Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 07:44
Se battre pour le Front populaire: la Défense républicaine.

La montée des tensions politiques à la suite de la victoire électorale du Front populaire en mai 1936 et la vague de grèves en juin provoque également un renouveau de la question de l'autodéfense au début de 1937. Après la suppression de ses groupes d'autodéfense début 1936, le PCF conserve un service d'ordre dont les attributions sont limitées à la protection des locaux, des dirigeants et des principales manifestations et réunions. Mais la direction du PC, consciente de la faiblesse de son service d'ordre en cas d'une offensive d'envergure de la droite, demande de prendre les mesures nécessaires pour assurer de façon sérieuse la protection des militants.

 

Un rapport de police du début de l'année 1937 indique que le comité central du PC et le comité Amsterdam-Pleyel prennent l'initiative de créer une organisation intitulée Défense républicaine de la région parisienne. La direction générale de la Défense est assurée par une commission de défense populaire assistée par des techniciens qui s'occupent de l'organisation pratique et élaborent les directives.

 

Toujours selon le même rapport de police, la commission de défense populaire élabore les directives pour la mise sur pied de la nouvelle organisation dont les groupes locaux sont placés sous la direction des comités de Front populaire. La Défense populaire a un caractère essentiellement défensif. Elle est considérée comme une organisation de front unique chargée d'englober tous les organismes de défense existants au sein des formations du Front populaire avec, pour mission, de défendre les locaux, les vendeurs de journaux, les militants, les réunions et manifestations. En cas de coup de force fasciste, sa tâche consiste à défendre les municipalités de Front populaire, les entreprises, ainsi que certaines positions stratégiques: routes, ponts, gares et centraux de communication. Pour diriger l'organisation, le comité régional du Front populaire met en place un comité de huit membres, composé de deux représentants de la CGT et d'un représentant du PC, de la SFIO, de la LICA, d'Amsterdam-Pleyel et de l'association des officiers et sous-officiers républicains.

 

Aucun autre document ne permet de confirmer la teneur de ce rapport. Si aucun élément ne semble confirmer les détails donnés par ce rapport, il semble que les communes Front populaire de la région parisienne ont conservé un système d'alerte et de mobilisation en cas d'intrusions fascistes. Il est donc possible que le PCF a recherché à remettre sur pied un système d'autodéfense ne sortant pas des cadres du Rassemblement populaire, à la fois un gage d'efficacité et de modération.

 

Dans les principales régions d'implantation communiste, il semble donc coexister un service d'ordre propre au PC et une autodéfense populaire au recrutement plus large, théoriquement issue des formations du Front populaire, mais en réalité contrôlée par le PCF comme le montre Georges Vidal, s'appuyant sur un rapport de police de mai 1938 conservé au RGVIA à Mosou.

 

La relance des projets de formation d'une Défense populaire permet de relancer la dynamique du Front populaire. Elle sert également à combattre, comme en 1935, les tentations paramilitaires qui se font jour dans certains secteurs du Front populaire et peut mettre en péril sa solidité.

 

 Pour aller plus loin:

Georges Vidal, « Violence et politique dans la France des années 1930 : le cas de l'autodéfense communiste », Revue Historique, 4/2006, n°640, pp. 901-922

David François, La violence dans le discours et les pratiques du PCF de 1920 à la Seconde guerre mondiale, thèse sous la direction de Serge Wolikow, Université de Bourgogne, 2 vol., 2012. 

Partager cet article

Repost 0
communismeetconflits

Présentation

  • : Communisme, violence, conflits
  • Communisme, violence, conflits
  • : Blog destiné à publier des articles et travaux historiques concernant les relations entre communisme et violence au XX°siècle. Ce blog est ouvert à ceux qui voudront publier articles, notes, annonces de publications, de colloques ou autres concernant ce champs d'étude historique.
  • Contact

L'autre coté de la colline

bannerfans 6509167

Rigueur historienne et clarté du propos. A ne pas manquer !

Recherche

Publications de David FRANCOIS

GuideICSerge Wolikow, Alexandre Courban, David François, Christian Oppetit, Guide des archives de l'Internationale communiste, 1919-1943, Archives nationales-MSH Dijon, Paris-Dijon, 2009. 

9782749110356Serge Wolikow (sld), Pierre Sémard, Le Cherche-Midi, Paris, 2007, (Rédaction du chapitre "La mise à l'écart (1929-1932)")