Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 07:11

« La bataille du Chili », film chilien, français, cubain, vénézuélien de Patricio Guzman, 1973.

Au cœur de la tourmente chilienne

Il est rare de voir un documentaire d'une telle intensité dramatique. Il est vrai qu'il ne repose pas sur des documents d'archives mais sur des séquences tournées par l'équipe du réalisateur au Chili durant la présidence du président Allende de 1970 à 1973. L'opérateur du film, Jorge Müller fut arrêté par la police de Pinochet en 1974 et disparut tandis que Guzman fut également arrêté et passa quelque temps dans le sinistre stade de Santiago. Les bobines du film furent sorties clandestinement du pays après le coup d'État du général Pinochet et Patricio Guzman monta un film qui plonge au cœur de la stratégie du chaos organisée par la droite chilienne, avec l'appui du gouvernement américain, qui conduit au coup d'État.

 

Le réalisateur met en scène le combat de deux protagonistes: d'un coté le petit peuple et de l'autre la droite parlementaire appuyée par l'armée. Au centre de ce conflit se trouvent Allende et son gouvernement. Ces derniers apparaissent bien modestes à coté de ces deux entités qui se livrent une véritable guerre civile froide avant que Pinochet ne tranche en utilisant la violence brute. Le Chili est alors un concentré des grands courants politiques et sociaux qui dominent l'époque: ouvriers contre bourgeois, gauche contre droite, soutiens des États-Unis contre partisans de l'indépendance nationale. La politisation du pays est au paroxysme entraînant une montée aux extrêmes.

 

La droite cherche en effet à faire tomber par tous les moyens le gouvernement de l'Unité populaire. Elle utilise d'abord des moyens légaux par le biais des élections législatives. Mais devant son échec, elle durcit son action et organise une grève des transporteurs qui paralyse le pays, privant les usines de matières premières et de pièces détachées et les commerces d'approvisionnement en produits courants. Une stratégie de la tension se met en place pour renverser un gouvernement que la droite juge illégitime. Face à ces tentatives de déstabilisation le peuple s'organise: il confisque les stocks de marchandises pour les redistribuer, les ouvriers prennent le contrôle des entreprises, les paysans occupent les terres des grands propriétaires. Le gouvernement d'Allende est obligé de s'appuyer sur cette mobilisation contre la droite mais il cherche également à la freiner pour éviter la guerre civile.

 

Rapidement la violence politique s'installe. Des groupes de droite fomentent des attentats dont le plus lourd de conséquence est le meurtre du commandant Araya, aide de camp d'Allende, et l'intermédiaire entre le président et les secteurs loyalistes de l'armée. Allende, figure héroïque, devient un personnage dramatique coincé entre sa volonté de respecter la Constitution et la loi qui l'empêche de soutenir complètement le mouvement populaire, notamment en ne lui donnant pas les armes nécessaires à la défense du gouvernement, et une droite allié à l'armée dont les intentions putschistes sont de plus en plus évidentes. Le film se termine sur les images du bombardement par les putschistes du palais présidentiel de la Moneda et sur les dernières paroles d'Allende à la radio.

 

Le spectateur suit chacune des étapes du drame chilien et perçoit cette tension qui monte peu à peu dans le Chili. Il s'enthousiasme aussi pour l'élan et l'inventivité d'un peuple dont on cherche à étouffer les aspirations mais surtout il imagine le destin tragique des hommes et des femmes qui s'expriment à l'écran, des gens ordinaires, dont certains ont dû connaître par la suite les supplices des centres de tortures de la dictature tandis que d'autres furent peut-être des bourreaux.

 

Le film de Patricio Guzman est un monument documentaire, indispensable à voir.  

Partager cet article

Repost 0
communismeetconflits - dans Chili

Présentation

  • : Communisme, violence, conflits
  • Communisme, violence, conflits
  • : Blog destiné à publier des articles et travaux historiques concernant les relations entre communisme et violence au XX°siècle. Ce blog est ouvert à ceux qui voudront publier articles, notes, annonces de publications, de colloques ou autres concernant ce champs d'étude historique.
  • Contact

L'autre coté de la colline

bannerfans 6509167

Rigueur historienne et clarté du propos. A ne pas manquer !

Recherche

Publications de David FRANCOIS

GuideICSerge Wolikow, Alexandre Courban, David François, Christian Oppetit, Guide des archives de l'Internationale communiste, 1919-1943, Archives nationales-MSH Dijon, Paris-Dijon, 2009. 

9782749110356Serge Wolikow (sld), Pierre Sémard, Le Cherche-Midi, Paris, 2007, (Rédaction du chapitre "La mise à l'écart (1929-1932)")