Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 07:29

Battle for Honour. La Bataille de Brest-Litovsk, coproduction russe et biélorusse d'Alexandre Kott, 2010, 138 mn.

 

battle-for-honor-la-bataille-de-brest-litovsk-2.jpg

 

La bataille de Brest-Litovsk est un épisode peu connu en France de la guerre sur le front de l'Est. L'événement est pourtant d'importance, non pas en raison de ses conséquences opérationnelles sur les suites de la guerre, mais pour la place qu'il tient dans la mémoire historique russe. La forteresse de Brest-Litovsk se trouve en 1941 à la frontière entre l'URSS et la Pologne occupée par l'Allemagne. Quand le 22 juin 1941, la Wehrmacht lance l'invasion de l'Union soviétique, la fameuse opération Barbarossa, et balaye les forces de l'armée rouge, une des premières missions des troupes allemandes est de s'emparer de cette forteresse. Le plan initial prévoit que trois divisions allemandes, soit 20 000 hommes s'en emparent en moins de 12 heures. Mais contre toute attente les 9 000 soldats soviétiques vont tenir tête pendant huit jours. Cette résistance acharnée est rapidement érigée en symbole de la volonté russe de se battre pied à pied et de la ténacité du soldat soviétique.


La bataille est vue ici par le biais du destin d'un jeune garçon, Sacha membre de la fanfare de la garnison. Le 21 juin, alors que le garçon et une amie pêchent paisiblement, la Luftwaffe pilonne la forteresse avant que les premiers soldats allemands ne fassent leur apparition. Malgré la soudaineté et la violence de l'attaque, les Soviétiques se ressaisissent et repoussent les premiers assauts. Un siège d'une semaine commence alors où l'espoir d'un secours extérieur s'envole à l'annonce des désastres de l'Armée rouge sur l'ensemble du front. Rapidement l'eau potable vient à manquer chez les assiégés. Les trois unités combattantes soviétiques qui tiennent toujours la forteresse et que le réalisateur suit à travers les trois officiers qui les commandent se résignent à tenter une sortie mais celle-ci échoue. Pour en finir, l'armée allemande fait tomber sur la forteresse une bombe de deux tonnes qui parvient enfin à réduire les derniers bâtiments encore debout. Les troupes allemandes parviennent alors à investir la forteresse, nettoyant systématiquement les ruines et les sous-sols, capturant et exécutant les rares défenseurs survivants.


Le spectateur pourra regretter le ton patriotique de l'ensemble où de courageux et nobles soldats russes affrontent sans peur des Allemands barbares et cruels. Mais La bataille de Brest-Litovsk est surtout un véritable film de guerre avec des scènes de batailles impressionnantes et aussi immersives que l'est le début de Il faut sauver le soldat Ryan. La contre-attaque russe au corps à corps et l'explosion de la bombe géante allemande sont ainsi des moments forts. La fin du film est également émouvante, notamment quand l'un des officiers qui a organisé la défense se dénonce aux Allemands comme juif et commissaire politique se condamnant ainsi à une mort certaine.


La bataille de Brest-Litovsk, tournée sur les lieux même où se sont déroulés les événements, est donc un grand spectacle particulièrement réussie. Le film se regarde avec plaisir et permet au spectateur de découvrir un épisode peu connu de l'opération Barbarossa. Surtout il rappelle la tragédie que fut pour le peuple russe la Seconde Guerre mondiale.

Partager cet article

Repost 0
communismeetconflits - dans Union soviétique et Russie

Présentation

  • : Communisme, violence, conflits
  • Communisme, violence, conflits
  • : Blog destiné à publier des articles et travaux historiques concernant les relations entre communisme et violence au XX°siècle. Ce blog est ouvert à ceux qui voudront publier articles, notes, annonces de publications, de colloques ou autres concernant ce champs d'étude historique.
  • Contact

L'autre coté de la colline

bannerfans 6509167

Rigueur historienne et clarté du propos. A ne pas manquer !

Recherche

Publications de David FRANCOIS

GuideICSerge Wolikow, Alexandre Courban, David François, Christian Oppetit, Guide des archives de l'Internationale communiste, 1919-1943, Archives nationales-MSH Dijon, Paris-Dijon, 2009. 

9782749110356Serge Wolikow (sld), Pierre Sémard, Le Cherche-Midi, Paris, 2007, (Rédaction du chapitre "La mise à l'écart (1929-1932)")