Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 07:50

Anna Geifman, Entangled in Terror: The Azef Affair and the Russian Revolution, Scholarly ressources, 2000.

Azef, destin d'un indicateur de police

Si la personne d'Evno Azef est inconnue du grand public, ce dernier, après avoir été le symbole du mouvement révolutionnaire russe d'avant 1914, est devenu le symbole du traître corrompu, le Judas de la révolution russe. Azef, chef révolutionnaire, fut un indicateur de la police tsariste et livra de nombreuses informations sur des terroristes impliqués dans l'assassinat de grands hommes d’État. Après la découverte de sa trahison, il devint le symbole mondial de la duplicité. A contre-courant de cette légende noire, Anna Geifman cherche ici a réhabiliter ce personnage et affirme qu'il ne fut jamais un agent double.

 

Pour expliquer la personnalité d'Azef, l'auteur nous livre une véritable biographie de ce chef révolutionnaire. Elle montre un Azef dominé dès l'enfance par la peur. Né dans une famille juive pauvre en 1874, son enfance est placée sous la double menace de la misère et des pogroms. Pourtant Azef suit des études secondaires avant de s’impliquer dans le mouvement révolutionnaire. Par crainte d'une arrestation, il s'exile en Allemagne en 1892. C'est là qu'il accepte de devenir un informateur de l'Okhrana, la police politique tsariste. Il rentre en Russie en 1898 et, à la demande de la police, il se rapproche des mouvements terroristes. Mais en 1902 il prend à nouveau le chemin de l'exil pour informer les policiers sur les révolutionnaires basés à l'étranger.

 

Azef prend peu à peu de l'importance au sein du Parti socialiste-révolutionnaire et de son Organisation de combat. Cette dernière, dirigée par Gershuni, possède une certaine autonomie par rapport au comité central du parti. Azef construit alors sa notoriété en s'attribuant le crédit d'opérations terroristes comme les meurtres d'Alexandrov et de Plevhe, alors qu'il n'a joué presque aucun rôle dans ces opérations. Mais Azef continue toujours de collaborer avec la police. Les informations qu'il livre permettent ainsi d'éviter de nombreux attentats et sèment la discorde entre le comité central et l'Organisation de combat. En 1906 les terroristes sont quasiment réduits à l'impuissance.

 

Azef est néanmoins démasqué en 1908 par un menchevik, Bourtsev, qui s'est fait une spécialité de démasquer les espions et les provocateurs au sein du mouvement révolutionnaire. Pourtant la direction du Parti socialiste-révolutionnaire accuse Bourtsev de diffamation et ce dernier doit produire la confession d'un chef de la police en retraite pour se disculper. Azef est alors confronté aux dirigeants du Parti mais il se montre assez convaincant pour s'en sortir et prendre finalement la fuite.

 

Le scandale Azef est énorme. La première victime de cette affaire est le Parti socialiste-révolutionnaire: son comité central démissionne, la méfiance s'installe dans ses rangs et le désarroi paralyse l'ensemble du mouvement. Les tentatives de Boris Savinkov pour essayer de reconstruire l'Organisation de combat échouent définitivement en 1911.

 

Azef s'est réfugié en Allemagne où il vit confortablement des gains acquis en dénonçant ses camarades. Il est pourtant arrêté en 1915 par la police allemande comme subversif avant d'être libéré en décembre 1917. Il meurt un an plus tard d'une infection contractée en prison. Les socialistes révolutionnaires ne découvriront sa mort qu'en 1925.

 

Pour Geifman, Azef fut surtout un informateur efficace qui contribua à déjouer de nombreux attentats et a toujours cherché à saboter les actions de l'Organisation de combat. Il ne fut jamais un véritable révolutionnaire puisqu'il a choisi délibérément de travailler pour la police. C'est la cupidité et non l'idéalisme qui est à la base de son comportement. Voici un livre utile pour comprendre le mouvement révolutionnaire russe d'avant 1914 et les liens complexes qui unissent ces deux univers ennemis que sont les forces de l'ordre et les organisations subversives.

Partager cet article

Repost 0
communismeetconflits - dans Union soviétique et Russie

Présentation

  • : Communisme, violence, conflits
  • Communisme, violence, conflits
  • : Blog destiné à publier des articles et travaux historiques concernant les relations entre communisme et violence au XX°siècle. Ce blog est ouvert à ceux qui voudront publier articles, notes, annonces de publications, de colloques ou autres concernant ce champs d'étude historique.
  • Contact

L'autre coté de la colline

bannerfans 6509167

Rigueur historienne et clarté du propos. A ne pas manquer !

Recherche

Publications de David FRANCOIS

GuideICSerge Wolikow, Alexandre Courban, David François, Christian Oppetit, Guide des archives de l'Internationale communiste, 1919-1943, Archives nationales-MSH Dijon, Paris-Dijon, 2009. 

9782749110356Serge Wolikow (sld), Pierre Sémard, Le Cherche-Midi, Paris, 2007, (Rédaction du chapitre "La mise à l'écart (1929-1932)")