Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 09:11

Tristram Hunt, Engels, le gentleman révolutionnaire, Flammarion, Paris, 2009.

 

1045440-gf.jpg

Tristram Hunt dès les premières pages de la biographie qu'il consacre à Friedrich Engels constate que ce dernier est encore marqué du sceau de l'infamie liée aux crimes de masse perpétrés par les États communistes, tandis que Marx est peu à peu sortie de ce purgatoire. pour prendre à nouveau la figure d'un visionaire par temps de tempete financière. Dans cette biographie, Hunt veut à la fois montrer Engels en tant qu'homme avec ses forces et faiblesses mais aussi le défendre contre les calomnies dont il fut la victime. Il est vrai qu'à la lecture de l'ouvrage le lecteur retient l'image d'un Engels à la fois fin politicien mais aussi amateur de bons vins et de chasse à courre.


Mais le plus fascinant dans la vie d'Engels est la double vie qu'il mène durant des années. Né en 1820 dans une famille de riches fabricants de textile, le jeune Engels est envoyé parfaire sa formation dans une succursale de l'entreprise familiale à Manchester. Mais le jeune homme préfère la littérature et la philosophie, notamment celle d'Hegel, ce qui le conduit à avoir des opinions libérales. Dans l'Angleterre de la Révolution industrielle, Engels découvre la condition ouvrière et ses misères qu'il décrit en 1845 dans La situation des classes laborieuses en Angleterre. C'est ce livre qui attire l'attention de Marx sur Engels. Les deux se rencontrent à Paris et se nouent alors une forte amitié que renforce l'écriture en commun du Manifeste communiste puis l'épisode de la Révolution de 1848. Après l'échec de cette dernière, Marx doit s'exiler à Londres tandis qu'Engels retrouve le giron familial et retourne à Manchester diriger la succursale paternelle. Pendant 19 ans, Engels va gérer l'entreprise en bon capitaliste. Ce travail qu'il déteste lui pèse mais il permet de subvenir aux besoins de la famille Marx alors que Karl rédige Le Capital.


Le lien entre les deux hommes n'est pas seulement pécunier. Engels adore les filles de Marx et il va même jusqu'à endosser la paternité du fils illégitime de Marx. Rejetant le mariage, Engels vit durant des années avec Mary Burns, une jeune irlandaise sans éducation.


Engels apparaît surtout comme un curieux et un touche à tout génial. Il s’intéresse, bien sur, aux conditions de vie de la classe ouvrière mais également au colonialisme, à la question nationale, à l'inégalité des sexes. Il pose alors les bases d'une anthropologie marxiste. Il devient également un spécialiste des questions militaires en s'intéressant à la guerre de Crimée, à la guerre de Sécession ou à la guerre de 1870.


En 1870, Engels prend sa retraite et s'installe à Londres à deux pas du domicile des Marx. Quand Marx meurt en 1883 il prend soin de faire éditer les secondes et troisièmes parties du Capital alors que son appartement devient le centre du socialisme international. C'est lui en effet qui guide les jeunes partis socialistes et sociaux-démocrates et, après avoir été un des responsables de la I° Internationale ,il pose les fondations de la seconde lors de la conférence de Paris en 1889. Engels meurt d'un cancer à Londres en 1895.


Si Engels a pu dans certains de ces écrits justifier la violence et si sa brutalité lors des conflits politiques au sein du jeune mouvement socialiste peutvent anticiper les purges staliniennes, Hunt met en évidence qu'à la fin de sa vie, Engels prône une révolution pacifique et d'essence démocratique. Il insiste surtout sur le fait qu'il ne peut être tenu responsables des crimes qui auront lieu une génération après sa mort.


Si au final l'image d'Engels que livre Hunt est éminemment sympathique, le lecteur ne peut que regretter que cette question du lien entre les écrits d'Engels et le totalitarisme communiste du XX° siècle ne soit pas plus approfondie. Cela aurait certainement donné une ampleur plus forte au propos de l'auteur et hisser le livre au niveau d'un classique.

Partager cet article

Repost 0
communismeetconflits - dans Divers

Présentation

  • : Communisme, violence, conflits
  • Communisme, violence, conflits
  • : Blog destiné à publier des articles et travaux historiques concernant les relations entre communisme et violence au XX°siècle. Ce blog est ouvert à ceux qui voudront publier articles, notes, annonces de publications, de colloques ou autres concernant ce champs d'étude historique.
  • Contact

L'autre coté de la colline

bannerfans 6509167

Rigueur historienne et clarté du propos. A ne pas manquer !

Recherche

Publications de David FRANCOIS

GuideICSerge Wolikow, Alexandre Courban, David François, Christian Oppetit, Guide des archives de l'Internationale communiste, 1919-1943, Archives nationales-MSH Dijon, Paris-Dijon, 2009. 

9782749110356Serge Wolikow (sld), Pierre Sémard, Le Cherche-Midi, Paris, 2007, (Rédaction du chapitre "La mise à l'écart (1929-1932)")