Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 07:36

Craig Campbell, Sergey Radchenko, The Atomic Bomb and the Origins of the Cold War, Yale University Press, 2008.

Bombe A et guerre froide

Il est bien connu de nos jours que dès avant la fin de la Seconde Guerre mondiale, les espions soviétiques se mirent en chasse pour voler les secrets atomiques de leur allié américain et que la question nucléaire fut au centre des tensions de la guerre froide. De manières concises, organisées et en s'appuyant sur de nombreuses sources américaines et russes, les deux auteurs éclairent la place de l'arme atomique dans la montée de l'antagonisme entre l'URSS et les États-Unis.

Pour les auteurs ce sont deux visions concurrente de l'après-guerre qui conduisent les deux superpuissances à s'affronter. Le président Franklin Rossevelt souhaite organiser le monde autour d'une organisation internationale et d'une économie libérale qui permettent d’empêcher toutes agressions contrairement à ce que fut la Société des Nations. Mais cette vision du monde futur se heurte à l'existence d'un système soviétique qui tend à s'étendre. Pour gagner le soutien de Staline, Roosevelt est alors tenté d'utiliser l'arme atomique comme une menace sur les Soviétiques. Mais l'espionnage sape rapidement cette diplomatie atomique. Staline est au courant de l'avancée du projet Manhattan et reçoit par ses agents les renseignements scientifiques lui permettant d’accélérer les travaux nucléaires soviétiques.

La politique atomique américaine ne change pas avec l'arrivée de Truman à la Maison Blanche. A peine entré en fonction ce dernier doit affronter la préparation de la conférence de Potsdam et la décision d'utiliser l'arme nucléaire sur le Japon. Les auteurs remarques avec raison que le bombardement d'Hiroshima et de Nagasaki bouscule l'équilibre entre les superpuissances et symbolise à la fois le dernier acte américaine de la Seconde Guerre et le premier de la guerre froide. L'utilisation de la bombe A donne à Truman la possibilité d'une reddition japonaise sans le concours de l'URSS et d’empêcher ainsi une occupation conjointe de l'archipel. Staline ne répond pas à ce défi tout en percevant la menace que représente l'arme atomique. Mais il tend à durcir ses positions et à accélérer ses efforts pour se doter de la bombe A.

L'année 1946 est marquée par les discussions de la commission de l'énergie atomique des Nations Unies. Les Américains proposent des plans de contrôles de l'arme nucléaire, plans que les Soviétiques rejettent, accusant les États-Unis de pratiquer le chantage atomique. Pour les auteurs l'impossibilité d'un contrôle international des armes atomiques, qui signifie un sacrifice de la souveraineté nationale, rendait le déclenchement la guerre froide inévitable.

Partager cet article

Repost 0
communismeetconflits - dans Guerre froide

Présentation

  • : Communisme, violence, conflits
  • Communisme, violence, conflits
  • : Blog destiné à publier des articles et travaux historiques concernant les relations entre communisme et violence au XX°siècle. Ce blog est ouvert à ceux qui voudront publier articles, notes, annonces de publications, de colloques ou autres concernant ce champs d'étude historique.
  • Contact

L'autre coté de la colline

bannerfans 6509167

Rigueur historienne et clarté du propos. A ne pas manquer !

Recherche

Publications de David FRANCOIS

GuideICSerge Wolikow, Alexandre Courban, David François, Christian Oppetit, Guide des archives de l'Internationale communiste, 1919-1943, Archives nationales-MSH Dijon, Paris-Dijon, 2009. 

9782749110356Serge Wolikow (sld), Pierre Sémard, Le Cherche-Midi, Paris, 2007, (Rédaction du chapitre "La mise à l'écart (1929-1932)")