Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 12:50

Anne Steiner, Les en-dehors. Anarchistes individualistes et illégalistes à la Belle Époque, L'Echappée, Paris, 2008.

img-1

Anne Steiner trace ici le portrait d'une partie du mouvement anarchiste parisien au début du XX° siècle qui connait une période d'intense développement où naissent de nouveaux journaux ainsi que de nouvelles problématiques comme le végétarisme ou l'éducation populaire. Le fil rouge de l'ouvrage qui permet de faire le lien entre les différentes personnalités de ce mouvement est Rirette Maitrejean, une jeune Correziénne qui fuit son milieu familial pour découvrir Paris où elle découvre la Sorbonne et les causeries anarchistes. Elle y découvre l'amour libre qu'elle met en pratique épousant un certain Louis Maitrejean mais vivant avec un étudiant, Mauricius, qui écrit dans le journal l'anarchie, puis avec le jeune Victor Kibaltchiche, le futur Victor Serge.


Parmi les figures marquantes que l'on croise dans ce livre émerge celle de Libertad, enfant trouvé et handicapé, aux dons oratoires exceptionnels qu'il met au service d'un anarchisme individualiste intransigeant. L'anarchisme individualiste vise d'abord à libérer les individus de toutes les contraintes qui les entourent et cela sans attendre un hypothétique Grand Soir. La libération individuelle est pour eux un préalable à l'émancipation collective.


Ses adeptes pratiquent ainsi le nudisme, prônent une hygiène alimentaire excluant la consommation de tabac, viande, alcool, café, pratiquent l'amour libre, le contrôle des naissances et sont favorables à la contraception et à l'avortement. Partisans de l'éducation populaire, certains militent en faveur de l'espéranto. Ils expérimentent ces pratiques au sein de communautés, les « milieux libres » où chacun va et vient selon ses désirs. Au plan politique, ils sont libres-penseurs mais rejettent autant l'école confessionnelle que l'école laïque qui distille un catéchisme républicain. Pacifistes, ils refusent le service militaire et prônent la désertion. Refusant la démocratie parlementaire, ils soutiennent l'abstentionnisme. Par bien des aspects, ces individualistes préfigurent le mouvement soixante-huitard par ses préoccupations et ses réalisations


La libération de l'individu doit aussi passer par la libération des contraintes du salariat. Mais cette question pose le délicat problème des conditions d'existence des individualistes. Comment vivre sans gagner de l'argent ? Si réduire ses besoins ne suffit certains compagnons se livrent à la fabrication de fausses monnaies et aux cambriolages. Cet illégalisme que certains théorisent pose rapidement la question du passage au banditisme et à la violence meurtrière.


La figure de Jules Bonnot et de sa bande représente la face sombre de l'anarchisme individualiste. Bonnot est déjà un délinquant et un meurtrier quand il rencontre les individualistes de la communauté de Romainville où vit d'ailleurs Raymond Callemin dit Raymond la Science, un ami d'enfance de Victor Serge. Avec d'autres individualistes ils sèment la terreur au début de 1912 avant d’être abattue le 28 avril à Choisy-le-Roi après avoir soutenu un siège de plusieurs heures contre la police et l'armée.


La tragique épopée de la bande à Bonnot sonne le glas de l'anarchisme individualiste. Rirette Maitrejean et Victor Serge sont ainsi inculpés et jugés pour complicité avec les bandits. Victor Serge est même lourdement condamné. La guerre de 1914 achève de disloquer un univers déjà fortement éreinté. Après 1917, Victor Serge rejoint la Russie bolchevique pour se mettre au service de Lénine avant de rentrer en dissidence sous Staline.


Le livre d'Anne Steiner est bien construit et d'une lecture agréable. Nous pouvons seulement regretter la place trop grande accordée à notre goût à la figure de Bonnot, dont on voit mal les liens avec l'anarchisme si ce n'est comme alibi à ces forfaits. Si l'aventure des bandits tragiques pose la lancinante question du rapport de l'extrême-gauche à la violence criminelle, telle qu'elle sera à nouveau posée concernant les groupes gauchistes des années 1970, elle ne peut occulter que les individualistes de la Belle Époque furent sur de nombreuses questions des précurseurs dont les aspirations anticipent celles que portent le mouvement de 1968 mais également de plus contemporaines notamment sur les modes de consommation.

Partager cet article

Repost 0
communismeetconflits - dans Notes de lecture

Présentation

  • : Communisme, violence, conflits
  • Communisme, violence, conflits
  • : Blog destiné à publier des articles et travaux historiques concernant les relations entre communisme et violence au XX°siècle. Ce blog est ouvert à ceux qui voudront publier articles, notes, annonces de publications, de colloques ou autres concernant ce champs d'étude historique.
  • Contact

L'autre coté de la colline

bannerfans 6509167

Rigueur historienne et clarté du propos. A ne pas manquer !

Recherche

Publications de David FRANCOIS

GuideICSerge Wolikow, Alexandre Courban, David François, Christian Oppetit, Guide des archives de l'Internationale communiste, 1919-1943, Archives nationales-MSH Dijon, Paris-Dijon, 2009. 

9782749110356Serge Wolikow (sld), Pierre Sémard, Le Cherche-Midi, Paris, 2007, (Rédaction du chapitre "La mise à l'écart (1929-1932)")