Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 08:08

Zheng Wang, Never Forget National Humliation: Historical Memory in Chinese Politics and Foreign Relations, Columbia University Press, 2012.

Communisme, nationalisme et mémoire nationale en Chine

A l'heure où la Chine s'impose comme une puissance mondiale il est loisible de s'interroger sur la manière dont le Parti communiste maintient sa domination sur ce pays-continent. Il est indéniable que les réformes économiques de l'ère Deng Xiaoping ont permis une croissance économique exceptionnelle et le développement d'une certaine prospérité. Mais les événements dramatiques de 1989 ont montré aux dirigeants que les seules performances économiques sont insuffisantes pour assurer la légitimité du régime. Le Parti a donc cherché à se présenter comme le seul représentant des intérêts nationalistes chinois face à une communauté internationale présentée et perçue comme hostile.

 

Zheng Wang étudie la façon dont le PCC a réussit cette quête en légitimité nationaliste. Car il a parfaitement réussi à obtenir le soutien nationaliste de la population, surtout dans la jeunesse et y compris parmi les jeunes diplômés qui ont fait leurs études aux États-Unis et en Europe. Cette réussite repose sur l'exploitation l'extrême sensibilité des Chinois envers ce qu'ils considèrent comme un passé humiliant à l'époque où les grandes puissances impérialistes imposées leur domination à l'Empire du Milieu. Le PC n'a plus qu'à insister sur ces humiliations passées pour mieux mettre en valeur la puissance chinoise contemporaine.

 

L'auteur explore, après une analyse théorique du rôle de la mémoire historique dans la politique intérieure et internationale des États, les différentes façons dont la Chine impériale, la République puis le régime de Mao ont essayé de construire une identité nationale basée sur ce passé de honte. Puis il démontre l'impact de cette mémoire institutionnalisée sur les relations extérieures de la Chine notamment avec le Japon et les États-Unis. Elle est souvent une clef pour comprendre la manière dont les Chinois réagissent lors des moments de tension quand ils estiment subir un affront comme lors du bombardement de leur ambassade à Belgrade en 1999 ou à propos de la souveraineté des îles de Senkaku disputée avec le Japon.

 

Voici donc un livre qui plonge dans la mémoire historique chinoise et qui démontre de façon argumentée son instrumentalisation par un PCC qui joue sur la fibre nationaliste pour asseoir sa légitimité dans un pays qui ne cesse de s'ouvrir au monde. L'exposé chronologique et une écriture claire permettent au lecteur peu familier de la Chine de ne pas trop se perdre. Nous pouvons juste regretter que l'auteur ne mentionne jamais la possible existence en Chine de phénomène de rejet de l'exploitation de la mémoire par le PCC. Dans un pays aussi vaste et divers où l'accès à Internet est de plus en plus libre il serait étonnant que n'existe pas un courant critique même très minoritaire.

Partager cet article

Repost 0
communismeetconflits

Présentation

  • : Communisme, violence, conflits
  • Communisme, violence, conflits
  • : Blog destiné à publier des articles et travaux historiques concernant les relations entre communisme et violence au XX°siècle. Ce blog est ouvert à ceux qui voudront publier articles, notes, annonces de publications, de colloques ou autres concernant ce champs d'étude historique.
  • Contact

L'autre coté de la colline

bannerfans 6509167

Rigueur historienne et clarté du propos. A ne pas manquer !

Recherche

Publications de David FRANCOIS

GuideICSerge Wolikow, Alexandre Courban, David François, Christian Oppetit, Guide des archives de l'Internationale communiste, 1919-1943, Archives nationales-MSH Dijon, Paris-Dijon, 2009. 

9782749110356Serge Wolikow (sld), Pierre Sémard, Le Cherche-Midi, Paris, 2007, (Rédaction du chapitre "La mise à l'écart (1929-1932)")