Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 07:01
Légionnaires en Sibérie

Légionnaires en Sibérie

Les Tchécoslovaques face à Koltchak.

Le général Radola Gajda, commandant de la 2e division tchécoslovaque est, contrairement à Sirovy, favorable à l'engagement des légionnaires auprès de Koltchak. Au début de 1919, l'amiral constitue 3 armées, l'armée de Sibérie, l'armée de l'Ouest et l'armée d'Orenbourg. Ces armées, adossés à l'Oural, doivent prendre l'offensive en direction de Samara, puis marcher vers l'ouest pour prendre Nijni-Novgorod et Moscou. Il offre alors le commandement de l'armée de Sibérie à Gajda qui a rallié à lui certains légionnaires.

 

Début mars 1919, les troupes blanches se déploient. L'armée de Sibérie commandée par Gajda se trouve au nord entre Perm et Glasov. L'armée de l'Ouest du général Hanschin se masse devant Oufa et l'armée de l'Ouest de l'hetman Doutov se trouve entre Orsk et Orenbuurg. Rapidement des divergences apparaissent entre les généraux russes et Gayda. Si les Russes veulent marcher directement sur l'ouest, Gayda veut quand à lui prendre la direction du nord dans le but d'opérer une jonction avec les Alliés qui se trouvent à Arkhangelsk.

 

Quand l'offensive se déclenche, les 3 armées prennent des axes de marche différents. L'armée de Sibérie de Gajda se dirige vers le nord-ouest en direction d'Arkhangelsk, l'armée de l'Ouest marche en direction de Bogoulma tandis que celle d'Orenbourg fait un mouvement tournant vers Bousoulouk. L'Armée rouge est d'abord surprise par la vigueur de l'attaque. Elle recule donc de prés de 400 km mais, vers la mi-avril 1919, une brèche dangereuse s'ouvre entre l'armée de Sibérie et l'armée de l'Ouest. Les Rouges s'y engouffrent, provoquant la panique chez les Blancs qui, craignant d'être tournée, battent en retraite. Les Russes accusent alors les Tchécoslovaques d'avoir décroché trop tôt, provoquant la catastrophe. Gajda est finalement destitué.

 

La bataille de l'Oural tourne au désastre pour les Blancs. Perm est perdu ainsi que la flottille fluviale de la Volga. Les Blancs refluent et parviennent à se regrouper, à la mi-juin, sur la ligne Iekaterinbourg-Tcheliabinsk-Troïtsk. A Tcheliabinsk, des combats acharnés ont lieu, la ville changeant plusieurs fois de mains, avant de tomber sous le contrôle des Rouges.

 

Toukhatchevsky fait alors marcher la 5e Armée rouge en direction du fleuve Tobol et ses avant-gardes atteignent Tobolsk et Ichim. Mais la 3e armée blanche, commandé par Sakharov, qui regroupe les éléments subsistant de l'armée de Sibérie et de l'Ouest, résistent avec acharnement. L'armée d'Orenbourg a été quand à elle refoulé vers le sud-est en direction de la mer d'Aral. Finalement, à court de munitions, les Rouges se replient derrière le fleuve Tobol.

 

Fin octobre la 5e armée rouge, dont les effectifs ont été doublé, reprend l'offensive. Elle franchit le Tobol et bouscule les Blancs. Le 3 novembre, elle prend Tobolsk et le 15 c'est Omsk qui tombe. La retraite de l'armée blanche tourne vite à la catastrophe et s'accompagne d'un exode massif de population dans une situation sanitaire déplorable. Dans cette débâcle, seule la légion tchécoslovaque garde une certaine cohérence. Les légionnaires essayent, dans cette cohue, de s'ouvrir un chemin vers la mer. Cette progression est marquée par quelques massacres qui touchent des prisonniers de guerre allemands, autrichiens et hongrois rencontrés sur la route.

 

L'effondrement du front de l'Oural a sonné définitivement la fin de la collaboration militaire entre Tchécoslovaques et Russes. Masaryk envoie alors une délégation pour notifier à Koltchak la neutralité des Tchécoslovaques. Janin et Sirovy quand à eux accélèrent les mesures organiser leur rapatriement. Pour cela les convois des légionnaires obtiennent la priorité absolue sur le Transsibérien.

Train blindé tchécoslovaque

Train blindé tchécoslovaque

La fin de l'odyssée des légionnaires en Russie.

Le régime de Koltchak est devenu largement impopulaire. Son programme politique est maigre et ne répond pas aux demandes de la population, notamment en matière de démocratie. Les partis politiques sont interdits tandis que certains atamans, comme Semenov et Kalmykov, se livrent à des atrocités en Sibérie. Sur le plan politique il échoue donc à former une solide unité entre les différents mouvements anti-bolcheviks. Ainsi quand les SR se révoltent, ils sont matés par les cosaques ce qui les pousse eux et leur armée populaire, après des négociations, à rejoindre les Rouges.

 

Au niveau militaire, les actions de Koltchak manquent de coordination avec celles de Denikine dans le sud de la Russie et celles de Ioudenitch au nord-ouest. Surtout, l'amiral est incapable de convaincre les Alliés d'intervenir avec des troupes. Les Américains n'apprécient pas Koltchak et vont même créer une commission d'enquête sur les crimes commis par les Blancs. Le général Graves qui commande les troupes américaines en Russie considère lui aussi Koltchak comme un monarchiste et un réactionnaire qui tend à la dictature. Cette opinion est même partagée par le président Wilson qui, s'il accepte d'approvisionner les Blancs en armes et munitions, refuse de reconnaître le gouvernement Koltchak.

 

L'amiral ne peut s'appuyer sur les petits contingents français et italiens en Sibérie et britanniques dans le nord-ouest. Il ne peut compter non plus sur le soutien des Japonais qui veulent faire main basse sur la Sibérie orientale. Les chances de maintenir son pouvoir et les bases d'une résistance antibolchevique s'écroulent définitivement avec la perte de Omsk.

 

Dans les villes de Sibérie des forces de gauche, notamment SR, se soulèvent et prennent le pouvoir, notamment à Irkoutsk, bloquant la retraite vers Vladivostok et coupant en deux les forces de Koltchak, celle de l'hetman Semionov se trouvant au-delà d'Irkoutsk entre Tchita et Kharbine.

 

L'amiral est pressé par les Rouges qui avancent à l'ouest. Koltchak demande alors l'aide de Janin qui répond qu'il ne peut rien faire et lui demande de se replier. Le 13 novembre, Koltchak se sépare de son armée et prend le train pour Krasnoïarsk avec son état-major et sa garde personnelle abandonnant Omsk pour rejoindre son gouvernement à Irkoutsk. A l'annonce de ce départ l'armée blanche se replie précipitamment ne laissant en arrière-garde qu'une division polonaise et un régiment serbe qui sont rapidement capturés. Les Tchécoslovaques se retrouvent alors à l'arrière-garde au contact direct avec les Rouges. Ils envoient des parlementaires au commandement de la 5e Armée rouge pour lui demander de les laisser partir. Les Rouges acceptent mais Frounze pose comme condition que les Tchécoslovaques soient désarmés et faits prisonniers pour être ensuite évacués par l'ouest. Les légionnaires refusent alors que l'artillerie rouge les prend déjà pour cible. Ils se retrouvent alors pris en étau entre la 5e armée rouge et les SR de la zone d'Irkoutsk.

 

Le trafic est bloqué sur le Transsibérien créant un embouteillage monstre à Taïga. Les légionnaires qui ont réquisitionné de nombreux trains pour transporter l'armement et le ravitaillement qu'ils ont accaparés sont en partie responsable de cette situation. Koltchak, dont le train avance lentement et qui accuse les Tchécoslovaques d'en être responsable, ordonne alors, en représailles, d'arrêter leurs convois par tous les moyens et demande à Semionov de contrôler les bagages légionnaires. Le conflit entre Koltchak et les Tchécoslovaques est ouvert. Le 9 janvier, le 4e régiment d'infanterie tchécoslovaque lance une opération contre Semonov dans la région du Baïkal. Après 4 heures de combat les troupes blanches sont défaites. Un armistice est signé sous l'égide des Japonais le 12 janvier.

 

Le 20 décembre, Koltchak atteint Nijneoudinsk et apprend que des SR et des mencheviks ont pris le pouvoir à Irkoutsk en formant un Centre politique. Janin envoie alors un télégramme à l'amiral lui demandant de ne pas se rendre immédiatement à Irkoutsk. Quand ce dernier apprend finalement que son gouvernement à négocier une reddition, il démissionne le 6 janvier au profit du général Denikine.

 

Les Tchécoslovaques n'ont jusqu'alors rien fait pour stopper le convoi de Koltchak mais à Krasnoïarsk le train est tronçonné et la garde de Koltchak se voit refuser de poursuivre sa route. A Nijneoudinsk, le convoi est finalement arrêté par les légionnaires et cerné par des soldats en armes. Koltchak fait alors prévenir Janin qui s'est réfugié à Vladivostok. Le commandant allié lui répond de se mettre sous la protection des Tchécoslovaques. Rassuré, Koltchak accepte, et les derniers soldats blancs quittent son wagon pour laisser la place aux légionnaires. Près de Tcheremchovo, des troupes communistes formées par les ouvriers des mines de charbon attaquent le convoi. Les Tchécoslovaques acceptent alors que des Gardes rouges participent à la garde du train qui arrive à Irkoutsk où il est mis sur une voie de garage. Le 15 janvier, les légionnaires annoncent à Koltchak qu'il va être remis au Centre politique d'Irkoutsk. L'ordre vient de Janin et de Sirovy. Dans la soirée les miliciens socialistes viennent arrêter Koltchak qui est transféré à la prison municipale. Au même moment des délégations tchécoslovaques et bolcheviques se réunissent dans la gare de Kuitin pour conclure un accord concernant le passage des divisions tchécoslovaques à travers la région d'Irkoutsk.

 

Le 20 janvier, le Centre politique abandonne le pouvoir à Irkoutsk à un comité révolutionnaire bolchevik alors que la 5e armée rouge approche de la ville. A la nouvelle de l'arrestation de Koltchak, de Tchita, Semionov envoie un commando sous les ordres du général Skipetrov sur Irkoutsk. A Krasnoïarsk et Kansk les restes de l'armée blanche sous les ordres de Kappel marchent aussi sur Irkoutsk pour délivrer leur chef. Le 7 février les avants gardes, sous les ordres de Wojciechowski, sont à Inokentjevsk à quelques km au nord-ouest d'Irkoutsk mais ce dernier reçoit un message de la 2e division tchécoslovaque qui lui intime l'ordre de ne plus avancer sinon les légionnaires se battront au coté des rouges. A l'est les Tchécoslovaques ont arrêté Skipetrov et désarmé ses hommes. Mais dans les premières heures de ce 7 février, Koltchak a été passé par les armes. Le même jour les légionnaires trouvent un accord avec les Soviétiques pour évacuer leur troupes vers Vladivostol, évacuation qui commence le lendemain ne laissant en arrière-garde que le 7e régiment d'infanterie.

 

Pour les Tchécoslovaques le dernier obstacle au rapatriement est levé. Fin février, la 2e division quitte Irkoutsk. Les légionnaires traversent la Mandchourie, font halte à Kharbine et arrivent en mars à Vladivostok où les attendent 29 navires. Ce sont plus de 67 000 personnes qui sont évacuées dont 53 000 soldats et 3 000 officiers. Une partie passe par l'océan Indien, Suez, Trieste et l'Autriche et une autre traverse le Pacifique puis les États-Unis. Ils arrivent en Tchécoslovaquie auréolé fêté comme des héros tandis que le dernier légionnaire quitte la Russie le 2 septembre 1920.

Le général Syrovy, commandant de la légion tchécoslovaque en Russie

Le général Syrovy, commandant de la légion tchécoslovaque en Russie

Près de 4 000 légionnaires sont morts en Russie. L'odyssée de la légion tchécoslovaque s'inscrit d'abord dans l'histoire de la Tchécoslovaquie et plus particulièrement de son accession à l'indépendance. Les combats que les légionnaires ont menés en Russie ont en effet servi les efforts de Masaryk et du Conseil national tchécoslovaque dans leurs négociations avec les Alliés qui aboutissent à la création de la République tchécoslovaque fin 1918.

 

Dans l'évolution de la guerre civile russe, le rôle des Tchécoslovaques est également essentiel. Leur révolte en mai 1918 coute en effet aux bolcheviks le contrôle des régions à l'est de l'Oural tandis que leurs succès militaires offrent le temps aux forces antibolcheviques de Sibérie de s'organiser et de former un nouveau front de la guerre civile sous les ordres de l'amiral Koltchak.

 

Pourtant à la fin de la guerre civile, certains blancs accusent les Tchécoslovaques de trahison, notamment pour avoir livré Koltchak à ses adversaires. Mais c'est oublier que les légionnaires ne furent en Russie que les instruments de la politique des Alliés, une politique timorée, contradictoire et ambiguë qui tourna finalement au désastre.

 

Bibliographie:

Bullock, David: The Czech Legion 1914–20, Osprey Publishers, 2008.

Joan Mc Guire Mohr, The Czech and Slovak Legion in Siberia from 1917 to 1922, Mc Farland, 2012.

Footman, David, Civil War in Russia, 1961.  

Légionnaires tchécoslovaques

Légionnaires tchécoslovaques

Partager cet article

Repost 0
communismeetconflits - dans Guerre civile russe.

Présentation

  • : Communisme, violence, conflits
  • Communisme, violence, conflits
  • : Blog destiné à publier des articles et travaux historiques concernant les relations entre communisme et violence au XX°siècle. Ce blog est ouvert à ceux qui voudront publier articles, notes, annonces de publications, de colloques ou autres concernant ce champs d'étude historique.
  • Contact

L'autre coté de la colline

bannerfans 6509167

Rigueur historienne et clarté du propos. A ne pas manquer !

Recherche

Publications de David FRANCOIS

GuideICSerge Wolikow, Alexandre Courban, David François, Christian Oppetit, Guide des archives de l'Internationale communiste, 1919-1943, Archives nationales-MSH Dijon, Paris-Dijon, 2009. 

9782749110356Serge Wolikow (sld), Pierre Sémard, Le Cherche-Midi, Paris, 2007, (Rédaction du chapitre "La mise à l'écart (1929-1932)")