Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 07:13

Nicolas Patin, La catastrophe allemande, 1914-1945, Perrin, 2014.

Le démocratie allemande dans la tourmente.

Le titre de l’ouvrage de Nicolas Patin est quelque peu trompeur puisqu’il peut laisser croire qu’il retrace l’histoire de l’Allemagne entre le déclenchement de la Première Guerre mondiale et la capitulation du 8 mai 1945. En fait, l’auteur analyse cette tranche d’histoire allemande par le biais d’une institution, le Reichstag, le parlement allemand, et surtout à travers le destin des députés élus à l’époque de la République de Weimar.

 

L’auteur commence par montrer la place singulière du Reichstag dans la vie politique à l’époque de l’Empire, un rôle qui est assez éloigné de celui, central, joué par la Chambre des députés de la IIIe République. Le Chancelier n’étant pas responsable devant le Reichstag et l’exécutif ayant les moyens de légiférer sans l’assentiment du Parlement, ce dernier ne possède en réalité qu’une ombre de pouvoir. Il apparaît surtout comme une scène publique, une tribune où il est facile de faire de grands discours et de montrer une grande d’intransigeance puisque les grandes décisions ne sont pas prises là. La situation change radicalement en 1919 avec la constitution de Weimar. Le Reichstag devient le lieu central où s’élabore la politique allemande mais la majorité des députés continue à cultiver la rhétorique et l’opposition systématique au lieu de développer une culture du débat et du consensus, déstabilisant ainsi l’ensemble du dispositif constitutionnel.

 

Mais dans les années 1920, le système parlementaire s’améliore peu à peu et parvient même à intégrer les communistes pourtant farouches opposants à la République de Weimar. Si les députés du KPD n’hésitent pas à utiliser le Reichstag pour faire de l’agitation ou de la provocation, ils s’intéressent peu à peu au travail parlementaire, notamment au sein des commissions où s’élaborent les lois et ne représentent plus une menace pour le bon fonctionnement du Parlement. Cette intégration des communistes permet au Reichstag d’assurer sans trop de heurts ses fonctions. L’arrivée massive de députés nazis en 1930 bouleverse ce fragile équilibre. Le Parlement est incapable d’intégrer ces nouveaux venus et le système se retrouve rapidement bloqué provoquant la crise institutionnelle.

 

Si comme le montre Nicolas Patin, le Reichstag des années 1920 fut dominé par des députés anciens combattants, l’expérience du front ne forme pas un ciment qui aurait pu unir les parlementaires. C’est même le contraire qui se passe puisqu’elle devient un facteur de division et de conflit, le député conservateur généralement ancien officier faisant l’apologie de la discipline militaire face au communiste, ancien soldat, prônant l’insubordination et dénonçant la boucherie inutile. Les divisions sociales et religieuses s’incarnent et se déchirent au Reichstag à travers des partis qui ne s’adressent et ne représentent que des segments de la population. La seule exception est le parti nazi qui à travers son appel à l’unité communautaire du peuple transcende les clivages de classe. Ce dernier finit par l’emporter, réduisant à néant le parlementarisme allemand. Par son incapacité à dépasser les divisions sociales et idéologiques du pays, le Reichstag allemand participe donc bien de la catastrophe allemande qui ébranle non seulement l’Allemagne mais également le reste de l’Europe.

 

À la croisée de l’histoire politique, sociale et culturelle, Nicolas Patin montre avec talent que si la démocratie de Weimar n’était pas condamnée dès sa naissance à mourir, l’absence de culture du consensus et les profondes divisions de la société allemande ont finalement conduis à la dictature nazie.

Partager cet article

Repost 0
communismeetconflits - dans Allemagne de Weimar Communisme allemand

Présentation

  • : Communisme, violence, conflits
  • Communisme, violence, conflits
  • : Blog destiné à publier des articles et travaux historiques concernant les relations entre communisme et violence au XX°siècle. Ce blog est ouvert à ceux qui voudront publier articles, notes, annonces de publications, de colloques ou autres concernant ce champs d'étude historique.
  • Contact

L'autre coté de la colline

bannerfans 6509167

Rigueur historienne et clarté du propos. A ne pas manquer !

Recherche

Publications de David FRANCOIS

GuideICSerge Wolikow, Alexandre Courban, David François, Christian Oppetit, Guide des archives de l'Internationale communiste, 1919-1943, Archives nationales-MSH Dijon, Paris-Dijon, 2009. 

9782749110356Serge Wolikow (sld), Pierre Sémard, Le Cherche-Midi, Paris, 2007, (Rédaction du chapitre "La mise à l'écart (1929-1932)")