Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 08:01

Jeno Gyorkei, Miklos Horvath (sld), Soviet Military Intervention in Hungary, 1956, Central European University Press, Budapest, 1999.

 

51YVyAqpijL._SL500_AA300_.jpg

 

Ce livre, paru en hongrois en 1996, se compose de trois parties écrites respectivement par Jeno Gyorkei et Miklos Horvath, Alexandre Kirov et pour terminer Yevgueny Malachenko l'ensemble traitant exclusivement des actions militaires soviétiques et hongroises lors de la crise de 1956. Dans son introduction à l'ouvrage Bela Kiraly montre que l'invasion soviétique fut une véritable opération militaire impliquant prés de 17 divisions, se soldant par 722 tués et 1251 blessés dans les rangs soviétiques et donnant lieu à la remise de 26 médailles de Héros de l'Union soviétique et de prés de 10 000 médailles de combat. Pour Kiraly l'intervention russe est donc bien une véritable opération de guerre contre un autre État socialiste.


Si la contribution de Malachenko repose essentiellement sur ses souvenirs, celle d'Alexandre Kirov, un historien militaire russe, s'appuie sur des documents d'archives ce qui lui permet de fournir des données précises sur les pertes, les unités impliquées dans l'intervention mais également de fournir trois utiles cartes des opérations. Il donne ainsi au lecteur un excellent aperçu des opérations de l'armée rouge avant et pendant la prise de Budapest. Il faut souligner que c'est en tant que lieutenant-colonel d'une unité de parachutistes que Kirov a pu avoir accès aux archives centrales du quartier-général des forces armées, archives fermées aux chercheurs. A la suite de ses travaux il a été limogé et renvoyé de l'armée.


La contribution des deux historiens militaires hongrois Gyorkei et Horvath donne des informations utiles sur le comportement de l'armée populaire hongroise durant les événements de 1956. Ainsi les responsables du Parti communiste hongrois ne donnent jamais l'ordre à l'armée de tirer sur les insurgés, à la fois pour ne pas perdre totalement le soutien de la population mais aussi parce qu’ils sont conscients que les militaires risquent de ne pas obéir à un tel ordre. Dans de nombreux cas en effet les militaires hongrois ont même sympathisé avec les insurgés armés. Les militaires sont également victimes d'ordres contradictoires : ils doivent relâcher des insurgés qu'ils ont précédemment arrêtés tandis que la levée du couvre-feu interdit d'identifier et de désarmer les rebelles. Le trouble est donc profond au sein de l'armée hongroise qui est fortement ébranlée par les événements.


Les contributions traitent tous de la question du rôle du corps spécial en Hongrie, c'est à dire les troupes soviétiques stationnant en permanence dans le pays. Au départ ce corps sert de base arrière pour les troupes soviétiques qui occupent l'Autriche. En 1955, avec l'évacuation de ce pays, l'URSS, pour justifier légalement le maintien de troupes en Hongrie met sur pied le pacte de Varsovie. La contribution de Malachenko, qui fut l'un des responsables du corps spécial est précieuse puisqu'il explique qu'alors les relations sont cordiales avec la population hongroise et qu'au moment où l'ordre d'intervenir est arrivé le général Lachenko, le commandant du corps spécial, a répondu que cette mission devrait revenir à la police et à l'armée hongroise. Mais il faut souligner également la vision, à notre avis, un peu trop irénique de ce témoin sur le rôle de l'armée soviétique en Hongrie.


Malgré les réserves concernant le témoignage ou plutôt l'interview de Malachenko, ce livre s’appuie sur un ensemble documentaire d'importance venant aussi bien des archives hongroises que soviétiques. Les chronologies, les statistiques, les cartes, les notices biographiques en font même un instrument de travail précieux sur un sujet où il existe peu de référence militaire en anglais et aucune en français. Mais ce livre est également ardu et il est parfois bien difficile d’accès pour celui qui n'a pas au préalable une bonne connaissance des événements hongrois de 1956.

 

Partager cet article

Repost 0
communismeetconflits - dans Union soviétique et Russie

Présentation

  • : Communisme, violence, conflits
  • Communisme, violence, conflits
  • : Blog destiné à publier des articles et travaux historiques concernant les relations entre communisme et violence au XX°siècle. Ce blog est ouvert à ceux qui voudront publier articles, notes, annonces de publications, de colloques ou autres concernant ce champs d'étude historique.
  • Contact

L'autre coté de la colline

bannerfans 6509167

Rigueur historienne et clarté du propos. A ne pas manquer !

Recherche

Publications de David FRANCOIS

GuideICSerge Wolikow, Alexandre Courban, David François, Christian Oppetit, Guide des archives de l'Internationale communiste, 1919-1943, Archives nationales-MSH Dijon, Paris-Dijon, 2009. 

9782749110356Serge Wolikow (sld), Pierre Sémard, Le Cherche-Midi, Paris, 2007, (Rédaction du chapitre "La mise à l'écart (1929-1932)")