Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2014 2 16 /12 /décembre /2014 07:43

« Stalingrad », film russe de Fiodor Bondartchouk, 2013.

Stalingrad

Après Jospeh Vilsmaier en 1993 et Jean-Jacques Annaud en 2001, c'est le réalisateur russe Fiodor Bondartchouk qui en 2013 propose un film sur la bataille de Stalingrad. Notons d'ailleurs que l'acteur allemand Thomas Kretschmann qui joua un lieutenant de la 6e armée dans le film de 1993 incarne en 2013 un capitaine.

 

L'histoire débute quand les Allemands ne sont plus qu'à quelques centaines de mètres de la Volga dont le contrôle scellerait la défaite des Soviétiques. L'Armée rouge lance un assaut pour contenir son adversaire. C'est un échec mais un petit groupe de survivants parvient à se réfugier dans un immeuble dévasté. Face à eux se trouve un capitaine allemand qui a reçu la mission de prendre ce bâtiment coûte que coûte. Un combat à mort s'engage dans lequel l'ensemble des protagonistes finissent par disparaître.

 

Le film de Bondartchouk montre parfaitement la cruauté de la guerre urbaine entre les corps-à-corps, le feu impitoyable des snipers, les combats d'un étage à un autre, d'une pièce à une autre. Soulignons aussi que le réalisateur montre aussi le quotidien des habitants de Stalingrad qui tentent de survivre comme ils peuvent dans les ruines de leur cité et au milieu des combats. Sur le plan esthétique le film est une réussite. Les images, visiblement retravaillées, sont belles et les ralentis stylisés rappellent le film « 300 ».

 

Le film, hélas, pâtit de nombreuses invraisemblances : des soldats soviétiques en flamme qui continuent à mener l'assaut contre les positions allemandes, d'autres qui, au péril de leur vie, vont chercher une baignoire pour permettre à une civile de prendre un bain sans parler du sniper qui est touché au bras et dont la blessure disparaît dans les scènes suivantes.

 

Si le réalisateur a visiblement souhaité éviter les manichéismes réducteurs en mettant en scène les doutes de l'officier allemand, il ne parvient pas à éviter parfois certains accents patriotiques. Son éloge du courage des soldats russes est parfois caricatural et enlève à ses personnages toute personnalité en les transformant en sorte de super-héros. Surtout, l'esthétisme léché des scènes de combat met parfois mal à l'aise tant il peut laisser croire que la guerre est belle.

Partager cet article

Repost 0

Présentation

  • : Communisme, violence, conflits
  • Communisme, violence, conflits
  • : Blog destiné à publier des articles et travaux historiques concernant les relations entre communisme et violence au XX°siècle. Ce blog est ouvert à ceux qui voudront publier articles, notes, annonces de publications, de colloques ou autres concernant ce champs d'étude historique.
  • Contact

L'autre coté de la colline

bannerfans 6509167

Rigueur historienne et clarté du propos. A ne pas manquer !

Recherche

Publications de David FRANCOIS

GuideICSerge Wolikow, Alexandre Courban, David François, Christian Oppetit, Guide des archives de l'Internationale communiste, 1919-1943, Archives nationales-MSH Dijon, Paris-Dijon, 2009. 

9782749110356Serge Wolikow (sld), Pierre Sémard, Le Cherche-Midi, Paris, 2007, (Rédaction du chapitre "La mise à l'écart (1929-1932)")