Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 07:05

Daniel Siemens, The Making of a Nazi Hero : The Murder and Myth of Horst Wessel, I. B. Tauris, 2013.

Horst Wessel, la mort d'un nazi

Daniel Siemens, professeur à l'Université de Londres mais également à Bielefeld, plonge le lecteur dans ce qui s'apparente au départ à un roman policier dans le Berlin du tournant des années 1920-1930. Mais ici tout est vrai est l'auteur à puiser aux meilleures sources notamment les archives de la Stasi.

 

L'histoire débute avec un fait-divers relativement sordide. Le 14 janvier 1930, Horst Wessel, un jeune chef des Sections d'assaut nazies de Berlin est abattu à son domicile. Les circonstances de ce crime sont floues. Mais il est probable que l'acte a pour toile de fond un règlement de comptes où politique et délinquance se mêlent. Si ceux qui tirent sur Wessel sont des communistes, ils appartiennent comme leur victime à des bandes criminelles rivales qui se disputent le contrôle de la prostitution dans les quartiers populaires de Berlin.

 

C'est le génie de Josef Goebbels qui va mettre ce meurtre en pleine lumière et le faire entrer dans la mythologie nazie. Goebbels qui depuis 1926 dirige la parti nazi à Berlin avait déjà remarqué les qualités de chef de Wessel. Quand il apprend sa mort il décide de transformer le jeune SA en martyr du nationale-socialisme. Wessel devient un modèle héroïque pour toute une génération.

 

Goebbels organise les funérailles de Wessel où défilent des milliers de personnes avant de prononcer son oraison funèbre. Très vite la tombe de Wessel devient un lieu de pèlerinage. Mais cette figure aurait pu être oubliée si Wessel n'avait pas été un poète du dimanche, dont le Die Fahne Hoch, rebaptisé Horst Wessel Lied n'était pas devenu le chant de la SA, puis celui du parti nazi avant de devenir l'hymne quasi-officiel de l'Allemagne hitlérienne. Wessel devient l'objet d'un véritable culte à travers notamment des portraits, des bustes, mais également un film. Dans ce dernier il est présenté comme un héros populaire victime de la lâcheté des communistes.

 

L'auteur montre que Wessel était une personne assez différente de la légende forgée par la propagande nationale-socialiste. D'une intelligence moyenne, Wessel déçoit sa famille en abandonnant ses études universitaires pour vivre avec une prostituée. En révolte contre le conformisme bourgeois de ses parents, déclassé socialement, il rejoint le parti nazi qui lui donne une structure idéologique et un but à son existence. Mais l'auteur avance aussi l'idée que peu avant sa mort Wessel a commencé à délaisser la SA et même envisagé de quitter le Parti nazi pour commencer une nouvelle vie.

 

A travers le destin d'un jeune homme, Siemens décrit parfaitement la chute de la République de Weimar dont les bases, trop fragile, furent sapées par des extrémismes qui n'hésitaient pas à s'affrontaient dans des combats de rue. Il montre aussi cette formidable opération de propagande qui s'opéra après la mort de Wessel et en fit une figure sacrée dans le IIIe Reich. Le lecteur peut aussi se demander pourquoi après 1933 les communistes n'ont pas essayé de réhabiliter les militants qui ont tués Wessel pour en faire des contre-symboles. Il n'en reste pas moins que la figure de Wessel semble continuer à hanter l'Allemagne puisqu'en 2005 sa tombe à Berlin fut à nouveau vandalisée.

Partager cet article

Repost 0
communismeetconflits

Présentation

  • : Communisme, violence, conflits
  • Communisme, violence, conflits
  • : Blog destiné à publier des articles et travaux historiques concernant les relations entre communisme et violence au XX°siècle. Ce blog est ouvert à ceux qui voudront publier articles, notes, annonces de publications, de colloques ou autres concernant ce champs d'étude historique.
  • Contact

L'autre coté de la colline

bannerfans 6509167

Rigueur historienne et clarté du propos. A ne pas manquer !

Recherche

Publications de David FRANCOIS

GuideICSerge Wolikow, Alexandre Courban, David François, Christian Oppetit, Guide des archives de l'Internationale communiste, 1919-1943, Archives nationales-MSH Dijon, Paris-Dijon, 2009. 

9782749110356Serge Wolikow (sld), Pierre Sémard, Le Cherche-Midi, Paris, 2007, (Rédaction du chapitre "La mise à l'écart (1929-1932)")