Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 07:15

« Section spéciale », film franco-italo-allemand de Costa Gavras, 1975.

Vichy et la chasse aux communistes

Le film de Costa-Gavras est un exemple de la remise en cause de la mémoire de l'Occupation au début des années 1970, de ce syndrome de Vichy superbement analysé par l'historien Henry Rousso.

 

Le film se penche en effet sur la création, à l'initiative du gouvernement de Vichy, de tribunaux extraordinaires, les Sections spéciales auprès des cours d'appel. Elles doivent juger directement et sans instruction des personnes arrêtées pour activités communistes ou anarchistes. Les verdicts sont rendus en deux jours sans possibilités d'appels ou de cassation. Surtout les inculpés peuvent être condamnés pour des faits antérieurs à la promulgation de la loi ce qui met fin au principe fondamental dans le droit français de non-rétroactivité des lois. Les condamnations à mort sont exécutables sur le champs. Il s'agit alors pour Vichy de donner aux Allemands, qui veulent fusiller des otages à la suite de l'attentat mené par le colonel Fabien au métro Barbès, des victimes expiatoires et d'affirmer sa souveraineté. Le début du film traite largement de la préparation et de l'exécution de cet attentat où un officier allemand trouva la mort et qui marque le début de la lutte armée communiste en France.

 

Le film montre les résistances qui se font jour face à la création de Sections spéciales qui bafouent les fondements les plus élémentaires du droit en vigueur en France. Le Garde des Sceaux Joseph Barthélemy, joué par Louis Seigner, y est opposé et affronte sur ce point Pierre Pucheu, incarné par Michael Lonsdale, le ministre de l'Intérieur. Au final Pétain tranche pour Pucheu et charge Barthélemy de mettre en place et d'organiser la Section spécial qui doit siéger à Paris. Les magistrats s'exécutent. Pourtant certain font montre de conscience comme le président Cournet, joué par Michel Galabru, qui s'indigne quand il apprend que l'on veut le nommer à la tête de la nouvelle juridiction. C'est Michel Benon, joué par Claude Piéplu, juge arriviste et borné qui prendra cette place. Le film s'attarde aussi sur le comportement du juge Linais, pourtant membre de l'Action française, qui dès le départ refuse de prononcer des condamnations à mort.

 

Alors que la Section spéciale, sur l'ordre de Pucheu, dont donner 6 condamnations à mort pour satisfaire les Allemands, la comparution du journaliste communiste Lucien Sampaix, incarné par Bruno Crémer, fait capoter le scénario prévu. Sampaix se livre à un réquisitoire contre le tribunal et sauve sa tête. Seulement 3 accusés sont condamnés à mort.

 

Le film est une charge sévère contre le gouvernement de Vichy qui apparaît parfois ridicule, comme lors de la scène de la capture d'une poule en plein milieu des couloirs de l’Hôtel du Parc, mais qui n'hésite pas à aller au-devant des demandes allemandes. Dans une scène saisissante, le film montre d'ailleurs la surprise de l'officier allemand à qui l'ambassadeur de Vichy à Paris annonce que le gouvernement est prêt à fouler les principes de base du droit français.

 

Voici un film qui montre, sans pathos, ni caricature, l'engrenage qui a conduit la justice française sur la voie de l'arbitraire et démonte les ressorts d'une violence d'État institutionnalisée. Un éclairage saisissant sur la servilité mais également la volonté de Vichy de pratiquer une politique terroriste contre ses adversaires.

Partager cet article

Repost 0
communismeetconflits - dans Résistance Communisme français

Présentation

  • : Communisme, violence, conflits
  • Communisme, violence, conflits
  • : Blog destiné à publier des articles et travaux historiques concernant les relations entre communisme et violence au XX°siècle. Ce blog est ouvert à ceux qui voudront publier articles, notes, annonces de publications, de colloques ou autres concernant ce champs d'étude historique.
  • Contact

L'autre coté de la colline

bannerfans 6509167

Rigueur historienne et clarté du propos. A ne pas manquer !

Recherche

Publications de David FRANCOIS

GuideICSerge Wolikow, Alexandre Courban, David François, Christian Oppetit, Guide des archives de l'Internationale communiste, 1919-1943, Archives nationales-MSH Dijon, Paris-Dijon, 2009. 

9782749110356Serge Wolikow (sld), Pierre Sémard, Le Cherche-Midi, Paris, 2007, (Rédaction du chapitre "La mise à l'écart (1929-1932)")