des purges qui frappent la direction du PCF, notamment dans les années 1950, avec les exclusions de Marty, Tillon et Lecoeur. Œil de Moscou au sein du PCF, l'auteur rappelle que Duclos a lui-même failli être victime des purges stalinienne à la fin des années 1930.

 

Le livre de Frédéric Charpier aurait pu être la biographie de référence sur Jacques Duclos. Hélas presque aucune source n'est citée. Si l'auteur tient à remercier ceux qui lui ont donné accès à des archives des services de renseignements français, britanniques et américains, les documents utilisés ne sont pas signalés et quant à de rares exceptions ils le sont, le plus souvent issu des Archives nationales ou des archives de la Préfecture de police de Paris, il ne prend jamais le soin d'indiquer leur cote. Plus gênant à notre avis, à aucun moment il ne semble que l'auteur a effectué des recherches au sein des fonds du Komintern à Moscou ou même au sein des archives du PCF consultable aux archives départementales de Bobigny.

 

La bibliographie utilisée est quant à elle largement datée, la moitié des titres cités datent d'avant 1990. Pas une mention n'est faite aux travaux de Roger Bourderon, de Franck Liaigre et Jean-Marc Berlière, que l'auteur semble néanmoins connaître, pour la période de l'Occupation ni aux carnets de Marcel Cachin ou au journal de Dimitrov.

 

Ceci est d'autant plus dommageable que Frédéric Charpier fourni des informations sures, c'est le cas notamment pour un sujet que nous connaissons particulièrement bien, les groupes de défense antifascistes et le Front rouge. Il pointe également le projecteur sur des personnages importants de l'histoire du communisme mais qui reste encore dans l'ombre comme Rosa Michel.

 

En ne citant pas ses sources, l'auteur empêche que son ouvrage puisse servir de point de départ pour d'autres chercheurs. A titre personnel, concernant les groupes de combat communistes, que ce soit dans les années 20 ou au temps du Kominform, cela nous interdit d'aller à notre tour consulter ces documents. La recherche historique est essentiellement un travail d'accumulation de connaissances où le chercheur s'appuie sur les travaux de ses prédécesseurs pour aller plus loin, explorer de nouveaux domaines ou interroger les documents déjà connus avec de nouvelles questions. Pour cela, le livre de Frédéric Charpier conduit, hélas, à une impasse.

Repost 0
5 février 2016 5 05 /02 /février /2016 07:47

Franck Liaigre, Les FTP: Nouvelle histoire d’une Résistance, Perrin, 2015

Les FTP, nouvelle approche de l'histoire de la Résistance communiste

Organisation incontournable dans l’histoire de la Résistance française, objet de dénigrement ou figure de légende héroïque, les Francs-Tireurs et Partisans ont longtemps été les parents pauvres de l’historiographie. La chose est en partie réparée avec l’ouvrage, issu d’une thèse, que leur consacre Franck Liaigre. Nous disons en partie, car l’auteur concentre l’essentiel de son étude sur la création et l’action des FTP dans les villes de la zone occupée durant la période 1941-1943. Le lecteur trouvera donc peu de choses sur les maquis, l’action des FTP dans le sud du pays ou sur la période de la Libération. Il est vrai que traiter ces sujets aurait nécessité de consulter une masse énorme de documents d’archives en plus de l’impressionnant corpus documentaire déjà utilisé par Franck Laigre.

L’auteur montre avec précision le processus de formation des FTP, issus de la fusion entre l’Organisation spéciale (OS) du PC, les Bataillons de la jeunesse et l’OS de la Main d’œuvre immigrée. Loin d’être le fruit d’une spontanéité militante, les FTP naissent de la volonté de la direction du PCF de répondre à la demande de Moscou de mener une lutte de partisans en France contre la Wehrmacht après l’invasion de l’URSS en juin 1941. Les dirigeants du PCF désignent pour cela certains cadres en raison de leur expérience de la clandestinité comme Charles Tillon ou Pierre Georges pour trouver des combattants en région parisienne et en province et former les premiers détachements de la lutte armée. Ces responsables font alors appel à leurs réseaux militants constitués avant la guerre. Ainsi à Dijon, Lucien Dupont fait appel à ses anciens camarades de classe ou aux membres du club sportif qu’il a fréquenté quelques années plus tôt. Ces premiers noyaux FTP se caractérisent par leur grande fragilité, l’étroitesse de leur recrutement les rend en effet particulièrement vulnérables aux coups de la police, le cloisonnement des groupes est sans effet quand la majorité des combattants sont des vieux « copains » dont les identités sont connues de chacun des membres.

Les FTP ne regroupent au final qu’une petite minorité des militants communiste, quelques dizaines dans les villes de province et même pas une centaine en région parisienne. À la peur de la répression s’ajoute souvent le rejet du terrorisme individuel pour expliquer la réticence des militants à s’engager dans les FTP. La direction du PCF en est particulièrement consciente puisqu’elle prend bien soin de ne pas revendiquer certains attentats comme celui du métro Barbés en août 1941 ou celui de Nantes en octobre qui entraîne la fusillade de nombreux otages dont ceux du camp de Chateaubriand. Cette répugnance militante face aux attentats individuels liée à l’efficacité de la répression anticommuniste, essentiellement menée par les Brigades spéciales de la Préfecture de police de Paris et les brigades régionales de la police judiciaire, maintient les FTP dans un état groupusculaire dans les villes.

La faiblesse numérique des FTP, sans oublier la pauvreté de leurs armements, explique en grande partie le peu d’efficacité de la lutte armée urbaine. Selon Franck Liaigre, seulement 75 soldats allemands sont tués à Paris de juin 1941 à la Libération et moins de 500 pour l’ensemble du pays. Les sabotages, s’ils sont plus nombreux que les attaques directes, ne parviennent pas non plus à perturber le fonctionnement de la machine de guerre allemande. La formation des maquis donnera sur ce point un second souffle aux FTP, la guerre de partisans prenant alors le relais d’une guérilla urbaine anémique.

L’auteur n’oublie pas dans son ouvrage de traiter largement du quotidien des résistants communistes mais également de la question des exécutions des collaborateurs et des « traîtres » au Parti, ainsi que des moyens dont les FTP usent pour survivre matériellement avec les braquages de mairies ou de bureaux de poste, flirtant parfois avec le banditisme pur et simple. Il livre ainsi un tableau documenté de la vie quotidienne des FTP, une histoire au ras du sol où se mêlent sacrifice, héroïsme, maladresse, peur, échec et qui a le mérite de rendre aux combattants des FTP une humanité aussi éloignée que possible des légendes noires ou dorées.

Repost 0
26 janvier 2016 2 26 /01 /janvier /2016 07:13

La Révolution cubaine débute en 1953 avec l’attaque de la caserne de la Moncada par Fidel Castro. Cinq ans plus tard, la guerre d’usure que les révolutionnaires mènent contre le gouvernement de Fulgencio Batista porte ses fruits. Après une campagne d’été désastreuse, le dictateur cubain se trouve en difficulté et Castro sent que le moment est favorable pour lui porter le coup de grâce. Mais sur le chemin qui doit le mener à La Havane se trouve la ville de Santa Clara avec sa forte garnison bien armée. Castro confie alors à l’un de ses plus fidèles lieutenants, Ernesto Che Guevara, la tache de s’emparer de la ville. La bataille de Santa Clara devient la plus importante de toute la Révolution cubaine, ouvrant la route de La Havane à Castro et faisant entrer le Che dans le panthéon des révolutionnaires victorieux sur le champ de bataille.

Che Guevara et Fidel Castro

Che Guevara et Fidel Castro

La colonne de Guevara.

Les dirigeants de la révolution cubaine, après le piteux échec de la Moncada en 1953, rentrent clandestinement à Cuba en 1956 à bord du navire « Granma ». Après un débarquement raté, les survivants se cachent dans les montagnes de la Sierra Maestra au sud de l’île et organisent une guérilla qui se développe peu à peu. En 1958, Batista lance une vaste offensive contre les rebelles mais l’opération tourne à la catastrophe et démontre la faiblesse de la dictature. À la fin de 1958, le dictateur craint tellement pour son pouvoir qu’il n’hésite plus à appeler à des élections. Mais Castro, qui possède désormais l’initiative, est prêt à donner le coup de grâce au régime.

 

Castro envoie alors 3 colonnes sous les ordres de Jaime Vega, Camilo Cienfuegos et Che Guevara à la conquête du pays. La colonne de Guevara se met en marche le 28 décembre 1958 depuis le port côtier de Caibarién et prend la route en direction de Camajuani, qui se trouve entre Caibarién et Santa Clara. Le voyage se fait au milieu d’une foule de paysans en liesse et la prise de Caibarién, en seulement une journée, renforce la conviction des rebelles que leur victoire est imminente. Les troupes gouvernementales de la garnison de Camajuani ont en effet déserté leurs postes sans combattre permettant à la colonne de Guevara d’atteindre sans encombre Santa Clara. Les rebelles atteignent l’université, à la périphérie de la ville au crépuscule.

 

Le rapport de forces est en défaveur des insurgés. La garnison de Santa Clara compte 2 500 hommes et dix chars tandis qu’un millier de soldats sont également dispersés dans la ville. En outre un train transportant 400 soldats bien armés est en route pour la ville depuis La Havane. Face à ses forces gouvernementales, Guevara ne dispose que de 300 combattants épuisés par leur marche depuis les montagnes et les nombreuses escarmouches avec les troupes de Batista. Mais il peut compter sur le soutien de la population et sur la démoralisation des soldats du camp adverse.

 

Arrivé dans la ville, Guevara divise ses forces en deux colonnes. La colonne du sud est la première à rencontrer les forces gouvernementales commandées par le colonel Casillas Lumpuy. Le train blindé, envoyé par Batista pour renforcer la garnison locale en munitions, armes et effectifs arrive alors au pied de la colline de Capiro, au nord-est de la ville. Guevara dépêche là-bas son « escadron-suicide », commandé par Roberto Rodríguez, "El Vaquerito", pour capturer la colline, à l’aide de grenades à main et ainsi empêcher qu’elle ne devienne un point d’appui pour les soldats venant de la capitale. Les défenseurs de la colline se retirent rapidement mais le train blindé parvient à se déplacer et rejoint le centre de la ville.

 

Les rebelles qui ont pris position dans la ville sont quant à eux attaqués par des soldats et un char. L’aviation les mitraille, les obligeant à rester à couvert. La deuxième colonne rebelle, dirigée par Rolando Cubela, qui reçoit l'aide de civils qui fabriquent des cocktails Molotov, se lance dans une série d’escarmouches. Les deux garnisons militaires, celle de la caserne Leoncio Vidal et celle du régiment de la Garde rurale se retrouvent assiégées par les forces de Cubela malgré le soutien de l’aviation, des tireurs d’élite et des chars. De nombreux soldats sont alors démoralisés et certains ressentent de la sympathie pour les guérilleros.

Roberto Rodriguez, "El Vaquerito"

Roberto Rodriguez, "El Vaquerito"

La prise du train blindé.

Guevara sait que le succès de sa mission repose sur trois facteurs : le maintien de la garnison dans les casernes, la neutralisation des troupes arrivées par le train blindé et dont les soldats montrent une volonté de se battre, l’implication de la population civile. Dans la nuit du 28 au 29, les rebelles se déplacent dans la ville et prennent position pour le lendemain notamment afin de mettre hors d’état la voie ferrée. Ils reçoivent le soutien de la population qui élève des barricades afin d’entraver le déplacement des forces gouvernementales.

 

Le 29, les officiers qui dirigent le train de renforts décident de poursuivre leur route jusqu’à la caserne Leoncio Vidal pour se mettre à l’abri. Mais les rebelles ont saboté la voie, notamment avec l’aide des tracteurs de l’école d’agronomie, provoquant un déraillement qui renverse sur la voie trois wagons. Les hommes du Che se précipitent alors, tirent sur le train et l’attaquent avec des cocktails Molotov. Des wagons prennent feu. Les hommes prisonniers à l’intérieur se rendent rapidement.

 

La capture du train gouvernemental permet d’approvisionner les rebelles en armes notamment en bazookas, en mitrailleuses, en mortier. Ils mettent aussi la main sur un canon de 20 mm, 600 fusils et environ un million de cartouches. C’est une prise déterminante pour des rebelles mal armés et qui leur permet d’armer une partie des étudiants arrivés la veille en renfort. Les 350 soldats et officiers fait prisonniers se montrent surtout soulagés d’être en vie et n’hésitent pas à fraterniser avec les révolutionnaires. Par la suite, Batista affirmera que le train blindé a été livré par les officiers en échange d’argent, une version partagée par le chef rebelle Eloy Guttiérrez Menoyo.

 

Les militaires qui restent dans les casernes apprennent la capture du train blindé ce qui ne fait que miner leur volonté de se battre. Les demandes de renforts restent sans réponse car Batista veut conserver des troupes à La Havane pour défendre la capitale contre l'arrivée inéluctable des troupes de Castro.

Le train blindé après son déraillement

Le train blindé après son déraillement

La garnison capitule.

Les combats reprennent le 30 décembre, quand les hommes du Che, sous un feu nourri, s’emparent de la préfecture de police. Les policiers se défendent avec acharnement, car ils craignent la population, les semaines précédants l’arrivée des rebelles, la répression s’est déchaînée sur ceux suspectés de les soutenir entraînant emprisonnements et tortures. Le lendemain, l’ensemble des postes de police sont aux mains des rebelles qui ont alors le contrôle de la ville. Ne reste que la caserne Leoncio Vial à la périphérie de la ville où les soldats de Batista se sont retranchés.

 

Dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier, alors que La Havane fête le nouvel an, Batista quitte le pays après avoir pris connaissance de la situation à Santa Clara. Le 1er janvier 1959, la garnison, démoralisée, capitule sans conditions après que le Che a promis aux soldats et aux officiers qu’ils pourraient rentrer chez eux une fois désarmés. La bataille de Santa Clara prend fin et ouvre la route de La Havane aux barbudos.

Les séquelles des combats dans Santa Clara

Les séquelles des combats dans Santa Clara

La bataille de Santa Clara, engagement que l’on peut juger mineur, tant par le nombre de combattants engagés que par la faible intensité des combats, marque néanmoins un tournant dans la prise de pouvoir des rebelles. Elle démontre que les jours de Batista à la tête de Cuba sont comptés puisqu’un groupe de 300 rebelles, mal armé, parvient alors à briser sa ligne de défense la plus importante en dehors de La Havane. Le dictateur sait alors qu’il n’a plus aucun espoir de retourner la situation et le succès improbable des hommes du Che ne fait que hâter son départ en exil.

 

Les armes saisies par le Che à Santa Clara jouent également un rôle décisif dans les luttes de pouvoir qui suivent l’entrée des rebelles à La Havane. Au début de 1959, la Révolution cubaine agrège en effet différents groupes de mécontents qui pour certains ont des vues divergentes de celles de Castro concernant l’avenir du pays. Avec les armes prises à Santa Clara, le Che, qui est totalement fidèle à Castro, lui offre la force militaire la mieux équipée du pays lui permettant de prendre la direction du pays en position de force.

 

La prise de Santa Clara tient aussi une place importante dans la vie de Che Guevara. Elle contribue en effet largement à asseoir sa réputation chef militaire qui lui assure un certain prestige durant les années suivantes à Cuba et à l’étranger. Une réputation largement exagérée comme le montrera tragiquement par la suite ses fiascos militaires au Congo en 1965 puis en Bolivie en 1968.

Che Guevara lors de la bataille de Santa Clara

Che Guevara lors de la bataille de Santa Clara

Bibliographie.

-Dosal, Paul, Comandante Che: Guerrilla Soldier, Commander, and Strategist, 1956-1967, Pennsylvania State University Press, 2003.

-Bonachea, Ramon, Marta San Martin, The Cuban Insurrection: 1952-1959, Transaction Books, 1974.

-Kalfon Pierre, Che, Ernesto Guevara, une légende dans le siècle, Seuil, 1998.

-Paco Ignacio Taibo II, Ernsto Guevara connu aussi comme le Che, 2 volumes, Métallié-Payot, 2001.

Repost 0
communismeetconflits - dans Cuba Che Guevara Révolution cubaine Santa Clara
19 janvier 2016 2 19 /01 /janvier /2016 07:00

Militant politique et commandant militaire, Mikhaïl Frounze fut l'un des principaux chefs de l’Armée rouge durant la guerre civile russe et la première moitié des années 1920. Vainqueur de Koltchak, de Wrangel, des cosaques de l’Oural, des rebelles du Turkestan, de Petlioura et de Makhno, il succède à Trotski à la tête de l’Armée rouge en 1924. Frounze, qui n’appartient pas au groupe proche de Staline, est un personnage largement méconnu mais dont le rôle fut pourtant décisif à la fois dans la victoire soviétique durant la guerre civile, la construction de l’Armée rouge et l'élaboration de la doctrine militaire soviétique en vigueur jusqu’aux années 1980.

Mikhaïl Frounze, bâtisseur de l’Armée rouge

Le militant bolchevik.

Mikhaïl Frounze est né en 1885 à Pichpek (actuelle Bichkek au Kirghizistan) aux confins de l’Empire russe, dans une région, le Turkestan, à peine conquise par les armées du tsar et où domine un ordre colonial. Son père, officier de santé, s’est établi dans la région après y avoir servi comme militaire tandis que sa mère est la fille de paysans, venus comme colons dans l’espoir d’une vie meilleure.

 

Brillant élève au lycée de Verniy (actuelle Alma-Ata), Frounze rejoint en 1904 Saint-Pétersbourg pour suivre des études d’économie à l'Institut polytechnique. C’est alors un jeune étudiant romantique et idéaliste qui veut améliorer le sort des déshérités. À la fin de 1904, il rejoint le Parti ouvrier social-démocrate russe et prend part à la manifestation du 9 janvier 1905, le célèbre Dimanche sanglant, dont la répression marque le début de la première révolution russe.

 

En 1905, il est envoyé à Ivanovo-Voznesensk et Chouïa, le cœur de l’industrie textile russe, la troisième plus grande zone industrielle du pays. Il y anime la grève des ouvriers du textile, publie des tracts, récupère des armes et forme des détachements armés. C’est à Ivanovo-Voznesensk que naît le premier soviet de Russie dont Frounze est membre. En décembre 1905, quand une insurrection ouvrière éclate à Moscou, il rejoint les insurgés avec un groupe de combattants d'Ivanovo-Voznesensk. Il est alors remarqué par les bolcheviks pour son activisme politique et rencontre Lénine lors du congrès du POSDR à Stockholm en 1906 dont il est le plus jeune délégué.

 

De retour en Russie, il organise le 17 janvier 1907 un coup de main, armée, contre une imprimerie afin de faire publier des tracts pour une campagne électorale. Il participe également à une attaque armée contre un policier. C’est cette action qui lui vaut deux condamnations à mort après son arrestation à la fin de 1907. Mais sous la pression de l’opinion libérale, sa peine est commuée en travaux forcés puis en exil en Sibérie en 1914. En 1916, il fuit sa région d’exil pour s’installer clandestinement à Minsk prés du front afin de faire de la propagande auprès des soldats et de mettre en place une organisation bolchevique.

Frounze étudiant

Frounze étudiant

Après la révolution de février 1917, Frounze dirige la milice de Minsk, une organisation de volontaires armés dépendant du soviet de la ville plutôt que des autorités gouvernementales. Peu avant la Révolution d’Octobre, il est envoyé préparer la prise du pouvoir à Ivanovo-Voznesensk. Si les bolcheviks s’emparent facilement de la capitale, Petrograd, leur situation est plus difficile à Moscou où des troupes fidèles au gouvernement provisoire résistent. Avec un détachement armé, Frounze se rend à Moscou et participe à la prise de contrôle de la ville par les bolcheviks. En raison de son expérience au sein des groupes de combat bolcheviks en 1905 et 1917 et à la tête de la milice de Minsk, il apparaît déjà comme un spécialiste des questions militaires au sein du parti bolchevik.

 

Au début de 1918, Frounze est élu président du comité provincial du parti bolchevik et nommé commissaire militaire de la province d'Ivanovo-Voznessensk. En août, il est nommé commissaire du district militaire de Iaroslav qui comprend huit provinces. Il est alors chargé de mobiliser les ressources de ce secteur, après le soulèvement de Iaroslav, afin de former le plus rapidement possible des divisions pour l’Armée rouge naissante.

 

Il montre alors un vrai talent d’organisateur par sa capacité à comprendre rapidement les problèmes, à distinguer l’essentiel de l’accessoire et à utiliser au mieux les compétences de chacun. S’il ne possède pas de connaissances techniques précises dans le domaine militaire, notamment sur l’organisation d’une armée régulière ou la conduite des opérations militaires, il sait s’appuyer sur des militaires professionnels, anciens officiers du tsar et s’entoure d’un état-major expérimenté. Ses victoires, par la suite reposeront en grande partie sur ces experts militaires issus de l’ancienne armée dont il supervisera le travail. Néanmoins, conscient de son manque de connaissances militaires, Frounze prend soin également de se former à l’art de la guerre, en se plongeant dans la littérature militaire. Trotski lui reprochera d’ailleurs sa fascination pour les « schémas abstraits » et l’influence trop forte des anciens officiers sur lui.

 

Frounze compense surtout son manque de formation militaire par un véritable charisme et sa capacité à diriger les masses de l’Armée rouge tout en faisant preuve de courage personnel et de détermination. Il n’hésite pas ainsi à se retrouver en première ligne et sera même blessé en juin 1919 près d'Oufa. Il sait surtout organiser le travail de son état-major en cas d’urgence tout en réussissant à mobiliser l’ensemble des ressources locales pour les besoins de la guerre.

Mikhaïl Frounze, bâtisseur de l’Armée rouge

Commandant de la guerre civile.

Le premier commandement militaire de Frounze, qu’il reçoit en 1919, est celui de commandant de la 4e armée rouge du front oriental puis de commandant du groupe sud de ce front alors que les armées blanches de l’amiral Koltchak mènent une offensive victorieuse. Il revient à Frounze, dans cette situation délicate, de frapper le flanc occidental de l’armée blanche dans la région de Bouzoulouk. Le succès de l’opération casse l’offensive blanche et fait repasser l’initiative stratégique dans le camp soviétique. Frounze conduit alors une série d’opérations, de Bourougouslan à Oufa entre avril et juin 1919 qui repoussent les armées de Koltchak de la Volga à l’Oural puis en Sibérie. Frounze prend alors la direction de l'armée du Turkestan et de l’ensemble du front oriental.

 

D’août 1919 à septembre 1920, Frounze commande le front du Turkestan. Natif de la région, il connaît bien le terrain où ses troupes opèrent. Sa première mission est de briser l’encerclement des troupes rouges déjà présente dans la région. Le 13 septembre 1919, au sud d'Aktiobe, les soldats de la 1ere armée rouge font donc leur jonction avec les unités rouges du Turkestan. Ensuite, Frounze nettoie la région au sud de l’Oural des armées blanches qui s’y trouvent, les cosaques d'Orenbourg et de Semiretchie. La conquête de l’émirat de Boukhara et la victoire sur les rebelles musulmans, les Basmachis, parachèvent la mission de Frounze et le contrôle soviétique sur le Turkestan.

Frounze avec Boudienny et Vorochilov

Frounze avec Boudienny et Vorochilov

Fort de ces succès militaires, Frounze est nommé en septembre 1920 à la tête du front sud avec pour mission d’écraser l’armée blanche de Wrangel qui tient encore la Crimée. L’opération sur Perekop-Chongar et la traversée simultanée de la Syvach qui permettent de briser les défenses blanches ont été conçues par le groupe d’officiers de l’état-major du front sud qu’il a formé. Le succès de l’opération oblige Wrangel à évacuer la Crimée mettant fin à la guerre civile dans la partie occidentale de la Russie soviétique.

 

Après son succès en Crimée, Frounze se voit confier le commandement des forces armées en Ukraine. Son objectif principal est alors d’éliminer l’armée insurrectionnelle de l’anarchiste Makhno ainsi que les bandes armées nationalistes ou autres qui fourmillent dans la région. Là encore, Frounze rencontre le succès, payant de sa personne puisqu’il est blessé à l’été 1921 dans une fusillade avec des partisans de Makhno. À la fin de 1921, il est envoyé en Turquie pour une mission à la fois diplomatique et militaire. Il s’agit d’établir une alliance avec Mustafa Kemal et de lui fournir des armes pour l’aider à remporter la guerre d’indépendance turque.

 

Dans ses différents commandements, Frounze se distingue des autres dirigeants bolcheviks par son manque de cruauté. Ainsi, durant la guerre civile, il signe des instructions afin que les prisonniers soient traités humainement ce qui provoque un certain mécontentement au sein du Parti, notamment de la part de Lénine. S’il est un excellent militaire, il fait néanmoins preuve de peu de sens politique et ce n’est pas un hasard si plus tard Molotov notera que beaucoup de bolcheviks considéraient que Frounze n’était pas vraiment l’un des leurs.

Frounze passe des troupes en revue

Frounze passe des troupes en revue

Le chef de l’Armée rouge.

Au moment de la lutte au sein de la direction entre Staline et Trotski, Frounze devient en 1924 chef de l’état-major de l’Armée rouge et vice-président du conseil militaire révolutionnaire tout en prenant la tête de l’Académie militaire de l’Armée rouge. En 1925, il poursuit son ascension puisqu’il est nommé président du conseil militaire révolutionnaire et qu’il succède à Trotski comme commissaire du peuple aux Affaires militaires et navales. Contrairement à une vision largement répandue par la suite, Frounze poursuit les réformes entamées par Trotski afin de créer une armée régulière, d’organiser un système territorial de défense, d’améliorer la formation et la qualité des unités de l’armée. Il introduit de nouveaux équipements au sein de l’armée et renforce l’unité du commandement.

 

Frounze se lance également dans la rédaction d’ouvrages sur la théorie militaire afin de développer une doctrine propre à l’Armée rouge qu’il nomme « doctrine militaire prolétarienne ». Il y prône la primauté de l’offensive et préconise la mobilité et la manœuvre dans les opérations militaires posant ainsi les jalons de l’art opératif.

 

Si Frounze fait remplacer les proches de Trotski au sein de la direction de l’Armée rouge, il n’appartient pas au groupe stalinien. Il garde une certaine indépendance qui s’appuie à la fois sur son prestige militaire et sur son autorité dans l’armée. Cette situation particulière a pu engendrer des suspicions à son égard même si Frounze n’a jamais fait preuve de velléités « bonapartistes ». Elle est néanmoins au fondement des accusations portées contre Staline à la suite de la mort de Frounze en octobre 1925 lors d’une banale intervention chirurgicale à l’âge de 40 ans. Selon cette version, diffusée dés 1926, notamment par le biais du petit roman de Boris Pilniak, Conte de la lune non éteinte, Staline se serait débarrassé d’un possible rival, d’autant plus dangereux qu’il est populaire dans l’armée, comme il le fera en 1937, de manière plus expéditive, avec Toukhatchevski. À l’heure actuelle, aucun document ne permet cependant d’engager la responsabilité de Staline dans la mort de Frounze.

Frounze avec Trotski

Frounze avec Trotski

Après sa mort, la figure de Frounze est mythifiée et idéalisée par la propagande officielle. Il est présenté comme le véritable créateur et dirigeant de l’Armée rouge durant la guerre civile permettant ainsi de faire disparaître la figure de Trotski. Un culte posthume se développe en Union soviétique autour de Frounze dont le nom est donné à de nombreux villages, quartiers, stations de métro, entreprises. Sa ville natale, Pichpek est rebaptisée Frounze, tandis que son nom est attribué à un sommet du Pamir et à un cap sur l’archipel des Terres du nord dans l’Arctique. Durant toute l’ère soviétique, des monuments sont érigés à sa gloire, tandis que son image est largement diffusée au cinéma, dans les livres et aussi par la philatélie.

 

La propagande soviétique autour de la figure de Frounze pendant prés de 65 ans a largement fabriqué une légende derrière laquelle l’homme, avec ses qualités et ses défauts, a disparu pour se transformer en icône, en saint révolutionnaire. Il n’en reste pas moins que Frounze, comme Toukhatchevski et Joukov, fut un des meilleurs commandants soviétiques.

Statut équestre de Frounze dans sa ville natale de Bichkek

Statut équestre de Frounze dans sa ville natale de Bichkek

Bibliographie

-M. A Gareev, M. V. Frunze, Military Theorist, Pergamon-Brassey's, 1987.

-Walter Darnell Jacobs, Frunze : The Soviet Clausewitz, 1885-1925, Martinus Nijhoff, 1969.

-Collectif, Фрунзе : Военная и политическая деятельность [Frounze : activités politiques et militaires], Воениздат, 1984.

-B. A. Рунов, Фрунзе. Тайна жизни и смерти [V. A. Rounov, Frounze. Le mystère de sa vie et de sa mort], Вече, 2011.

-Л. Млечин, Фрунзе [L. Mlechine, Frounze], Молодая гвардия, 2014.

-Boris Pilniak, Le conte de la lune non éteinte, Interférences, 2008.

Les funérailles de Frounze

Les funérailles de Frounze

Repost 0
12 janvier 2016 2 12 /01 /janvier /2016 07:00

Figure mythique de la guerre civile russe, héros national, autodidacte qui se hisse dans le haut commandement de l’Armée rouge en dépit de son absence de formation militaire, Tchapaev incarne la figure du chef partisan dans la mythologie communiste.

Tchapaev, le partisan rouge

Sous-officier dans l’armée impériale.

Vassili Tchapaev est né dans une famille paysanne du village de Budaïka dans la province de Kazan. Petit-fils de serfs et fils d’un charpentier, il grandit ensuite dans la ville de Balakovo dans la province de Samara. Sa famille est pauvre et le jeune Vassili ne passe que deux années à l’école paroissiale. Il commence à travailler à l’âge de 12 ans et enchaine les petits emplois chez un marchand, puis dans un restaurant mais également comme assistant d’un joueur d’orgue de barbarie avant d’aider son père dans une menuiserie.

 

Après son service militaire, Tchapaev reprend son emploi de menuisier, se marie, fonde une famille et quand la Première Guerre mondiale éclate, il est déjà père de trois enfants. Mobilisé en 1914, il devient sergent et participe à la fameuse offensive Broussilov de juin 1916 où il est blessé. C’est alors un sous-officier consciencieux qui sait faire preuve de courage et obtient ainsi trois Croix de Saint-Georges et la médaille de Saint-Georges.

 

À l’été 1916, en raison de ses blessures, Tchapaev est envoyé à l’arrière dans la garnison de Saratov. Là, il participe aux troubles révolutionnaires de 1917 et, selon son ami Koutiakov, se montre proche des anarchistes. Preuve de son activisme politique, il est élu président du soviet de sa compagnie et membre du soviet de son régiment. Il adhère finalement au parti bolchevik le 28 septembre 1917 et se retrouve chef militaire du détachement de la Garde rouge de la ville de Nikolaievsk (actuelle Pougatchev).

Tchapaev, sous-officier dans l'armée tsariste

Tchapaev, sous-officier dans l'armée tsariste

Premières armes révolutionnaires.

Après la Révolution d’Octobre, Tchapaev est l’un des militaires professionnels sur lequel les bolcheviks de Nikolaievsk mais aussi de la province de Samara comptent pour réprimer les révoltes de paysans et de cosaques qui éclatent spontanément. Il est donc nommé commissaire militaire du district et au début de 1918, il met sur pied les 1er et 2e régiments de Nikolaievsk qui s’intègrent à l’Armée rouge du soviet de Saratov. En juin, ces deux régiments sont réduits pour former la brigade de Nikolaievsk sous les ordres de Tchapaev.

 

Tchapaev se trouve rapidement confronté à la révolte de la légion tchécoslovaque dont les capacités militaires sont bien plus élevées que celles des cosaques ou des paysans révoltés qu’il a dû affronter jusque-là. Face à ses adversaires redoutables, il montre qu’il est un excellent tacticien, habile à évaluer une situation et à dégager la meilleure solution possible. Il se montre également courageux, dirigeant personnellement la troupe dans les combats et jouit donc d’un grand prestige parmi ses hommes. À l’automne 1918, il dirige la brigade de Nikolaievsk qui en raison de sa petite taille est parfois appelé le détachement Tchapaev.

 

Le commandant de la 4e armée rouge et ancien général de l’armée impériale, AA Baltisk remarque que Tchapaev « manque de formation militaire ce qui affecte son commandement ». Mais il estime que s’il reçoit la formation adéquate, il pourra devenir un commandant de qualité. En novembre 1918 Tchapaev est donc envoyé à Moscou à l’Académie militaire que vient de former l’état-major général de l’Armée rouge.

 

Il semble que la formation reçue ne soit pas au goût de Tchapaev qui au bout de quelques semaines et sans autorisation quitte l’Académie pour retourner sur le front. Il prend alors le commandement du groupe d’Alexandrovo-Gaïsk qui combat les cosaques de l’Oural.

Tchapaev, le partisan rouge

Commandant de la 25e division.

À la fin mars 1919, Tchapaev devient commandant de la 25e division d’infanterie sous les ordres du groupe sud du front oriental commandé par Mikhaïl Frounze. Cette division affronte le gros des troupes blanches qui ont repris leurs offensives sous la direction de l’amiral Koltchak au printemps 1919. La division que commande Tchapaev se distingue dans les opérations sur Bougourouslan, Belebeï et Oufa qui conduisent à l’échec de l’offensive de Koltchak. Dans ces opérations, l’unité de Tchapaev fait preuve d’un grand sens tactique et d’une grande souplesse, des qualités qui sont reconnues par ses adversaires blancs qui soulignent les talents d’organisateur du commandant rouge.

 

Le plus grand succès de la 25e division reste le passage de la rivière Belaïa qui conduit à la prise d’Oufa le 9 juin et à la retraite des armées blanches. Si Tchapaev, qui se trouve en première ligne, est blessé à la tête, il reste sur le front où il reçoit l’Ordre du Drapeau rouge tandis que sa division reçoit un drapeau rouge honorifique.

 

Tchapaev illustre alors la figure de ces sous-officiers de l’ancienne armée qui vont donner de grands chefs militaires à l’Armée rouge comme Boudienny ou Joukov. Aimé de ses hommes, sa division est l’une des meilleures du front oriental. Privilégiant les méthodes de la guérilla, il sait faire preuve d’un grand sens tactique, d’énergie, d’esprit d’initiative, se tenant souvent au plus près des combats. Il possède en outre l’avantage de combattre toujours dans la même zone, sur l’aile droite du front oriental, son excellente connaissance de la région lui permettant ainsi d’illustrer ses talents dans la guerre de partisans.

 

Si l’unité que commande Tchapaev est intégrée au sein de l’Armée rouge, elle accuse des traits qui la rapprochent des unités de partisans telle que les problèmes de discipline ou les mauvaises relations entre commandants et commissaires qui se terminent parfois par des passages à tabac. Les relations sont ainsi houleuses et difficiles entre Tchapaiev et le commissaire politique de sa division, Dimitri Fourmanov.

 

Après l’opération d’Oufa, la division de Tchapaev est renvoyée en première ligne pour affronter les cosaques de l’Oural. La zone d’opération est alors la steppe aux limites de la Russie et du Kazakhstan, loin des grandes voies de communication ce qui gêne l’arrivée du ravitaillement notamment en munitions, dans la chaleur et face à un ennemi redoutable, les cosaques, qui font preuve d’une indéniable supériorité en matière de cavalerie. Ces derniers menacent ainsi constamment les flancs et les arrières de la division de Tchapaev. La lutte est acharnée, les combats sont sans pitié et la brutalité est le lot qui frappe tous les prisonniers.

 

Le 5 septembre 1919, un raid de la cavalerie cosaque s’abat sur le siège de l’état-major de la 25e division qui se trouve à Lbichtchensk dans un secteur dangereusement éloigné du gros des troupes. C’est en cherchant à fuir les cosaques que Tchapaev trouve la mort durant cette attaque. Selon certaines sources, il aurait péri noyé en cherchant à traverser l’Oural à la nage, selon d’autres, il aurait succombé à ses blessures durant la fusillade. Son corps ne fut jamais retrouvé.

Tchapaev, commandant de l'Armée rouge

Tchapaev, commandant de l'Armée rouge

La légende.

Tchapaev est rapidement entré dans la légende, une légende fabriquée pour servir le régime. Le mythe s’élabore en effet dès le début des années 1920 avec la publication en 1923 du roman de Dimitri Fourmanov. Avec le film des frères Vassiliev en 1934, Tchapaev apparaît comme la figure emblématique choisie par le pouvoir dans la cohorte des héros de la guerre civile, un groupe qui comprend alors quelques dirigeants politiques et certains commandants de l’Armée rouge comme Frounze, Kotovski ou Nikolaï Shchors qui sont pour la plupart déjà morts. Ces héros sont mythifiés par une propagande qui ne cesse d’exalter leurs exploits et leurs caractères positifs.

 

La propagande autour de Tchapaev dépasse le cadre de l’Union soviétique puisque le livre de Fourmanov est traduit dans plusieurs langues et diffusé par des maisons d’édition communistes ou de gauche à travers le monde tandis que le film fait l’objet de projections organisées par les PC. Signe de cette internationalisation du mythe de Tchapaev, en décembre 1936, au sein de la 13e Brigade internationale qui combat en Espagne auprès des républicains se forme un bataillon Tchapaev.

 

Dans le cas de Tchapaev, la mythologie finit par éclipser le personnage historique réel. Ainsi en 1919, selon la légende, ce serait grâce à la fermeté de Frounze et de Tchapaev que les Rouges n’auraient pas abandonné Samara contre l’avis des spécialistes militaires, ce qui ne correspond en rien à la réalité. La légende veut aussi que Trotski fût un adversaire acharné de Tchapaev. Dans la réalité, Trotski remis à ce dernier une montre en or pour le distinguer d’une manière particulière par rapport aux autres commandants. Le mythe est renforcé par le fait que de nombreux anciens compagnons de Tchapaev occupent durant de nombreuses années des postes de direction dans l’armée. Près de 12 généraux soviétiques sont ainsi issus de la division que commandé Tchapaev et forment une sorte de fraternité qui entretient la légende.

 

La figure de Tchapaev pénètre également le folklore populaire en devenant le centre de nombreuses anecdotes et plaisanteries. La croyance est même largement répandue qui veut qu’il ait aussi combattu directement le général Kappel, ce qui est historiquement faux, mais dans la mentalité populaire, seul un héros de la trempe de Tchapaev pouvait vaincre un adversaire de la réputation de Kappel qui apparaît ainsi comme l’alter-ego blanc du chef partisan rouge.

Affiche du film de 1934

Affiche du film de 1934

Bibliographie.

-B. O. Дайнес, Чапаев, [V. O. Daïnes, Tchapaev], Вече, 2010.

-A. Симонов, « Первый отряд Чапаева » [A. Simonov, Le premier détachement Tchapaev], Родина., n°2, 2011, pp. 69-72.

-D. Fourmanov, Tchapaev, Éditions sociales, 1971.

Repost 0

Présentation

  • : Communisme, violence, conflits
  • Communisme, violence, conflits
  • : Blog destiné à publier des articles et travaux historiques concernant les relations entre communisme et violence au XX°siècle. Ce blog est ouvert à ceux qui voudront publier articles, notes, annonces de publications, de colloques ou autres concernant ce champs d'étude historique.
  • Contact

L'autre coté de la colline

bannerfans 6509167

Rigueur historienne et clarté du propos. A ne pas manquer !

Recherche

Publications de David FRANCOIS

GuideICSerge Wolikow, Alexandre Courban, David François, Christian Oppetit, Guide des archives de l'Internationale communiste, 1919-1943, Archives nationales-MSH Dijon, Paris-Dijon, 2009. 

9782749110356Serge Wolikow (sld), Pierre Sémard, Le Cherche-Midi, Paris, 2007, (Rédaction du chapitre "La mise à l'écart (1929-1932)")