Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 septembre 2016 2 27 /09 /septembre /2016 07:24

Edward Sarboni, Une revue entre les deux guerres. Le syndicalisme de La Révolution prolétarienne entre 1925 et 1939, Acratie, 2016.

La Révolution prolétarienne

La revue La Révolution prolétarienne, dont le premier numéro est édité en janvier 1925, perpétue à bien des égards le groupe de la Vie ouvrière du nom de la revue lancée par Pierre Monatte en 1909. En 1925, les proches de ce dernier ont déjà une expérience militante ancienne et ont joué un rôle fondamental dans les bouleversements qui touchent le mouvement ouvrier depuis 1914. Edward Sarboni, rappelle cette histoire née au sein de la CGT en réaction à l’abandon progressif par la direction de la confédération de la ligne syndicaliste-révolutionnaire. En 1914, Monatte et ses amis sont parmi les premiers à dénoncer la guerre et à prôner le retour à l’internationalisme prolétarien. Des membres du groupe participent ensuite à la réunion de Zimmerwald et, en 1917, apportent leur soutien à la révolution bolchevique. Par la suite, ils adhèrent au PCF, et certains comme Monatte et Rosmer intègrent la direction du nouveau parti. De par leur passé syndicaliste, ils sont également à l’œuvre au moment de la scission de la CGT et de la création de la CGTU. Mais rapidement, ils se montrent critiques face aux évolutions qui touchent aussi bien la Russie soviétique et le PCF et finissent, en 1924, par en être exclus.

 

Edward Sarboni, après avoir rappelé ce passé des membres de la Révolution prolétarienne, étudie les relations qu’entretient cette dernière avec le communisme. Il montre que jusqu’en 1930, la revue se considère toujours comme appartenant à la mouvance communiste, plus précisément à l’opposition à la direction stalinienne qui s’incarne alors dans la personne de Trotski. Mais cet attachement fait rapidement place à une critique sévère de ce dernier, notamment pour son rôle dans l’écrasement de la révolte de Kronstadt en 1921. Au début des années 1930, la Révolution prolétarienne a définitivement tourné le dos au communisme. Pour elle, le syndicalisme est redevenu le seul moyen d’arriver à l’émancipation du prolétariat.

 

La Révolution prolétarienne estime donc indispensable le retour à l’unité syndicale. Pour cela, elle fonde en 1926 la Ligue syndicaliste qui vise à rassembler des militants venant de confédérations opposées. Ses efforts pour l’unification rencontrent en définitive peu de succès et la réunification de la CGT en 1935 se réalise sans l’intervention de la Révolution prolétarienne qui se réjouit néanmoins de l’événement. La revue déchante rapidement devant la montée de l’influence communiste au sein de la confédération qui porte en elle le risque d’une subordination du syndicalisme au politique ce qu’elle refuse. A la veille de la guerre, elle accepte même l’idée de nouvelles scissions syndicales, anticipant ainsi son soutien à la formation de Force ouvrière en 1947.

 

La mise en avant de la nécessité de l’indépendance syndicale, la redécouverte de la valeur des principes du syndicalisme-révolutionnaire, le pacifisme affirmé caractérisent la démarche de la Révolution prolétarienne dans les années 1930. Si sur ces différents thèmes, les positions de la revue se rapprochent de celles des anarchistes, aucun rapprochement ne se produit entre ces deux mouvances. Pour Edward Sarboni, s’il y a une constante au sein de la Révolution prolétarienne c’est son hostilité, quasi viscéral, envers les anarchistes. Pour l’auteur, cette hostilité serait le fruit de la mauvaise conscience des animateurs de la revue, responsables par leur compromission avec les communistes, de l’effondrement du syndicalisme-révolutionnaire. Une explication qui n’emporte pas la conviction et qui n’est pas sans parti pris.

 

C’est là le principal défaut du livre d’Edward Sarboni. Sa volonté de démontrer que le syndicalisme-révolutionnaire, pour lequel il ne cache pas sa sympathie, aurait été trahi par les animateurs de la Révolution prolétarienne, au contraire des anarchistes, semble plutôt procéder d’une démarche militante qu’historienne et dessert l’ensemble de son travail. Un autre défaut du livre est sa bibliographie assez datée. Notons néanmoins la présence de reproduction de nombreux documents dont des photos des membres de la Révolution prolétarienne.

Partager cet article

Repost 0
communismeetconflits - dans Communisme français Syndicalisme Anarchisme

Présentation

  • : Communisme, violence, conflits
  • Communisme, violence, conflits
  • : Blog destiné à publier des articles et travaux historiques concernant les relations entre communisme et violence au XX°siècle. Ce blog est ouvert à ceux qui voudront publier articles, notes, annonces de publications, de colloques ou autres concernant ce champs d'étude historique.
  • Contact

L'autre coté de la colline

bannerfans 6509167

Rigueur historienne et clarté du propos. A ne pas manquer !

Recherche

Publications de David FRANCOIS

GuideICSerge Wolikow, Alexandre Courban, David François, Christian Oppetit, Guide des archives de l'Internationale communiste, 1919-1943, Archives nationales-MSH Dijon, Paris-Dijon, 2009. 

9782749110356Serge Wolikow (sld), Pierre Sémard, Le Cherche-Midi, Paris, 2007, (Rédaction du chapitre "La mise à l'écart (1929-1932)")