Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 07:52

Le 11 novembre 1918, si les armes se taisent sur le front occidental, à l'est de l'Europe, la guerre civile ravage la Russie. L'historiographie a généralement tendance à dissocier les deux conflits comme si le second n'était pas la conséquence et le prolongement de la Grande Guerre. L'odyssée des légionnaires tchécoslovaques en Russie illustre parfaitement ce constat. Cette armée d'un État qui n'existe pas avant la fin 1918, formée pour combattre les Empires centraux au sein de l'armée tsariste, joue en effet un rôle central dans la guerre civile russe.

 

La révolte des légionnaires en juillet 1918 est la première menace militaire sérieuse que doivent affronter les bolcheviks. Elle cristallise et favorise en outre l'organisation du mouvement blanc en Sibérie. Les légionnaires deviennent alors les instruments de la politique des Alliés en Russie, une politique timorée et ambiguë qui tourne rapidement au désastre.

 

 

La naissance de la légion tchécoslovaque.

Les Tchèques et les Slovaques vivent au sein de l'Empire des Habsbourg depuis le 16e siècle. Mais depuis le compromis de 1867 qui donne naissance à l'Autriche-Hongrie, ils se sentent de plus en plus mal à l'aise dans l'Empire, coincés entre la montée des sentiments pan-allemands en Autriche et la domination magyare en Hongrie.

 

En aout 1914, quand la guerre mondiale embrase l'Europe, tous les hommes de 20 à 45 ans de l'Empire d'Autriche-Hongrie sont mobilisés. Cherchant à affaiblir son adversaire en jouant sur les conflits de nationalités, la Russie, dés le 3 aout 1914 par la voix du grand-duc Nicolas, lance un appel aux peuples slaves de l'Autriche-Hongrie afin qu'ils se soulèvent contre l'oppresseur. Mais cet appel à la révolte n'est pas entendu et les Tchèques et les Slovaques demeurent loyaux à l'empereur François-Joseph. La police autrichienne a néanmoins pris la précaution d'arrêter les nationalistes et d'interdire leurs journaux tandis que la plupart des régiments tchèques sont envoyés sur le front oriental.

 

Dans les pays de la Triple-Entente, en France, en Serbie mais surtout en Russie, les Tchèques et les Slovaques ne font pas preuve de la même loyauté envers l'Empire. Dans ces pays, qui sont devenus des refuges pour les nationalistes venant de la Double-Monarchie, beaucoup s'engagent individuellement dans les différentes armées alliées avant de former des unités autonomes de volontaires en France, en Italie et en Russie.

 

Dans l'Empire tsariste vivent quelques dizaines de milliers de Tchèques et de Slovaques. La grande majorité sont des paysans qui vivent en Volhynie et qui possèdent donc la nationalité russe. Les autres sont des enseignants, des commerçants, des industriels, des ouvriers de nationalité austro-hongroise émigrés en Russie. Quand la guerre éclate, ces expatriés organisent des manifestations de soutien à la Russie et demandent à rejoindre l'armée tsariste. Pour les organiser les autorités forment dès le 20 aout 1914 un bataillon de volontaires tchécoslovaques, la Druzina, qui rejoint la 3e armée impériale. Les effectifs sont modestes et les 720 hommes qui composent la Druzina appartiennent pour la plupart à la communauté tchèque de Volhynie.

 

En mars 1915, les Tchécoslovaques de Petrograd et Moscou fondent une Union des Tchèques et des Slovaques de Russie qui demande la formation d'une armée tchécoslovaque autonome. Le 13 janvier 1916, la Druzina devient un régiment de chasseurs mais face à l'afflux de volontaires il se transforme rapidement en une brigade. Les Russes restent cependant méfiants envers ces volontaires qui ne sont en définitive que des traitres à leur pays et décident donc que le commandement de la brigade restera russe et qu'elle sera tenue à l'écart des secteurs névralgiques.

 

A la même période au sein de l'armée austro-hongroise les désertions de Tchécoslovaques se multiplient. Des bataillons et des régiments entiers changent de camps comme le 28e régiment de Prague le 3 avril 1915. Rapidement plus de 25 000 Tchèques se trouvent dans les camps de prisonniers russes. Le 21 avril 1916 le tsar accepte que ces prisonniers soient intégrés au sein de la brigade tchécoslovaque. Mais par la suite les autorités tsaristes ne tiennent pas cette promesse.

Affiche de propagande pour les volontaire tchécoslovaques

Affiche de propagande pour les volontaire tchécoslovaques

Les Tchécoslovaques au service de la jeune démocratie russe.

Après la Révolution de février 1917, les Tchécoslovaques soutiennent le gouvernement provisoire, surtout que ce dernier accepte le 16 avril de libérer les prisonniers de guerre tchécoslovaques et même de former une armée tchécoslovaque en Russie.

 

Lors de l'offensive Kerenski en juin 1917, la brigade Druzina est engagé dans le secteur de Zborov. Les 3 500 Tchécoslovaques partent à l'assaut le 18 juin et bousculent les positions ennemies. Ils font alors plus de 3 000 prisonniers et capturent 20 canons. Leur percée est l'une des plus importantes de cette offensive et Kerenski vient en personne sur le front féliciter les troupes. Ce succès, qui démontre les capacités militaires de la brigade pousse le gouvernement provisoire à faciliter le recrutement des prisonniers de guerre. Le 26 juin, ce sont 15 000 volontaires qui se sont engagés permettant de transformer la brigade en une division.

 

Sur le front, les Austro-hongrois passent à la contre-attaque et repoussent les Tchécoslovaques sur leur position de départ. Des régiments russes se débandent et les Tchécoslovaques perdent pied à leur tour. La bataille de Zborov tourne finalement au désastre. Craignant d'être encerclé, les Tchécoslovaques se replient sur Tarnopol puis se regroupent vers Kiev où ils voient arriver de nouveaux volontaires mais aussi des civils qui cherchent leur protection dans le désordre ambiant.

 

A la fin de l'été 1917, la 1ere division tchécoslovaque, connu sous le nom de division hussite, comporte 4 régiments sous les ordres du général Mamontov. En aout se forme la 2e division qui comprend également 4 régiments. L'ensemble est complété par des brigades d'artillerie et forme le 9 octobre, le corps d'armée tchécoslovaque en Russie sous les ordres du général Shokhorov. Il dépend sur le plan militaire du Grand quartier général russe et sur le plan administratif du bureau régional du conseil national tchécoslovaque. Les efforts de Tomas Masaryk permettent d'atteindre le nombre de 50 000 soldats et la création d'une brigade de réserve et d'un bataillon de choc. Le 7 février 1918, le corps tchécoslovaque en Russie est intégré à l'armée autonome tchécoslovaque dont le quartier général est en France, un pas supplémentaire vers la légitimité et l'indépendance.

 

La majorité des légionnaires tchécoslovaques reste neutre au milieu des soubresauts de la Révolution russe. Ne fait exception que la compagnie de volontaires tchécoslovaques formée au sein de la 8e armée russe commandée par le général Lavr Kornilov. Quand ce dernier tente un coup d'État en septembre 1917 contre le gouvernement provisoire, la compagnie tchécoslovaque le suit. Après l'échec du coup, ce détachement de choc devient le 1er régiment de choc slave et intègre la 1ere division tchécoslovaque. Mais certains de ces membres suivent Kornilov dans la région du Don où, avec le général Alexeïev, il met sur pied l'Armée des Volontaires.

 

 

Les légionnaires face à la révolution bolchevique.

Avec la révolution bolchévique et la disparition du gouvernement provisoire, les Tchécoslovaques perdent un soutien de poids. Que doivent-ils faire ? Quand les forces bolcheviques conduites par Mikhaïl Mouraviev pénètrent en Ukraine, les Tchécoslovaques signent avec eux un accord garantissant leur neutralité en échange de leur rapatriement. Ailleurs ils aident même les Rouges, par exemple en donnant des armes aux hommes de Vladimir Antonov-Ovsenko pour combattre les Blancs.

 

Quand les Allemands, après la rupture des négociations de Brest-Litovsk pénètrent en Ukraine, les légionnaires sont obligés de partir pour éviter de devenir prisonniers. Cette perspective est d'autant plus nécessaire que les Tchécoslovaques sont toujours considérés comme des sujets austro-hongrois et à ce titre, s'ils tombent aux mains des armées des Puissances centrales ils sont considérés comme des traitres passibles de la peine de mort. Cette retraite en direction de la Volga ne se fait pas sans combat comme à Doch, Korostychev mais surtout à Bakhmach. Dans ce lieu, un nœud ferroviaire important, les combats durent 6 jours et immobilisent deux divisions allemandes. Cette action facilite l'évacuation de la 1ere division tchécoslovaque qui arrive du sud de Kiev et sécurisent la retraite de l'ensemble des légionnaires.

 

Masaryk est en Russie depuis mai 1917. Ce dernier craint que si les Tchécoslovaques restent en Russie ils ne succombent à la propagande communiste. Des agitateurs envoyés par le Soviet de Kiev ont déjà essayé d'amener les soldats à rejoindre l'Armée rouge tandis que des Tchécoslovaques communistes ont formé un comité, un journal, et occupé de force les locaux du comité national à Petrograd se proclamant comme le seul représentant des Tchécoslovaques en Russie. Les consignes de Masaryk sont simples, les Tchécoslovaque doivent conserver leurs armes, rester neutre dans la guerre civile et essayer de regagner le front occidental dans les plus brefs délais.

 

Les unités tchécoslovaques deviennent alors la légion tchécoslovaque, intégrée à l'armée française, et dépendante de la commission franco-anglo-tchéque dirigée par Maurice Janin, Alfred Knox et Milan Stefanik. Les officiers russes sont éliminés au profit de cadres tchécoslovaques sous les ordres des généraux Cecek, Sirovy et Gajda. Mais le problème du rapatriement est posé. La route de Mourmansk est bloquée en raison de la présence de U-boots alors que les Allemands, contrôlant Rostov et Tbilissi, il est impossible de passer par la mer Noire. La seule issue est d'emprunter le Transsibérien de Kazan à Vladivostok, soit 8 000 km.

 

A Penza, le 18 mars, des négociations se nouent entre les Tchécoslovaques et les bolcheviks. Ces derniers veulent le désarmement des légionnaires et Staline, le négociateur, propose que les Tchécoslovaques quittent la Russie par la Sibérie en tant que civil mais en disposant de certaines armes pour se défendre. Les Tchécoslovaques acceptent l'accord le 26 mars. Mais seulement un tiers des légionnaires parviennent ainsi à Vladivostok, le reste se retrouvant éparpillé le long du Transsibérien ou bloquer par les bolcheviks à différents endroits.

 

A Moscou, l'ambassadeur allemand von Mirbach demande l'arrestation et le désarmement des Tchécoslovaques. Les Allemands craignent en effet la présence de ces troupes toujours fidèles aux Alliés sur leurs arrières en Russie. Les bolcheviks demandent donc aux Tchécoslovaques de livrer plus d'armes que prévu dans l'accord du 26 mars. Obéissant à la consigne de Masaryk de rester neutre, les légionnaires obtempèrent. Le 21 avril, Tchitcherine le commissaire du peuple aux Affaires étrangères écrit au soviet de Krasnoïarsk que les Allemands, craignant une invasion de la Sibérie par les Japonais, exigent que les prisonniers de guerre allemands soient transférés par tous les moyens possibles de Sibérie en Russie centrale. Il ordonne aussi que le voyage vers l'est des Tchécoslovaques, considérés comme des rebelles, empêchant le pouvoir soviétique de prendre le contrôle de la Russie, soit stoppé. Cette décision est peut-être aussi un moyen de les forcer à se fondre dans l'Armée rouge.  

Unité de la légion tchécoslovaque en 1918.

Unité de la légion tchécoslovaque en 1918.

Partager cet article

Repost 0
communismeetconflits - dans Guerre civile russe.

Présentation

  • : Communisme, violence, conflits
  • Communisme, violence, conflits
  • : Blog destiné à publier des articles et travaux historiques concernant les relations entre communisme et violence au XX°siècle. Ce blog est ouvert à ceux qui voudront publier articles, notes, annonces de publications, de colloques ou autres concernant ce champs d'étude historique.
  • Contact

L'autre coté de la colline

bannerfans 6509167

Rigueur historienne et clarté du propos. A ne pas manquer !

Recherche

Publications de David FRANCOIS

GuideICSerge Wolikow, Alexandre Courban, David François, Christian Oppetit, Guide des archives de l'Internationale communiste, 1919-1943, Archives nationales-MSH Dijon, Paris-Dijon, 2009. 

9782749110356Serge Wolikow (sld), Pierre Sémard, Le Cherche-Midi, Paris, 2007, (Rédaction du chapitre "La mise à l'écart (1929-1932)")