Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 07:43

Pascal Convert, Raymond Aubrac. Résister, reconstruire, transmettre, Seuil, 2011.

Aubrac: de la Résistance à la décolonisation

La figure de Raymond Aubrac, dans la mémoire collective, est inséparable de l'histoire de la Résistance. Elle occulte en grande partie le rôle joué par Aubrac après 1945, notamment dans les relations Est-Ouest et surtout dans le mouvement de décolonisation. C'est ce que rappelle la biographie que lui consacre Pascal Convert. Une biographie qui n'est pas classique puisqu'elle donne la parole à Aubrac lui-même dans une sorte de dialogue où l'historien expose des faits largement documentés tandis que le « biographié » donne son point de vue, remue ses souvenirs et analyse rétrospectivement ses prises de position.

 

Né en 1914, Raymond Samuel grandit à Dijon avec des parents qui tiennent une boutique de confection. Jeune bourgeois, il fait des études brillantes et entre à l'Ecole des Ponts pour devenir ingénieur. Élevé dans une famille juive où le souvenir de l'affaire Dreyfus reste fort, le jeune Aubrac, lors de ses études, fréquente la mouvance étudiante communiste, ce qui ne l’empêche pas de partir finir ses études dans l'Amérique du New Deal en 1938. Quand la guerre éclate, Aubrac possède donc un bagage politique marxiste mais aussi une bonne connaissance des États-Unis.

 

C'est à la fin 1939 alors qu'il est mobilisé que Raymond Aubrac épouse Lucie. Fait prisonnier en juin 1940, il s'évade peu après et se réfugie à Lyon où commence son aventure dans la Résistance. Aubrac devient rapidement un dirigeant de Libération-Sud où il s'occupe de l'Armée secrète. Arrêté une première fois, il est mis en liberté surveillée avant de tomber à Caluire en même temps que Jean Moulin. Mais grâce à sa femme, qui organise l'attaque commando du fourgon cellulaire qui le transporte, il échappe à la Gestapo. Aubrac rejoint alors Londres puis Alger.

 

A la Libération, Aubrac est nommé commissaire de la République à Marseille où il se fait remarquer par ses méthodes peu orthodoxes comme la réquisition des usines. Puis il se voit confier par le ministère de la Reconstruction la difficile mission d'organiser le déminage du territoire français. Alors que l'ombre de la Guerre froide commence à s'étendre sur l'Europe, Raymond Aubrac milite pour le maintien de relations, notamment économiques, entre l'Ouest et l'Est. Pour cela il fonde la BERIM, un bureau d'études spécialisé dans l'urbanisme, qui participe à la reconstruction en France mais aussi dans les pays d'Europe de l'Est. Compagnon de route du PCF il fréquente alors Jean Jerome ou Doumeng le milliardaire rouge, tandis que la BERIM devient un intermédiaire indispensable pour les relations commerciales avec les pays du bloc de l'Est.

 

Cette proximité avec le PCF explique que c'est chez les Aubrac que s'installe Ho Chi Minh en 1946 lors des négociations à Paris. Une amitié naît entre les deux hommes et c'est naturellement, qu'après une carrière de fonctionnaire international à l'ONU et à la FAO, Aubrac devient, à la demande de Kissinger un intermédiaire entre Nixon et les Vietnamiens à la fin des années 1960.

 

Alors qu'il pourrait goûter une retraite paisible, l'ouverture du procès Barbie en 1987, remet Raymond Aubrac sur le devant de la scène. Jacques Vergès, l'avocat de Barbie, insinue qu'Aubrac a été un agent double dans la Résistance, accusation que reprennent certains comme Gérard Chauvy. Les débats sont violents et certains historiens, pour qui la parole des témoins est suspecte, instruisent le procès des Aubrac.

 

Malgré ces attaques, Raymond Aubrac poursuit, après la mort de Lucie en 2007, son combat pour que la mémoire de la Résistance ne s'éteigne pas, notamment en visitant les établissements scolaires. Il décède en avril 2012 à l'âge de 97 ans quelques mois seulement après la sortie du livre de Pascal Convert.

 

Cet ouvrage, épais, est une plongée dans l'histoire du 20e siècle, de la Résistance à la décolonisation. Il dresse surtout le portrait d'un homme qui fut toujours fidèle à ses convictions de jeunesse, un optimiste de nature, un combattant de la liberté et de la paix. Un homme qui, s'il ne renia rien de son passé, fut également lucide sur ses erreurs.

Partager cet article

Repost 0

Présentation

  • : Communisme, violence, conflits
  • Communisme, violence, conflits
  • : Blog destiné à publier des articles et travaux historiques concernant les relations entre communisme et violence au XX°siècle. Ce blog est ouvert à ceux qui voudront publier articles, notes, annonces de publications, de colloques ou autres concernant ce champs d'étude historique.
  • Contact

L'autre coté de la colline

bannerfans 6509167

Rigueur historienne et clarté du propos. A ne pas manquer !

Recherche

Publications de David FRANCOIS

GuideICSerge Wolikow, Alexandre Courban, David François, Christian Oppetit, Guide des archives de l'Internationale communiste, 1919-1943, Archives nationales-MSH Dijon, Paris-Dijon, 2009. 

9782749110356Serge Wolikow (sld), Pierre Sémard, Le Cherche-Midi, Paris, 2007, (Rédaction du chapitre "La mise à l'écart (1929-1932)")