Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 09:13

Anna Geifman, Death Orders. The Vanguard of Modern Terrorism in Revolutionary Russia, Praeger Security International, 2010.

 

61YH78cS2HL._AA1500_.jpg

 

L'ouvrage d'Anna Geifman repose sur ce qui est devenue depuis une dizaine d'années une véritable tarte à la crème de la pensée néo-conservatrice américaine mais qui s'est largement répandue dans certains cercles intellectuels européens : l'idée que l'islamisme serait le communisme du XXIe siècle avec qui il partagerait les mêmes méthodes de violence et la même haine de la démocratie occidentale.


Pour appuyer cette analogie douteuse, Anna Geifman se propose d'analyser la vague d'attentats terroristes qui secoue la Russie entre 1901 et 1917 pour en conclure que le terrorisme moderne trouve ses racines dans le mouvement révolutionnaire russe et donc qu'il n'y a pas de différence entre ceux qui suivirent Lénine et ceux qui de nos jours s'engagent dans Al Qaida ou le Hamas. Afin de donner une certaine épaisseur à cette affirmation l'auteur entend montrer que les motivations psychologiques sont dans les deux cas (l'auteur inclut également les nazis dans sa démonstration) identiques et reposent sur une fascination pour la mort, ce qu'elle appelle une tanatophilie. De nombreux exemples sont présentés pour asseoir cette affirmation dans un va et vient permanent entre les deux périodes. Ainsi les militantes russes qui lancent des bombes sur les fonctionnaires tsaristes sont présentées comme les ancêtres des femmes kamikazes palestiniennes qui se font exploser dans les rues des villes israéliennes.


Afin de donner un verni scientifique à sa démonstration Geifman s'appuie sur la notion de dislocation historique développée par le psychiatre Robert Lifton. Pour ce dernier la disparition des traditions, des valeurs et des normes est une condition nécessaire pour l'apparition du terrorisme moderne. Le traumatisme psychologique d'individus qui subitement sont déracinés et se retrouvent parqués dans les périphéries urbaines symbole d'une modernisation rapide permet l'apparition d'un terrorisme moderne. Les recruteurs s'appuient sur la solitude et le désespoir de ces gens pour les intégrer dans un groupe avec un objectif subversif qui donne un sens à la vie, les révolutionnaires russes prenant alors comme cible l’État tsariste tandis que les islamistes projettent leurs haines contre l'Occident. Ce qui lie tous ces gens c'est une culture de la mort qui voit dans le sacrifice humain une voie de salut et méprise la vie. Pour les terroristes le sacrifice de la vie serait une manière de suicide camouflé en martyr. Plus que la haine de l'adversaire, c'est celle de la vie qui est au cœur de la psyché terroriste.


Geifman soutient ainsi que ce n'est pas l'impérialisme, l'oppression politique et sociale ou le nationalisme qui provoquent le terrorisme puisque les terroristes ne cherchent pas le changement politique et leur proclamation ne visent qu'à dissimuler un activisme mortifère et nihiliste. Mais la mentalité terroriste est intrinsèquement autodestructrice. Quand le terrorisme est contenu et ne peut plus s'exprimer à l'extérieur du groupe la violence dont il est porteur se tourne vers l’intérieur dans un tourbillon de règlement de comptes ou bien, dans le cas de l'URSS stalinienne, la Révolution dévore ses enfants. Pour l'auteur la leçon a tiré de ce phénomène est qu'il est irresponsable de vouloir négocier une paix avec les mouvements terroristes puisque ces derniers sont voués à l'autodestruction.


Un historien sérieux ne peut que douter du caractère scientifique d'une démarche basée sur une approche uniquement psycho-historique du terrorisme qui ne sert qu'à justifier des positions politiques contestables. Ne faut-il pas rappeler qu'une centaine d'années séparent les terroristes russes et islamistes qui évoluent également dans des milieux politiques, sociaux, culturels et idéologiques radicalement différents ? Ajoutons pour terminer que contrairement à ce que laisse entendre le livre, le terrorisme a toujours été condamné par le marxisme y compris dans sa version léniniste.

Partager cet article

Repost 0
communismeetconflits - dans Union soviétique et Russie

Présentation

  • : Communisme, violence, conflits
  • Communisme, violence, conflits
  • : Blog destiné à publier des articles et travaux historiques concernant les relations entre communisme et violence au XX°siècle. Ce blog est ouvert à ceux qui voudront publier articles, notes, annonces de publications, de colloques ou autres concernant ce champs d'étude historique.
  • Contact

L'autre coté de la colline

bannerfans 6509167

Rigueur historienne et clarté du propos. A ne pas manquer !

Recherche

Publications de David FRANCOIS

GuideICSerge Wolikow, Alexandre Courban, David François, Christian Oppetit, Guide des archives de l'Internationale communiste, 1919-1943, Archives nationales-MSH Dijon, Paris-Dijon, 2009. 

9782749110356Serge Wolikow (sld), Pierre Sémard, Le Cherche-Midi, Paris, 2007, (Rédaction du chapitre "La mise à l'écart (1929-1932)")