Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 09:49

Stuart D. Goldman, Nomonhan, 1939: The Red Army's Victory That Shaped World War II, Naval Institute Press, 2012.

 

511DM1RfSHL._SL500_AA300_.jpg

Il est maintenant largement admis que la Seconde Guerre mondiale débute en réalité en 1931 avec l'agression japonaise contre la Chine. L'attaque nippone se développe vers le sud mais également au nord en Mandchourie où rapidement elle se heurte aux Soviétiques. C'est à cet confrontation périphérique entre Japon et URSS que Stuart Goldman consacre une étude fouillée.


L'auteur expose d'abord la situation dans le nord de la Chine et les ambitions territoriales japonaises qui s'y déploient. Mais rapidement les infiltrations nippones sur le territoire soviétique déclenchent les premiers affrontements. Le premier a lieu en août 1938 autour du lac Khassan où l'armée rouge, malgré des pertes lourdes, met en déroute les Japonais. La confrontation décisive a lieu un an plus tard quand les troupes du général Joukov défont l'armée du Kwantung dan un lieu nommé Nomonhan plus connue en français sous le nom de Khalkhin-Gol.


Le point de départ de l'escalade guerrière dans la région est presque futile: un conflit entre cavaliers mongols, alliés des Soviétiques et des cavaliers du Manchoukouo sur la rivière Halha, conflit qui dégénère rapidement en opération militaire d'envergure. La description de la bataille est particulièrement réussie. L'auteur montre comment l'armée japonaise du Kwantung et l'armée rouge manœuvrent dans les plaines sèches et torrides de la Mongolie. Il démontre surtout que le manque d'appui-feu, une logistique défaillante et un code militaire japonais inadapté à la guerre moderne condamnent les Japonais face à une guerre éclair où les blindés lancent une vaste manœuvre d'encerclement qui a pour résultat l'anéantissement.


Si l'affrontement est mineur, Goldman montre bien qu'il s'agit malgré tout de la première opération combinée tactique utilisant conjointement l'aviation, des formations blindée, de l’infanterie et de l'artillerie motorisée. La bataille de Nomonhan est ainsi le moment où pour la première fois une masse importante de chars et de véhicules blindés soviétique affrontent une force blindée japonaise moins importantes, se livrant à un test grandeur nature de l'usage de l'arme blindé et préfigurant les grandes opérations soviétiques de la Seconde Guerre mondiale.


La bataille de Nomonhan a été éclipsée par les événements qui au même moment touchent l'Europe sur laquelle les regards du monde sont alors braqués. La bataille est pourtant le point culminant d'une rivalité qui dure depuis plus de cinquante ans entre la Russie et le Japon concernant le contrôle de l'Extrême-Orient. Depuis la guerre de 1904-1905 et l'occupation de la Corée par le Japon, puis l'intervention en Sibérie de ce dernier au moment de la guerre civile russe, la rivalité n'a fait que s’accroître entre les deux puissances. Elle devient explosive avec l'occupation de la Mandchourie en 1931 qui créait prés de 5000 km de frontières communes entre l'URSS et le Japon. La victoire de Joukov à Nomonhan apparaît alors comme un coup d’arrêt aux succès japonais dans la région avant que la reprise des hostilités en 1945 n'impose l'hégémonie soviétique dans une sorte de revanche de la défaite russe de 1905.


Stuart Goldman analyse de manière précise les conséquences politiques et militaires de ce conflit mineur. Il a ainsi, selon lui, poussé Staline à conclure le pacte germano-soviétique tandis que les Japonais ont de leurs cotés privilégiés à partir de ce moment une stratégie navale en direction du Pacifique Sud. La bataille a aussi révélé un talent militaire, celui du futur conquérant de Berlin, le général Joukov. Surtout, conscient du potentiel soviétique, le Japon a décidé de ne plus s'en prendre à l'URSS, même après l'invasion allemande de juin 1941, permettant aux Russes d'éviter une guerre sur deux fronts.


A la croisée de l'histoire diplomatique et militaire, le livre de Stuart Goldman est indispensable pour mieux comprendre le déroulement de la Seconde Guerre mondiale tant en Europe que dans le Pacifique mais aussi pour mieux appréhender l'art de la guerre soviétique.

 

Pour mieux connaitre la bataille de Khalkin-Gol nous ne pouvons que conseiller la lecture d'un article en deux partie de Stéphane Mantoux onsacré à cet affrontement et accesible ici pour la première partie et ici pour la seconde.

 

Partager cet article

Repost 0
communismeetconflits - dans Union soviétique et Russie

Présentation

  • : Communisme, violence, conflits
  • Communisme, violence, conflits
  • : Blog destiné à publier des articles et travaux historiques concernant les relations entre communisme et violence au XX°siècle. Ce blog est ouvert à ceux qui voudront publier articles, notes, annonces de publications, de colloques ou autres concernant ce champs d'étude historique.
  • Contact

L'autre coté de la colline

bannerfans 6509167

Rigueur historienne et clarté du propos. A ne pas manquer !

Recherche

Publications de David FRANCOIS

GuideICSerge Wolikow, Alexandre Courban, David François, Christian Oppetit, Guide des archives de l'Internationale communiste, 1919-1943, Archives nationales-MSH Dijon, Paris-Dijon, 2009. 

9782749110356Serge Wolikow (sld), Pierre Sémard, Le Cherche-Midi, Paris, 2007, (Rédaction du chapitre "La mise à l'écart (1929-1932)")