Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 09:13

François Audigier, Histoire du S.A.C. Service d'Action Civique, la part d'ombre du gaullisme, Paris, Stock, 2003.

 

9782234056299FS.gif

Le Service d'action civique, plus connu sous son acronyme du SAC, est une des organisations les plus fantasmatiques de la V° République. Il a hanté les nuits des militants de gauche des années 1970 qui craignaient que l'arrivée de la coalition PS-PC-MRG au pouvoir ne se termine comme l'expérience Allende au Chili. Organisation de statut privé mais ayant des liens très étroits avec l'appareil d'État gaulliste, il avait au mieux l'image d'une garde prétorienne au pire celle de possibles escadrons de la mort à la française. Même l'extrême-droite dénonçait une organisation qui ne pouvait être que l'instrument de la CIA ou du KGB selon les moments. Ces images terrifiantes ont été entretenu par une presse à sensation, où la vérité des faits est de peu d'importance, et pour qui le SAC était un sujet vendeur et inépuisable.


Écrire une histoire scientifique du SAC semblait donc une gageure mais le défi a été brillamment relevé par François Audigier, maitre de conférence à l'université de Nancy II, dont l'étude permet de donner sa juste place au SAC au sein de l'histoire du gaullisme et plus largement de l'histoire politique française. Il raconte pour la première fois l'histoire de ce service d'ordre gaulliste, de sa naissance à sa fin tragique avec la tuerie d'Auriol en 1981.


Si le SAC voit le jour officiellement en 1959, son origine remonte à l'après-guerre et plus particulièrement au service d'ordre du RPF. A une époque où les communistes français n'hésitent pas à faire le coup de poing pour empêcher les réunions de ses adversaires la formation d'un solide service d'ordre est une nécessité. C'est au sein de ce SO que se rencontrent des hommes aux profils particuliers. Ils ont connu la clandestinité durant la guerre et ont beaucoup de mal à retourner à la monotonie de la vie civile. Ils partagent surtout un solide anticommunisme et n'hésitent pas à lier des relations troubles avec des hommes du Milieu afin de recruter des spécialistes du coup de poing à opposer aux communistes.


François Audigier montre qu'au moment de la guerre d'Algérie, l'organisation fut profondément divisée et que sa direction décida alors de ne pas l'impliquer dans la lutte contre l'OAS. Cette neutralité permettra plus tard d'intégrer au sein du SAC d'anciens activistes de l'OAS dont l'antigaullisme le partage avec l'anticommunisme.


Le livre de François Audigier relate en détail les dérives mafieuses du SAC, les idées et les méthodes de l'organisation, son rôle-clef lors des événements de mai 1968. Le lecteur suit de manière précise les dérives d'une organisation où, si certains sont des gaullistes authentiques attachés à l’œuvre du Général, beaucoup sont des aventuriers et des malfrats qui pensent échapper à la justice en rendant service au pouvoir en place ou des militants d'extrême-droite qui lorgnent plutôt du coté de Pinochet que de Pompidou.


La sordide affaire de la tuerie d'Auriol, règlement ce compte à la fois politique et crapuleux, où une famille entière est assassinée clôt cette triste épopée. Cette plongée dans les marges sombres du gaullisme fait revivre de manière vivante cette période de l'histoire politique française où l'utilisation de la violence physique faisait encore partie des répertoires d'actions utilisées par les partis y compris ceux de la majorité parlementaire.

Partager cet article

Repost 0
communismeetconflits - dans Fascisme-antifascisme

Présentation

  • : Communisme, violence, conflits
  • Communisme, violence, conflits
  • : Blog destiné à publier des articles et travaux historiques concernant les relations entre communisme et violence au XX°siècle. Ce blog est ouvert à ceux qui voudront publier articles, notes, annonces de publications, de colloques ou autres concernant ce champs d'étude historique.
  • Contact

L'autre coté de la colline

bannerfans 6509167

Rigueur historienne et clarté du propos. A ne pas manquer !

Recherche

Publications de David FRANCOIS

GuideICSerge Wolikow, Alexandre Courban, David François, Christian Oppetit, Guide des archives de l'Internationale communiste, 1919-1943, Archives nationales-MSH Dijon, Paris-Dijon, 2009. 

9782749110356Serge Wolikow (sld), Pierre Sémard, Le Cherche-Midi, Paris, 2007, (Rédaction du chapitre "La mise à l'écart (1929-1932)")