Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 14:17

Kenneth Slepyan, Stalin's Guerillas, Soviet Partisans in World War II, University Press of Kansas, 2006.

 

51RMPY7wnAL._SL500_AA300_.jpg

Kenneth Slepyan a eu la chance de se trouver en Union soviétique pendant l'année scolaire 1991-1992 dans le cadre de ses recherches pour sa thèse de doctorat à l'Université du Michigan sur le mouvement des partisans pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a pu alors profiter d'une période relativement brève d'ouverture des archives soviétiques qui par la suite se sont vite refermées aux historiens.


De cette manne documentaire il a tiré un livre, Stalin's Guerillas, qui étudie le mouvement partisan pour mieux appréhender les conséquences de la guerre sur la société et l’État soviétique mais également sur le stalinisme. En dépit du recul de l'Armée rouge lors de l'invasion allemande à partir de juin 1941, des Soviétiques forment en effet des unités de partisans qui se battent farouchement contre les occupants en organisant des coups de main, des sabotages et en faisant du travail de renseignements. Si cela peut sembler assez ordinaire dans une Europe occupée où existent d'autres mouvements de résistance, notamment les partisans yougoslaves, l'inédit dans le contexte soviétique c'est que ces mouvements politiques et militaires se font en dehors de la surveillance et de la tutelle de Staline et de l’État.


Kenneth Slepyan montre que les partisans soviétiques sont alors les héritiers d'une longue lignée de guerriers où se mêlent, outre les partisans rouges de la guerre civile, les communautés militaires des Cosaques et l'égalitarisme des anciennes insurrections paysannes. Mais c'est Staline qui le 3 juillet 1941 appelle à créer des formations de partisans pour mener la guerre de guérilla. Rapidement le mouvement va prendre de l'importance et jouer un rôle militaire de poids.


Ces mouvements de partisans sont alors composés non seulement de civils mais également de soldats de l'Armée rouge dépassés par l'avance de la Wehrmacht ainsi que de membres des minorités nationales. Kenneth Slepyan montre d'ailleurs que les conditions de vie et de combat des partisans sont loin de correspondre à ce que montre les romans et les films de propagande. Il aborde aussi la question de la représentation qu'avaient d'eux-même les partisans et de leur place dans la société soviétique.


Le livre de Kenneth Slepyan privilégie donc l'analyse du mouvement partisan en tant que phénomène social et délaisse de ce fait l'étude de son apport militaire. Il est donc ici peu question des opérations militaires et des faits d'armes. Kenneth Slepyan se penche plutôt sur les relations nouvelles qui se mettent alors en place entre les partisans et l’État dans un contexte d'autonomie des premiers et comment ses liens nouveaux ont été consolidées et ont été sapé par l'appareil soviétique pendant et après la guerre.


Le mouvement partisan a ainsi été tout à la fois une légitimation du parti communiste, capable de vaincre l'ennemi, et un souffle de liberté dans une sorte de destalinisation spontanée, une « dissidence organisée » comme dit l'auteur. Pourtant Kenneth Slepyan reconnaît qu'à aucun moment il n'a formé un mouvement libéral aspirant à la démocratie. La guerre a selon lui plutôt confirmer aux yeux des Soviétiques la justesse de l’idée stalinienne que l'URSS vivait dans un monde rempli d'ennemis intérieurs et extérieurs. Cette vision du monde, que partagent les partisans, tend à montrer que ces derniers acceptent pleinement eux aussi les valeurs soviétiques.


Voici donc un ouvrage brillant et bien écrit qui décrit et analyse avec soin et perspicacité un pan largement méconnu de l'histoire à la fois militaire et sociale de l'Union soviétique durant ce que les Russes nomment encore la Grande guerre patriotique.

Partager cet article

Repost 0
communismeetconflits - dans Union soviétique et Russie

Présentation

  • : Communisme, violence, conflits
  • Communisme, violence, conflits
  • : Blog destiné à publier des articles et travaux historiques concernant les relations entre communisme et violence au XX°siècle. Ce blog est ouvert à ceux qui voudront publier articles, notes, annonces de publications, de colloques ou autres concernant ce champs d'étude historique.
  • Contact

L'autre coté de la colline

bannerfans 6509167

Rigueur historienne et clarté du propos. A ne pas manquer !

Recherche

Publications de David FRANCOIS

GuideICSerge Wolikow, Alexandre Courban, David François, Christian Oppetit, Guide des archives de l'Internationale communiste, 1919-1943, Archives nationales-MSH Dijon, Paris-Dijon, 2009. 

9782749110356Serge Wolikow (sld), Pierre Sémard, Le Cherche-Midi, Paris, 2007, (Rédaction du chapitre "La mise à l'écart (1929-1932)")